Wirn

Homme, 29 ans
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
"Entre l'histoire et la légende, je choisirai toujours la légende." John Ford

Répartition des notes

  1. 37
  2. 36
  3. 131
  4. 227
  5. 409
  6. 583
  7. 454
  8. 327
  9. 135
  10. 75

Comparez votre collection avec Wirn

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Wirn
Sondages de Wirn
Critiques de Wirn

Dernières critiques

8.6
Comme une sweet solitude...

(Cette critique fut intialement associé à la version de 1982. Je l'ai transféré pour cette version Final Cut, véritable objet de ma critique) Ouverture sur un Los Angeles futuriste mais aujourd’hui obsolète. Blade Runner avait tout pour s’apparenter à de la science-fiction de pur divertissement, du moins, c’est bien ce qu’espéraient à l’époque les producteurs du film, quand l’idée... Lire la critique de Blade Runner : The Final Cut

16
Avatar Wirn
10
Wirn ·
Bande-annonce
7.2
Il était une fois… quoi au fait ?

Chef d’œuvre annoncé, nouvelle madeleine de Proust d’une génération de cinéphiles, le nouveau film de Tarantino s’impose déjà comme un chef d’œuvre d’une époque très pauvre en créativité cinématographique. Avant de mentionner toute critique, on ne pourra nier de façon objective la véritable déclaration d’amour de Tarantino pour le Cinéma, sa minutie dans la retranscription d’une... Lire l'avis à propos de Once Upon a Time... in Hollywood

52 82
Avatar Wirn
5
Wirn ·
Mentions J'aime de Wirn

Activité récente

Statuts d'humeurs

Memento: Chronological Edition (2001) Cà existe vraiment ce truc ? Mais quel intérêt ?
Berserk (1989) RIP...
Le Parrain, Épilogue : La mort de Michael Corleone (2020) Autant la Final Cut d'Apocalypse Now apportait une nouvelle version digne d'intérêt, autant Coppola abuse de ce procédé avec une version qui n'importe absolument rien de plus à la version originale.
Epilogue (2021) Juste goodbye and thank you.