Vous ne trouvez pas les toutes dernières sorties ? C'est normal : on rencontre un petit problème avec la base de données Musique. Désolé du désagrément et merci pour votre patience. On revient vers vous dès que la cause du problème est réglée.
Écouter
Pochette White Light/White Heat

White Light/White Heat

(1968)
12345678910
Quand ?
7.7
  1. 4
  2. 3
  3. 14
  4. 31
  5. 51
  6. 125
  7. 294
  8. 427
  9. 263
  10. 124
  • 1.3K
  • 91
  • 273
  • 8

Liste de morceauxWhite Light/White Heat

1.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:47)
2.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(8:19)
3.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:56)
4.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(2:04)
5.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(4:38)
6.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  6. 6
  7. 7
  8. 8
  9. 9
  10. 10
(17:31)
Match des critiques
les meilleurs avis
White Light/White Heat
VS
Just look and see

Le Velvet Underground est rentré dans la cour des grands depuis maintenant quelque temps. Leur premier disque est devenu une référence incontestée, connue par toutes personnes qui s'intéressent un temps soi peu à la musique contemporaine. Tout le monde a vu la banane, tout le monde a entendu Sunday Morning ou Heroin. Une œuvre qui est tellement passée dans la prospérité qu'on en oublierait presque pourquoi il est là. C'est pourtant évident lorsqu'on se penche un peu sur le sujet : une...

16 5
Foutage de gueule

"White Light/White Heat"/"Here She Comes Now" (1967) était un bon 45T. Autrement tout n'est que bruit, sons juxtaposés n'importe comment (et faux) sous couvert d'improvisations, postures arty et onanisme intellectuel. Tout le monde révère le désormais trop célèbre album à la banane, mais celui-là, ce deuxième album dont on parle beaucoup moins, c'est celui des vrais fans. Celui des purs. Eh bien, visiblement je n'en suis pas. C'est d'un ennui profond ("The Gift") et en plus ça vous... Lire l'avis à propos de White Light/White Heat

3
Critiques : avis d'internautes (14)
White Light/White Heat
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de White Light/White Heat par J. Z. D.

Je viens d'écouter Everybody know this is nowhere, et c'était chouette, fiévreux, comme disent les critiques, et ensoleillé ; les sons bruts et lourds de Californie, il n'y a pas à dire, ils sont quand même légers, rêveurs, doux et tendres. La distorsion sait se faire étrangement délicate jusqu'à cette dernière chanson, délire agréable, jamais violent. Et je lisais donc ces critiques, qui... Lire l'avis à propos de White Light/White Heat

16
Avatar J. Z. D.
10
J. Z. D. ·
I couldn't hit it sideways…

Second album du Velvet Underground et dernier avec John Cale (il sera remplacé par Doug Yule), « White Light/White Heat » est résolument sombre, terrifiant, agressif et marque la fin de la première partie de carrière du Velvet. La production est à l’image de cette atmosphère, noire et brutale. Les paroles sont souvent glauque et trash et son majoritairement tournée vers la drogue. La géniale... Lire la critique de White Light/White Heat

20
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·
Critique de White Light/White Heat par Erw

Deuxième album du fameux groupe légendendaire que tous révèrent. Mais non, au risque de me faire pendre sur la place publique, je ne comprends simplement pas. White Light/White Heat est le prolongement simple et pur de son prédecesseur que l'on a préalablement dépouillé de toutes ses qualités. A savoir la certaine créativité musicale et sonore qui pouvait presque faire oublier à quel point... Lire l'avis à propos de White Light/White Heat

17 11
Avatar Erw
5
Erw ·
Ambiance de merde.

Les instants pop qui empêchaient le premier album du Velvet de sombrer dans les ténèbres absolus ont quasiment disparu sur ce deuxième opus, à un Here She Comes Now près. White light / White heat est une expérience limite où les chansons sont torturées par des musiciens en ébullition. Ils ne jouent pas ensemble : ils jouent les uns contre les autres. Bouffis de drogues, d'égo et de tension, ils... Lire la critique de White Light/White Heat

5
Avatar GrainedeViolence
10
GrainedeViolence ·
Découverte
Le sommet...

Le sommet du V.U. est leur pire descente aux enfers : en vrille… Un concassage impitoyable mais fascinant de notre confort musical, des mots littéralement visqueux à la perverse fascination, de brusques échappées mélodiques avant de s'abandonner à nouveau dans de noirs tourbillons, un bruit continu mais "sec" comme une jouissance jamais atteinte, et surtout ces voix... Lire l'avis à propos de White Light/White Heat

7
Avatar Eric BBYoda
10
Eric BBYoda ·
Toutes les critiques de l'album White Light/White Heat (14)