Avatar JanosValuska

Critiques de Grégory Lescard

@JanosValuska
Versus
  Suivre
Bande-annonce
7.3

Génération rebelle.

Depuis (quasi pile-poil) trois ans et la sortie de La La Land (qui y fait d’imposants clins d’œil) je tenais à revoir La fureur de vivre, de Nicholas Ray. Film que j’avais découvert, comme j’en avais découvert beaucoup d’autres, quand j’avais décidé de voir tous ces grands classiques du cinéma, référencés partout. C’était il y a quinze ans, peu ou prou mais je n’en avais pas... Lire la critique de La Fureur de vivre

3
Avatar JanosValuska
8
JanosValuska ·
Bande-annonce
6.2

Le grand échiquier politique.

Paul Théraneau, le maire socialiste de Lyon n’a plus d’idée. Ou comme il l’interprète : Il est une voiture de course en panne d’essence, simplement poussée par sa lancée – Trente années de mandat municipal derrière lui. C’est ainsi qu’il convoque une jeune normalienne, Alice Heimann, espérant qu’elle lui apportera ces fameuses idées, de l’eau à son moulin, d’autant qu’il arrive à un moment de... Lire la critique de Alice et le Maire

2
Avatar JanosValuska
7
JanosValuska ·
Bande-annonce
4.5

N’est pas Kevin qui veut.

Houla. Autant j’ai beaucoup, beaucoup de tendresse pour les deux volets de Maman, j’ai raté l’avion, autant là je n’y vois que du recyclage consternant. Ils ont même repris le titre original (Home Alone) sauf qu’il n’y a plus de personnages en commun. Les méchants sont nullissimes, le petit garçon insupportable (On dira ce qu’on voudra, c’est un rôle uniquement taillé sur mesure pour Macaulay... Lire la critique de Maman, je m'occupe des méchants

1
Avatar JanosValuska
3
JanosValuska ·
Bande-annonce
6.4

Les garçons et Chiara, au lit.

Comme je le pressentais, le bouleversant Plaire, aimer et courir vite (2018) était un magnifique accident. Je n’aime pas Honoré en temps normal, il s’est bien chargé de me le rappeler avec cette Chambre 212, qui fait office de parfait ascenseur émotionnel. Ennui mortel devant cet objet exécrable – que cet étonnant casting ne parvient jamais à sauver – qui réunit tout ce que je déteste au... Lire la critique de Chambre 212

1
Avatar JanosValuska
1
JanosValuska ·
6.1

Singe, tu seras toujours singe.

Où je me suis rendu compte que je n’avais pas (re)vu de Lynch depuis Twin Peaks, The return. Ça me manquait. Ça me manque tellement que j’envisage une rétro dans les jours, semaines à venir : Avec notamment la découverte de nombreux de ses courts. Evidemment ce nouveau Lynch est aussi anecdotique par sa durée que par son contenu, mais c’est du pur Lynch quand même. Une sorte de film noir... Lire l'avis à propos de What Did Jack Do?

Avatar JanosValuska
5
JanosValuska ·
Bande-annonce
7.1

Rideau pour Cyrano.

Tout est réunit pour que je déteste ça au plus haut point : Rien que le Paris 1897 en CGI dégueu dans l’intro j’étais outré. Mais après je l’ai moins vu comme un film sur cette époque ni sur Edmond Rostand que comme une comédie vaudevillesque sur Rostand faisant son chef d’oeuvre, Cyrano de Bergerac. Y a plein de trucs pas possibles, des acteurs qui en font des caisses, une photo affreuse,... Lire la critique de Edmond

1
Avatar JanosValuska
4
JanosValuska ·
6.2

Après la vie.

Des films nommés dans la catégorie « court-métrage » lors de la dernière cérémonie des Césars 2020, Beautiful loser était de très loin le plus fort, intéressant, surprenant et émouvant de tous. Déjà, il y a ce premier plan, fixe, étiré sur trois minutes, accroché à François Créton, un acteur incroyable, incarnant un junky libérant sa colère et son désarroi quant à sa difficulté à concilier... Lire la critique de Beautiful Loser

Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·
Bande-annonce
6.5

Chacun trouve le même chat.

Quelle agréable surprise là aussi ! Que s’est-il passé ? Le même jour j’aurais donc vu les meilleurs Burton & Klapisch depuis vingt ans. Evidemment ce sont deux cinéastes auxquels j’étais jadis attachés puis dont je me suis naturellement éloigné (aussi car leurs films étaient de moins en moins intéressants) donc l’humeur pour les appréhender est probablement fondamentale. Je ne dis pas... Lire l'avis à propos de Deux moi

Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·
Bande-annonce
5.9

Un Tim Burton ça trompe énormément.

En remake live du Disney de 1941, ce nouveau Dumbo ne m’intéressait pas beaucoup. Quant au talent de Burton – Et pour avoir récemment et tardivement découvert Vincent (1982) et Frankenwinnie (1984), je suis convaincu qu’il a existé – il est tellement porté disparu que ne suis pas allé voir un de ses films en salle depuis longtemps. Depuis Sweeney Todd, je crois. J’abordais... Lire l'avis à propos de Dumbo

2
Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·
6.4

Voyez comme on danse.

Renoir aussi avait fait son film de science-fiction. Si le film sort en 1927, le récit lui se déroule en 2028, tandis que « la prochaine guerre » (comme le mentionne un carton) semble avoir décimé une grande partie de l’humanité. Un explorateur noir quitte l’Afrique à bord d’un aéronef et s’échoue en terre inconnue (mais on reconnait nos contrées sur la carte et une Tour Eiffel en ruine) où... Lire la critique de Sur un air de charleston

1
Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·