Vers la gloire ou vers le linceul, ira plus vite qui ira seul

Avis sur 1917

Avatar BestPanther
Critique publiée par le

ATTENTION SPOILER

(j'ai essayé de les cacher mais non, la flemme honnêtement)
Bon c'est vrai que j'ai mis un peu de temps à voir ce film, je n'avais pas prévu d'aller le voir, parce que les films de guerre, c'est pas ce qui me passionne le plus et surtout, Dunkerque m'avait ennuyé mais à un point ! Et j'avais peur que ça se reproduise ici, parce que la promo m'avait fait penser à Dunkerque, un film techniquement irréprochable mais qui ne me touche absolument pas. Mais les retours très positifs et les différentes nominations, notamment aux Golden Globes et aux Oscars, ont fini par me pousser à aller le voir....et j'ai bien fait ! Oh que oui j'ai bien fait, parce que voir ce film sur un autre support que le cinéma (vous voyez ce que je veux dire) aurait clairement affaibli l'expérience.

Cinéphile expert que je suis, pour moi, Sam Mendes, c'est les deux James Bond et...et c'est tout x) Donc c'est pas le réalisateur en lui même qui me hypait mais plus sa réputation, tout le monde a dit que c'était un bon donc j'y ai cru. Non, ce qui me hypait, c'était le fameux Plan-Séquence, vous n'avez pas pu passer à côté de ça, toute la promo était axée sur lui. Et personnellement, les plans séquences, ça me fait vibrer. J'ai toujours en tête ceux de la série Daredevil qui étaient incroyables, ceux de la saga The Raid qui faisaient briller chaque scène d'action, celui de Kingsman (même si c'en est un faux) qui a donné lieu à une scène mythique <3 Bref, quand je vois un plan séquence, je suis heureux, mais dans les exemples cités plus haut, ce sont des passages qui ne dépassent pas 10 minutes (même si celui de la S.3 de Daredevil s'en rapproche) alors quel plaisir c'est quand c'est sur la durée d'un film entier ! J'avais déjà vu ça dans Birdman mais dans ce dernier, il n'y avait pas d'action, ça ne lui enlève aucun mérite hein, je le dis juste. Et dans ce 1917, que dire ? Mais que dire nom de dieu ? C'est juste génial, c'est incroyable, c'est fascinant, c'est fabuleux, c'est magique, bref ça mérite les prix dans les cérémonies. On sent vraiment le poids des heures de travail tant tout doit être millimétré, et oui, c'est ça aussi qui fait la beauté du plan-séquence, la difficulté à le mettre en place. Donc quand c'est réussi à ce point, on ne peut que s'incliner. Cette technique sert l'immersion, sert à être au plus prés des personnages et j'ai été tellement immergé que j'en ai oublié de cligner des yeux. Et ce à plusieurs reprises, le seul mot qui m'a traversé l'esprit, c'est "impressionnant", surtout lors du climax et son nombre incalculable de figurants et, climax oblige, son côté épique indiscutable. Mais c'est pas le seul moment qui ma fait dire "WAOW !", un moment qui a mis tout le monde d'accord, le passage qui suit le gros cut du film, de nuit. Une ville détruite abandonnée, éclairée par les flammes, Roger Deakins a sorti le meilleur de lui même sur ce passage, c'est magnifique et on y retrouve probablement la plus belle image de l'année. Et au delà de ça, n'est-ce pas le meilleur moyen de résumer la guerre, une ville détruite éclairée par les flammes ?....J'peux parler aussi de l'effondrement, bien amené, je trouve ça intelligent d'avoir montré le rat avant l'acte et wait...les rats, ils prennent pas un peu trop de place dans le destin des gens en ce moment ? (oui je fais une référence à Avengers: Endgame et alors ?). Bon bref oui, l'effondrement, qui arrive après une quinzaine de minutes de préparation de terrain et de tension, et bah il vient te mettre une belle gifle, de par son réalisme ou encore l'inquiétude qu'on a pour ces personnages alors que le film n'a pas encore fait son premier quart. J'peux aussi parler du crash d'avion, très impressionnant également. J'en parlais un peu tout à l'heure mais Roger Deakins à la photographie a encore fait un excellent taf, c'est sombre oui, mais c'est le propos du film et ça colle à la réalité tout en étant magnifique. Pour renforcer l'immersion, le taf sur le sound design est complètement fou, lors de la scène du pont, j'ai sursauté plusieurs fois, même si je savais qu'il y allait avoir des coups de feu. Breeef, je ne sais pas si vous avez compris mais la réalisation est incroyable, que ce soit grâce à la photographie offrant des visuels de toute beauté, grâce au sound design qui nous fait croire qu'on est à côté du personnage ou grâce à son plan séquence qui donne un souffle réellement épique à de nombreux passages et qui rend l'implication deux fois plus efficaces.

