Plus qu'un film, un documentaire se doit d'avoir une raison d'être. Raymond Depardon, grand parmi les grands du cinéma français et photographe de renom, a choisi, avec "12 jours", de filmer les courts entretiens entre les juges des libertés et les différents patients hospitalisés sous contrainte suite à des manifestations plus ou moins violentes de troubles psychiatriques.
Ce qui dérange, tout d'abord, c'est que dans un tel contexte, on s'attend tout de même à une certaine prise de position de la part du cinéaste français, Seulement voilà, les agents de l'Etat qui défilent devant nos yeux, se révèlent vite, de par l'uniformité des réponses qu'ils apportent aux gens en souffrance qui leur font face, de simples coquilles vides. D'ailleurs, l'un d'entre eux, d'un ton cynique certes mais tout de même, le dis très bien, ils ne servent à rien. Alors quel intérêt de filmer une personne en détresse qui semble s'adresser à un mur tantôt souriant, tantôt moqueur, tantôt grave voir inquiet mais jamais investi ni réellement empathique? On frôle le voyeurisme mais heureusement, le talent de Depardon pour capter de belles images sauve un tant soit peu l'entreprise.
La galerie de personnages , à la fois pris dans les rouages de leur propre esprit mais aussi dans ceux, tout aussi maladifs, des institutions (à l'image de ces longs travellings dans les couloirs froids et peu accueillants de l'hôpital psychiatrique), suffit à elle seule de rendre l'oeuvre intéressante. On se retrouve très vite suspendu au bout des lèvres de chacune de ces personnes, tentant vainement de justifier leur mal-être et les actes, parfois terribles, qui en ont découlé. On est parfois aussi effrayé par le monde imaginé par certains d'entre eux où il est, d'un côté impossible d'écouter le juge à cause des voix dans la tête et, où, de l'autre, un père assassiné devient béatifié aux yeux d'un fils bourreau qui se voit visionnaire et créateur d'un nouveau courant politique. Malheureusement, la caméra de Depardon n'est là que pour capter leur détresse et même si on se prend à se questionner sur la décision que l'on prendrait à la place du juge, on se rend vite compte que l'on est bien trop humain pour faire ce genre de choix et que humain, le système tend à ne plus l'être. Des choix comme approuvés par une caméra qui capte de belles images mais qui n'a pas vocation à faire évoluer les choses ni devenir un intermédiaire pour transmettre des idées. Incroyablement figé, le film de Depardon manque cruellement d'humanité.

Cyprien_P-L
4
Écrit par

Le 4 décembre 2017

25 j'aime

3 commentaires

12 jours
Morrinson
6
12 jours

Justice robotique et incompréhensions réciproques

Si l'on n'attendait pas le Raymond Depardon des années 2010 du côté du Frederick Wiseman des années 1960 (on pense à Titicut Follies, en 1967), il y a tout de même matière à être un peu déçu par ces...

il y a 5 ans

15 j'aime

19

12 jours
RichardRichter
8
12 jours

Douze

Le film a une résonance particulière puisqu'en tant qu'étudiant en médecine, j'ai eu l'occasion de faire un stage dans l'un des services dont on voit les images dans ce film. Par ailleurs, bien...

il y a 5 ans

13 j'aime

1

12 jours
AnneSchneider
8
12 jours

Frontières

Tout est affaire de frontières, de limites, dans ce nouveau long-métrage, saisissant, de Raymond Depardon : - Le titre, d’emblée, rappelle la durée à ne pas dépasser pour qu’un juge auditionne une...

il y a 5 ans

12 j'aime

12

La Folle Histoire de Max & Léon
Cyprien_P-L
5

La grande bafouille

Depuis quelques années déjà, c'est devenu la mode, quand on fait marrer les gens sur Youtube ou sur le petit écran, il faut les faire rire sur le grand écran. On se souvient (ou pas d'ailleurs), du...

il y a 6 ans

10 j'aime

Game Night
Cyprien_P-L
3
Game Night

Les petits détectives

Passé un peu inaperçu en France, "Game Night" possédait pourtant un pitch assez séducteur. Fan de jeux en tout genre, une bande d'amis décide de passer la vitesse supérieure en participant à un jeu...

il y a 4 ans

9 j'aime

Snowden
Cyprien_P-L
5
Snowden

L'idée mais plus l'envie

Silencieux depuis quatre ans et son escapade dans le thriller burné et jouissif avec "Savages", Oliver Stone revient sur le devant de la scène avec un sujet sur-mesure pour celui qui compte parmi les...

il y a 6 ans

8 j'aime