👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"They shook 'cause ain't no such things as halfway crooks"

C'est peut être dur à imaginer, mais Mobb Deep n'a pas toujours eu la renommée qu'on leur connait actuellement. En effet, leur premier album Juvenile Hell, où Havoc arbore une faucille sur la couverture, bien que très peu écouté, leur donne une image de simples délinquants irréfléchis. Dès lors The Infamous, album du rebond, mais aussi de la consécration, apparaît comme l'exemplaire come back de deux entêtés.

Le véritable tour de force de Mobb Deep est de s'imposer, de faire taire ses détracteurs sans pour autant abandonner cette violence qui se dégage de chaque morceaux et qui semblaient dans un premier temps les condamner à n'être perçu que comme des provocateurs juvéniles (tiens donc...). En effet, Havoc et Prodigy loin de se plier aux critiques persistent et signent, avec des sons plutôt lents mais massifs qui n'abandonnent rien de leur agressivité, trouvant ainsi une certaine force tranquille, un modèle d'équilibre qui inspirera notamment outre-atlantique un prodigieux duo français...

A l'image de ses deux morceaux phares, véritables chef d'oeuvres du Hip Hop que sont Survival of the fittest et Shook Ones Part II, The Infamous assène des beats lourds, qui semblent vous écraser la tête. Les quelques mélodies lancinantes qui traversent l'album, montre comment Mobb Deep ne sépare jamais sa brutalité caractéristique d'un désespoir froid et évocateur donnant à l'album cette profondeur d'autant plus étrange qu'elle n'est pas directement le fait de textes particulièrement lyriques. C'est donc bien d'abord le travail sur l'ambiance qui va offrir au texte sa puissance et non pas directement le texte qui s'affirme comme clé de voûte de l'album.

Si avec The Infamous, il ne fait aucun doute que Mobb Deep s'installe confortablement sur le toit de la East Coast aux côtés de grands noms tels que le Wu Tang Clan, Nas, Gangstarr, et j'en passe (beaucoup), c'est parce qu'à travers son style sombre et organique, il offre la parfaite définition de la différence avec le rap parfois plus ensoleillé et funky de la West Coast.

Une référence du Hip Hop d'autant plus naturelle qu'elle reste sans doute l'une des plus authentique.
Heisenberg
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Hip Hop US tel que je l'entends, Top 10 Albums et Les meilleurs albums de rap

il y a 10 ans

100 j'aime

8 commentaires

The Infamous
mjusic
8
The Infamous

Critique de The Infamous par mjusic

The Infamous, l'une des pierres angulaires du mouvement hardcore new-yorkais, est le chef-d'œuvre de Mobb Deep. L'album est un enchainement de chansons implacablement sombre et a été salué par les...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

The Infamous
Bagatelles
10
The Infamous

Critique de The Infamous par Bagatelles

Putain d'album, putain de groupe. Mettre en dessous de 10 mérite au moins la peine de mort.

Lire la critique

il y a 10 ans

2 j'aime

The Infamous
BRKR-Sound
10
The Infamous

Dans l'histoire du Hip-Hop

Des productions brutes, moroses et fascinantes, combinées avec des raps viscéraux et agressifs. C’est la définition parfaite de “The Infamous”.Pour être tout à fait honnête, il n'y a que très peu de...

Lire la critique

Hier

1 j'aime

Community
Heisenberg
10
Community

"Totally Meta"

Dire que Community s'apprécie proportionnellement au degré de connaissance de la culture populaire américaine est partiellement faux. S'il est indéniable que le fonctionnement ultra-référentiel de la...

Lire la critique

il y a 10 ans

181 j'aime

14

The Infamous
Heisenberg
10
The Infamous

"They shook 'cause ain't no such things as halfway crooks"

C'est peut être dur à imaginer, mais Mobb Deep n'a pas toujours eu la renommée qu'on leur connait actuellement. En effet, leur premier album Juvenile Hell, où Havoc arbore une faucille sur la...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

8

The Master
Heisenberg
9
The Master

Complexes deux types

The Master, et c'est l'apanage des grands films tels que je les perçois, cache derrière sa perfection esthétique, sa classe et sa mise en scène d'une précision horlogère, des tournures narratives un...

Lire la critique

il y a 9 ans

92 j'aime

16