La balle dum-dum de "Sin City" m'a atteint avec un certain retard. La lecture de "A Dame to Kill For" en Portugais (du Portugal) m'avait impressionné à l'époque, mais pas tout-à-fait bouleversé. Aujourd'hui, la (re)découverte de l'univers cauchemardesque créé par Frank Miller, sublimé par un graphisme constamment inspiré - même si parfois difficilement lisible - m'a fait l'effet dévastateur que sa réputation auprès des aficionados de la série laissait entrevoir. Violent jusqu'au délire, cruel jusqu'à la folie, d'une noirceur absolue, "Sin City" ridiculise toutes les tentatives précédentes et suivantes de dessiner l'enfer urbain, lamine les codes du polar et du roman noir, franchit allègrement (?) toutes les bornes de la décence et de l'invraisemblance. Du grand grand Art.
[Critique écrite en 2005]

EricDebarnot
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 10 juin 2015

4 j'aime

Sin City, tome 1
Kab
8

Critique de Sin City, tome 1 par Kab

De part sa narration cinématographique, son sens du dialogue dur mais jamais trop vulgaire et la noirceur de son œuvre, Miller à réussi à s'allier une majorité du public adulte, mais aussi des fans...

il y a 12 ans

22 j'aime

2

Sin City, tome 1
Kowalski
8

Noir c'est noir

Marv, bonne grosse brutasse machiste, un peu bas du front et aimant la country (Johnny Cash ou Hank William, donc il a tout de même bon goût.....), passe la nuit avec une "femme dans toute sa...

il y a 10 ans

14 j'aime

Sin City, tome 1
EricDebarnot
9

Balle dum dum

La balle dum-dum de "Sin City" m'a atteint avec un certain retard. La lecture de "A Dame to Kill For" en Portugais (du Portugal) m'avait impressionné à l'époque, mais pas tout-à-fait bouleversé...

il y a 7 ans

4 j'aime

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

il y a 6 ans

197 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

il y a 2 ans

179 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

il y a 2 ans

162 j'aime

22