Avatar denizor

Critiques de Denis Zorgniotti

@denizor
Versus
  Suivre
6.1

Critique de La dernière femme par denizor

La provocation est le moyen d'expression choisi par Marco Ferreri pour décrire le monde et dans ces années 70, il s'y adonne avec joie. Ici on évoquera l'exposition des organes génitaux de Gérard Depardieu, les scènes où la sexualité se pratique devant un bébé (drôle de mélange entre le vice et la pureté) et bien entendu, la fin "gore" du film, la scène d'auto-castration, qui reste dans... Lire la critique de La dernière femme

Avatar denizor
5
denizor ·
6.6

Critique de La femme en bleu par denizor

La femme en bleu est le premier film que Michel Deville réalise sans Nina Companez (avec qui il collaborait depuis 1961, 12 films au total). Est-ce une réaction de cause à effet, toujours est-il que ce 14e film est alors son œuvre la plus ambitieuse (plus tard, il y aura le Dossier 51), que ce soit par la forme que par le fond qui, derrière les apparences, se révèle d’une... Lire la critique de La femme en bleu

Avatar denizor
8
denizor ·
6.6

Critique de L'Amour violé par denizor

le passager de la pluie, la horse, les galets d'Etretat, Mais ne nous délivrez pas du mal, Dupont Lavoie, Le juge et l'assassin, La Traque, L'agression...Tous ces films français des années 70 ont un point commun, celui de montrer des viols, nouveau sujet que le cinéma français évoque dans ces années post-68 de féminisme militant. L'amour violé de Yannick Bellon, cinéaste... Lire la critique de L'Amour violé

2
Avatar denizor
6
denizor ·
6.8

Critique de Liberté la nuit par denizor

Dans Liberté, la nuit, il est question de la guerre d'Algérie, du FLN, de l'OAS mais ces éléments sont finalement extérieurs au film. Ils donnent une fin tragique aux deux histoires d'amour racontées ici (comme la fatalité qui s'abat), permettent à Philippe Garrel d'afficher une sensibilité politique (et de dire "moi j'aurais été dans tel camp... Lire l'avis à propos de Liberté la nuit

Avatar denizor
5
denizor ·
6.4

Critique de L'Enfant secret par denizor

Dans un beau noir et blanc, un homme et une femme se baladent dans la rue, l'homme raconte son rêve mais rapidement, la musique s'en mêle et on n'entend rien de ce qu'il dit. Tout l'Enfant secret est là dans cette absence (on s'en fout après tout de ce qu'il se dit) et dans cette présence dans l'image, celle d'un couple qui à ce moment précis existe. Il y a bien des détails... Lire la critique de L'Enfant secret

1
Avatar denizor
5
denizor ·
6.7

Critique de Les violons du bal par denizor

En 1974, Michel Drach réalise enfin un projet vieux de 10 ans et son film le plus personnel : le récit de certains épisodes de son enfance, lui l'enfant juif, pendant la guerre. Le cinéaste le fait avec les Violons du bal d'une manière originale, mélangeant les souvenirs proprement dit (en couleurs, esthétique de cinéma) avec les épisodes à peine recrées des démarches qu'il a... Lire l'avis à propos de Les violons du bal

3 1
Avatar denizor
7
denizor ·
6.5

Critique de Le Sucre par denizor

Qui dit satire dit souvent association du ridicule et de la gravité, le premier rendant plus prégnant (et plus cruel) encore la seconde. C'est bien le cas avec Le Sucre, portrait corrosif du monde de la bourse, qui peut se voir comme un grand bal de bouffons se débattant dans des spéculation financières virtuelles pour des faillites, elles, bien réelles ; un grand édifice fragile... Lire l'avis à propos de Le Sucre

Avatar denizor
6
denizor ·
6.8

Critique de Breaking Point par denizor

Il faut voir Breaking Point plus comme la seconde adaptation d'En avoir ou pas que comme le remake du Port de l'angoisse : le film de Curtiz est plus proche du livre d'Hemingway que du film du Hawks, ne reprenant pas le contexte de la guerre- ce qui est sommes toute normal, nous sommes en 1950 et plus en 1944. Curtiz tire ici son film du côté du film noir, l'histoire du... Lire l'avis à propos de Breaking Point

1
Avatar denizor
7
denizor ·
Bande-annonce
6.4

Le cauchemar d'une Tunisienne

A partir d’un portrait de femme empêtrée dans un drame conjugal, Hinde Boujemaa tire Noura rêve du côté du thriller psychologique. De quoi vous prendre aux tripes. Il y a un petit détail dans le droit tunisien qui fausse tout : l'adultère y est puni de prison. A partir de là, le sort de Noura (Hend Sabri) va se retrouver irrémédiablement scellé dans un dilemme... Lire l'avis à propos de Noura rêve

1
Avatar denizor
8
denizor ·
Bande-annonce
6.6

Critique de La Chèvre par denizor

Voilà le type de film dont le scénario semble avoir été conçu en soufflerie, histoire de ne laisser aucune prise au hasard et devenir un succès de box-office. Francis Veber reprend ici pas moins de trois recettes du succès déjà étrennées auparavant : celle du duo improbable qu'il a pratiqué dans L'emmerdeur, celle du personnage de Pierre Richard (antérieur à sa propre création de... Lire l'avis à propos de La Chèvre

Avatar denizor
4
denizor ·