👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il faut rendre à Cream ce qui appartient à Cream, non seulement il fut un très bon groupe mais il fut novateur dans la deuxième moitié des 60's, un groupe important du blues rock et de l'acid rock, très en vogue à cette époque.
Mais je trouve que par rapport aux Stones, aux Who et au premier Led Zeppelin la musique de Cream a moins bien vieilli (avis personnel vous pouvez ne pas être d'accord), même si cela reste du blues rock de qualité avec des musiciens hors norme .
Il faut avoir en tête qu'en 1967/68 ce groupe était culte à Londres (et ailleurs), l'équivalent des Beatles, des Stones et des Who, une pièce maîtresse de l'underground naissant avec Pink Floyd et que Clapton le guitariste était tout simplement surnommé God (Dieu), excusez du peu. Cream est un groupe pionnier du blues rock et qui va grandement influencé Led Zeppelin lequel passera à la vitesse supérieure en 1969 en électrifiant encore un peu plus ce blues pour créer le hard rock.
Avec « Disraeli Gears » le format des morceaux est encore très courts entre 2 et 3 minutes.
Globalement selon les morceaux on oscille entre pop mi-60's proche des Beatles, hard-blues rock pré Led Zeppelin, psychédélique et acid rock.
Et puis il y a ce fameux son de guitare de Clapton, reconnaissable entre 1000 tels Hendrix ou Townsend, et qui est la véritable marque de fabrique du groupe, le son « Cream ».
Deux titres sublimes «Tales of brave Uysses » et « Sunshine of your love » mais aussi « Strange brew » et « Swlabr » également excellents.
Ces quatre morceaux à eux seuls valident le fait que cet album est un must et quasi un disque culte. Là on tutoie vraiment les sommets.
L'ambiance, la voix et la guitare y sont tout simplement magiques.
« World of pain », ballade mi pop mi psychédélique très 60's bof je n'accroche pas trop  ; de même pour « We're going wrong » blues pop mais la voix est à côté de la plaque.
Par contre « Outside woman blues » est un bon titre blues, tandis qu'avec « Take it back » on revient au blues traditionnel.
Dommage que le groupe semble hésiter entre vieux blues traditionnel et blues rock psychédélique et ne s'engage pas plus franchement dans cette dernière direction.
Mais on retiendra avant tout quatre titres tellement bons qu'on oubliera les quelques petits temps faibles du disque et de toute façon un album important de l histoire du rock.
Et bravo aussi pour la pochette très réussie, très réprésentative d'une période mais que personnellement j'adore.

nico94
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes mes chroniques "musique", Pochettes que j'aime et quelques bons albums psychédéliques

il y a 3 ans

4 j'aime

7 commentaires

Disraeli Gears
nico94
7

Critique de Disraeli Gears par nico94

Il faut rendre à Cream ce qui appartient à Cream, non seulement il fut un très bon groupe mais il fut novateur dans la deuxième moitié des 60's, un groupe important du blues rock et de l'acid rock,...

Lire la critique

il y a 3 ans

4 j'aime

7

Disraeli Gears
BenByde
10

Trip sans acide

Après un premier album largement inspiré par le bleus cher à Clapton, Cream se laisse emporter par la grande vague psychédélique de 1967-68 qui frappe tous les groupe sur son passage. Disraeli Gears...

Lire la critique

il y a 3 ans

1 j'aime

Disraeli Gears
Yasujiro_Rilke
6

Critique de Disraeli Gears par Yasujirô Rilke

Un voyage vers les confins de l'acid rock. Avec des premiers morceaux qui ont marqué la musique des late 60s. Et des queues de comète de l'album qui ouvrent tout un champ de l'expérience musicale,...

Lire la critique

il y a 3 ans

Adieu les cons
nico94
7

Critique de Adieu les cons par nico94

J’avoue que comme pour les films de Kervern/Délépine j’attends toujours les œuvres de Dupontel avec une certaine impatience même si on peut parfois – rarement – avoir de mauvaises surprises (comme...

Lire la critique

il y a plus d’un an

18 j'aime

12

Une grande fille
nico94
8

Quelle saloperie la guerre !

Léningrad (actuelle Saint Petersbourg), 1945 La guerre est finie depuis quelques mois à peine. Après 900 jours de siège non-stop par la Wehrmacht, des bombardements incessants, des millions de morts...

Lire la critique

il y a 3 ans

17 j'aime

48

La Guerre n'a pas un visage de femme
nico94
9

Quelle saloperie la guerre !!

Quelle saloperie la guerre (1). Un monument, cet ouvrage est un monument ! Je vais me contenter d’aborder – et de développer - certains points qui m’ont particulièrement intéressé, quitte à en...

Lire la critique

il y a plus d’un an

16 j'aime

30