Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

New-York : Uchronia

Avis sur Watchmen

Avatar PFloyd
Critique publiée par le

Clairement, Watchmen ne laisse pas indifférent. Personnellement, j'adore.

Watchmen est une synthèse de ce que j'aime avoir de base dans une oeuvre culturelle. Un univers bien marqué, légèrement différent du nôtre sans pour autant verser dans le n'importe quoi ; un background plus riche que Crésus qui envoie des dizaines d'informations sur le passé, sur les Minutemen, le Comédien, New-York, les jouets Watchmen, etc. ; des personnages hauts en couleur qui prennent aux tripes dès les premières pages ; et enfin, un ton et un dessin marquants.

Voilà, Watchmen est tout ça, mais aussi plus encore : il est excellent.

On se retrouve donc projeté dans ce New-York uchronique des années 1980. Le Comédien est mort, assassiné, balancé comme une vieille chaussette dans la rue. La scène est violente, soudaine, prend à la gorge d'entrée. Jamais Moore ne relâchera l'étreinte. Entre ce New-York poisseux et sombre - sans pour autant être aussi anxiogène qu'a pu l'être un Gotham City par exemple - et ces personnages tous plus bizarres et taciturnes les uns que les autres, on ne peut pas dire que Watchmen nous prenne par la main. De fait, il faut s'imprégner de cette atmosphère, la laisser venir à nous et nous happer petit à petit. Le dessin de Gibbons est difficile à appréhender, ses personnages sont massifs - surtout les femmes, les couleurs de John Higgins sont assez marquées et flashy - beaucoup de teinte violette, jaune, brun, mais quand on s'y fait, on se rend compte que c'est du grand art. New-York grouille de vie et aucune case ne fait du surplace ; tout paraît pensé dans les moindres détails, les moindres arrières-plans, des scènes d'actions aux atermoiements de Jon sur Mars. Et puis que dire de la puissance dégagée par les planches du dernier chapitre...

Autre gros point fort, la narration. Watchmen est bavard, très bavard. Il faut là aussi accrocher, heureusement que j'adore quand ça parle beaucoup. Là aussi, à l'instar de Gibbons, Moore donne le maximum de détails qu'il peut pour rendre son monde crédible, du vendeur de journaux à Ozymandas. Son travail est proprement hallucinant quand même, les dialogues ou discours s'enchaînent sans temps mort, débordant des cases, là aussi faisant fi de la structure même de la BD, comme si les mots étaient en mouvement. Et franchement, mon gros coup de coeur va aux interludes placés entre les chapitres, qui apportent des éclairages sur beaucoup de domaines différents et permettent surtout de rendre ce monde crédible et même quasiment réel ; il en va de même pour le journal de Rorschach, efficace au possible avec ses phrases infinitives qui véhiculent toutes ses idées en peu de mots. Après, il a du mal à tenir la densité de tous ses personnages : le Hibou est assez fade au début - mais peine quand même à me convaincre par la suite, Spectre Soyeux est sympathique mais vaut surtout pour le triangle qu'elle forme avec sa mère et le Comédien. Mais je m'en fiche un peu car Watchmen m'a donné du plaisir. Plaisir avec Ozymandias, le génie de la bande que l'on ne voit pas souvent mais dont les interventions sont toujours intéressantes ; le Comédien qui brille par son omniprésence et son charisme malgré sa mort ; mais surtout Rorschach, le génial psychopathe, homme qui a trop bien compris la société et qui décide de vivre dans la clandestinité avec ses méthodes bien à lui. Le seul qui se soucie vraiment du meurtre du Comédien, une sortie de Don Quichotte radical qui tente de lutter contre le crime, jusqu'au bout, pour toujours, prisonnier qu'il est de cet état. Un personnage fascinant et ambivalent en plus, le rêve.

Je pourrais citer d'autres choses qui m'ont marqué, comme le chapitre consacré au temps avec Jon, mais bon, je ne vais pas tartiner trois pages sur cette oeuvre. Le mieux pour ceux qui ne connaissent pas encore est de la lire. Et pour ceux qui connaissent déjà, eh bien... je suis ravi d'être des vôtres.

Et puis il y a une BD dans la BD, si ce n'est pas le summum du bon goût ça.

PS : lire Watchmen m'a redonné envie de voir le film, ça va faire plaisir à Gothic ça.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1175 fois
39 apprécient · 1 n'apprécie pas

PFloyd a ajouté ce comics à 2 listes Watchmen

  • Bd
    Cover Top 10 BD

    Top 10 BD

    Avec : Maus : L'Intégrale, La Ballade de la mer salée - Corto Maltese, tome 1, Batman : Un long Halloween, Watchmen,

  • Bd
    Cover Ma comic inculture

    Ma comic inculture

    Bon, autant être honnête : avant peu, je n'y connaissais fichtrement rien en comics. Autant j'ai pu regardé des films de...

Autres actions de PFloyd Watchmen