Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Avatar DrunkenBastard

Critiques de Yudhishtira

@DrunkenBastard
Versus
  Suivre
Bande-annonce
7.1

Extasy Records © Presents

Yoshiki est un business man hors-pair, il nous le prouve une fois de plus en s'associant au réalisateur Stephen Kijak. S'il est vrai que ce documentaire a su capter l'essence de X, son coeur battant, il est avant tout le bréviaire clipesque d'une légende autoproclamée du rock'n roll. Hagiographie de la douleur personifiée, illustration glamour des aléas d'une vie de pathos irrésolu,... Lire la critique de We Are X

5
Avatar DrunkenBastard
5
DrunkenBastard ·
Bande-annonce
6.6

L'extra bon goût des choses simplissimes

Vous le sentez, ce parfum de terroir jaillissant de cette guitare sèche et ses trois accords authentiques comme du bon pain ? Volute sucrée des récompenses du quotidien, celles qui se méritent et s'obtiennent à la sueur d'un effort consenti. Labor Day - ou la "fête du travail" aux USA - est une leçon de choses, hélas distillée avec la finesse du forçat. Ce dernier se prénomme Frank, taulard... Lire la critique de Last Days of Summer

6 1
Avatar DrunkenBastard
6
DrunkenBastard ·
7.4

Critique de La Vie et rien d'autre par DrunkenBastard

Critique publiée dans le cadre de la Coupe SensCritique - 1ère édition : http://www.senscritique.com/liste/LA_COUPE_SENSCRITIQUE_1ere_edition/405176 ... Dès les premières secondes, avant que n’apparaisse la première image, on sait la gravité du sujet qui nous sera narré. Lettrages sur fond noir, cuivres et violons nous expédient sans prévenir au cœur des ronces. Présage d'inconfort ou mise... Lire la critique de La Vie et rien d'autre

35 22
Avatar DrunkenBastard
8
DrunkenBastard ·
Bande-annonce
6.1

Ligue mineure

Critique publiée dans le cadre de la Coupe SensCritique - 1ère édition : http://www.senscritique.com/liste/LA_COUPE_SENSCRITIQUE_1ere_edition/405176 ..... 2002. Année palindrome, annonciatrice d'un vent contraire. Un réalisateur de cinéma jusqu’alors inconnu gagne l’estime de ses pairs et de la critique, avec son adaptation visionnaire de "The Sum of All Fears", traité philosophique du non... Lire l'avis à propos de Jusqu'au bout du rêve

44 36
Avatar DrunkenBastard
4
DrunkenBastard ·
5.9

I Am the Ambiance

*J'offre un gyrophare au premier qui me décrypte le titre. Alors voila, c'est Eric Roberts et sa coupe mulet qui déambulent dans les rues de New York, quand tout à coup notre jouvenceau aperçoit dans la foule cette fille qu'il a repérée depuis des semaines. Une belle brune aux yeux de biche, qui lui inspire les héroïnes qu'il dessine continuellement à son effigie dans les comics de la maison... Lire la critique de L'Ambulance

16 8
Avatar DrunkenBastard
7
DrunkenBastard ·
7.4

Mesmerized *_*

Cinq longues années à guetter le retour du messie, après un merveilleux Newave qui plaçait la barre bien haut. Le stand-by prolongé du groupe aura eu raison de la patience collective, qui s'est peu à peu convertie en fringale dévorante. La convoitise des fans n'aurait-elle pas engendré des aspirations démesurées? Le parcours sans faute n'inspire pas la moindre défiance. Mais qu'en est-il... Lire la critique de Yukari Telepath

8 4
Avatar DrunkenBastard
8
DrunkenBastard ·
Écouter
7.2

Handclaps no more

La Gale est donc un groupe de rap suisse (je ne vous ferais pas l'offense d'un jeu de mots à base de gruyère), emmené par la charismatique Karine Guignard - Punk MC de son état -, qui reprend à son compte le nom de cette épidermique épidémie. Ca tombe bien, La Gale délivre un rap à fleur de peau. Flow païen sur une déferlante de lyrics viraux. Si le style est unique, on ne pourra pas... Lire la critique de La Gale

7
Avatar DrunkenBastard
7
DrunkenBastard ·
Bande-annonce
6.8

Moins neuf.

Nikita Mikhalkov se défend d'avoir réalisé un remake de "12 hommes en colère". Il affirme s'être réapproprié le script original, pour en extraire sa vision personnelle et ainsi témoigner de la Russie contemporaine. On comprend vite les raisons de cette distance prise avec le joyau de Sidney Lumet... 12 est une aquarelle aux allures de chef-d'oeuvre impressionniste, d'une immense prétention... Lire la critique de 12

10
Avatar DrunkenBastard
3
DrunkenBastard ·
5.3

3615 DTC

La ritournelle hypnotique d'Ebisu RDV trottait encore et toujours dans les esgourdes de l'auditeur transit, et d'un coup d'un seul s'efface l'image de cette jolie Japonaise. Tu te sens rejoindre la surface en un mouvement de balancier destructeur. Le trip arrive à terme... la dope ne ferait donc plus effet??! La remontée s'avère pour le moins fulgurante. Étrange sensation de soudain retour à la... Lire la critique de 3615 TTC

21 11
Avatar DrunkenBastard
2
DrunkenBastard ·
Bande-annonce
6.3

Crucifixion

On sent vraiment un manque de respect vis-à-vis des épisodes précédents, l'absence de fidélité aux originaux est assez flagrante. C'est un festival de répliques fécales et de scènes insipides à la gloire du grand Hollywood, sans la moindre audace filmique. De toute évidence, Jeunet était davantage inspiré par l'Aliens de Cameron que par les deux autres. Mais il en a extirpé le pire,... Lire l'avis à propos de Alien : La Résurrection

34 16
Avatar DrunkenBastard
3
DrunkenBastard ·