Avatar Pequignon

Critiques de Pequignon

Versus
  Suivre
6.9

Le fleuve des yeux

Il s'agit du premier tome d'une trilogie. Arrivé à la fin (très vite pour ma part), on a presque le goût amer que tout ceci n'était qu'une introduction pour le vrai spectacle. Mon enthousiasme est donc à mettre au conditionnel de la suite. Si vous avez lu La Ménagerie de Papier, recueil de nouvelles de Ken Liu foisonnant d'idées, autant en science-fiction qu'en littérature blanche,... Lire l'avis à propos de La Grâce des Rois - La Dynastie des Dents-de-Lion, tome 1

2
Avatar Pequignon
8
Pequignon ·
Bande-annonce
5.8

2018: L'eau pissée de mes spasmes

Dès les premières secondes, il y a une tendance « attention chef-d'œuvre » avec cette superbe scène de « dialogue » entre un bébé devant la télé et son père dans l'espace. Inédit, étrange, bougrement plaisant. Et c'était la meilleure scène du film. On peut l'applaudir. High Life est un film qui se contemple lui-même, surtout dans les vides entre deux... Lire l'avis à propos de High Life

12 5
Avatar Pequignon
4
Pequignon ·
Bande-annonce
4.3

out of ze boxbuster

Si ce n'était les années 2018 et la dèche totale de bons blockbusters qui font plaisir, sûr que The Predator n'aurait pas eu toute mon attention. On a un gros film ricain tous les trois mois, mais je crois qu'on est tous d'accord maintenant, c'est toujours le même depuis 10 ans. Alors on va voir The Predator. C'est encore du reboot, de la suite, en l’occurrence une suite vendue comme... Lire l'avis à propos de The Predator

1
Avatar Pequignon
7
Pequignon ·
Bande-annonce
7.1

Moi mon corps mon apparence

*Girl* est un film contemplatif qui s'évertue à rester centré son héroïne dans tous les poncifs de films sur la "différence" qui comptent de nombreux grands moments de cinéma (*Boys don't cry, Billy Elliot, Moonlight*...). Malheureusement, dès l'ouverture, le film se place déjà à son sommet, note de violon lancinante, gros plan à faible profondeur de champ sur un personnage... Lire la critique de Girl

17 6
Avatar Pequignon
4
Pequignon ·
Bande-annonce
6.3

Au poing puis au violon

C'est du sur-mesure pour Paul Greengrass, qui aime relater des événements réalistes voire réels. Surtout qu'il y a une scène scrupuleusement alléchante de fusillade pour sa caméra au poing et son sens du montage frénétique mais toujours lisible, souvent imité depuis Jason Bourne, jamais sans égalé. Ce talent pour l'action, on le retrouve dans cette longue introduction. Pendant un... Lire l'avis à propos de Un 22 juillet

13
Avatar Pequignon
5
Pequignon ·
8.2

Kirinyaga oui, Kilimandjaro non.

Kirinyaga vient d'une demande de la part d'Orson Scott Card, ami de l'auteur Mike Resnick, avec des contraintes: écrire une tentative d'utopie sur une planète en gardant un lien avec le reste de la civilisation. D'abord curieux, Mike Resnick s'est retrouvé à écrire plusieurs nouvelles, qui toutes cumulées ont donné le livre le plus primé de l'histoire des prix de Science-fiction. Ce... Lire la critique de Kirinyaga

Avatar Pequignon
6
Pequignon ·
Bande-annonce
6.9

Honnêteté documentaire

Cédric Herroux a une maison sympa dans la montagne et comme des gens passaient par là illégalement, il leur a offert un bout de canapé, un hamac, une caravane, une omelette, le temps de pouvoir aller ailleurs. Et faisant cette chose toute naturelle pour lui, il s'est retrouvé à faire de la politique. On ne reviendra pas ici sur le sujet d'actualité et les valeurs qu'il porte, avec... Lire l'avis à propos de Libre

7
Avatar Pequignon
8
Pequignon ·
Bande-annonce
5.1

Vulgarisation vulgarisée

On peut craindre une reconstitution de notre chère et tendre Révolution française en bon respect du roman national, en la présence de nos tronches tendances et autres "coqueluches" de notre irremplaçable cinéma français. Et il y a de ça. L'esthétique du film, dotée d'un grand sens photographique, change la reconstitution en idéalisation. Il ne suffit pas de quelques gouttes de... Lire la critique de Un peuple et son roi

Avatar Pequignon
6
Pequignon ·
Bande-annonce
6.8

Abjection sublime

Bon alors d'abord, comment se faire dérouter: Un générique de fin qui arrive au bout de deux minutes. Une succession d'interviews très courtes sur une vieille télé mais avec tellement de gens que ça en devient très long. On a bien eu le temps de lire tous les noms sur l'étagère et on s'attend donc à du rouge, du qui fait peur, mais intello. Si on connaît Gaspard Noé, on craint ce... Lire la critique de Climax

3
Avatar Pequignon
6
Pequignon ·
Bande-annonce
6.6

Badineries de jardin

Les premières minutes sont extrêmement effrayantes. L'ennui s'installe directement dans cette façon plate de filmer la parade nuptiale des marquis du XXVIIIè. Il reste 1h49 de film derrière, la peur vous saisit. Mais la cour du marquis à la marquise se termine en cinq minutes et l'on sent bien que le réel récit démarrera plus tard. Il faut bien se fader une bonne demi-heure avant... Lire l'avis à propos de Mademoiselle de Joncquières

Avatar Pequignon
6
Pequignon ·