Mais c'est bien beau de faire des plans séquences mais si c'est pour filmer du vide, ça sert à rien. Et justement, moi qui n'avait rien ressenti devant Dunkerque, excepté un profond ennui, j'ai été complètement captivé par le film, voire même bouleversé sur la fin. C'est premièrement dû aux acteurs, dès la première minute du film, on sent le désespoir, la peur sur le visage de George MacKay. Après je trouve qu'il a un charisme d’huître...MAIS, justement, c'est pas un archétype donc on peut plus s'identifier à lui, s'inquiéter de son sort, être impliqué dans son parcours, disons que c'est un "mal" pour un bien. Le reste du casting est très bon également, il nous offre de bons caméos (Colin Firth-que je n'avais pas reconnu-Mark Strong ou encore Benedict Cumberbatch). Le seul problème, c'est que je l'ai vu en VF et que le doublage de MacKay n'est pas tip top. Mais contrairement au film auquel je le compare depuis le début du film, j'ai trouvé que il y avait de l'émotion et dans les dernières minutes, oui, j'ai été chamboulé. Que ce soit parce que j'ai cru que notre héros n'allait pas réussir sa mission ou quand il annonce la mort de son camarade au frère de ce dernier. Mais surtout, là où je me suis dit "ah oui, vous êtes très forts là", c'est vraiment les dernières secondes: déjà, on voit un arbre vivant, symbole de l'espoir, de la vie, après avoir vu toutes les horreurs de la guerre mais surtout, on apprend que notre héros avait une famille, chose qu'il a caché aux autres et on se rend compte que notre héros est très courageux et que les enjeux de sa survie étaient bien plus gros qu'on le pensait. Autre moment d'émotion, le moment où Schofield se réfugie dans une maison et qu'il rencontre une fille, petit moment de pause dans lequel on se rend compte que les civils sont vraiment dans la pire situation à tel point que faire la rencontre avec une personnage avec un minimum de générosité apparaît comme un miracle et que la séparation est déchirante. Cette scène sert aussi au développement du personnage de Schofield, comme je l'ai dit plus haut, on se rend compte que c'est la meilleure personne de la guerre, ce qui rend notre attachement au personnage plus important. J'en parle depuis tout à l'heure mais ça paraît évident, le film nous plonge dans la guerre pour mieux nous faire comprendre l'horreur que c'est. Ça passe par les détails des décors (des cadavres d'humains ou d'animaux par ci par là), décors qui sont d'ailleurs de toute beauté mais aussi par les actes humains. Et là, vous voyez à quoi je pense...et oui, le meurtre de Blake qui arrive comme ça, sans que personne ne s'y attende et là, j'étais sur le c*, là j'ai eu des frissons, c'est là que je me suis rendu compte que j'étais impliqué dans le film, que j'allais passer une séance de folie, et que j'étais content de ce que j'ai vu. Mais aussi, on prend conscience du comportement horrible de l'humain durant cette guerre, les hommes ne pensaient qu'à tuer, même si on venait de leur sauver la vie. Le rythme a plusieurs moments est lent, on peut se dire que la scène ne sert à rien...et non, chaque scène sert à quelque chose: soit à nous émouvoir, soit au développement de personnage, soit à l'avancement de l'intrigue, soit pour raconter quelque chose à propos de la guerre et de l'humain. Et tout ça est servi par une BO de Thomas Newman qui accompagne parfaitement l'action et l'émotion. Breeeef, vous l'aurez compris, ce film est émouvant, ce film a des choses à raconter, ce film propose ce qu'on aime dans le cinéma.

En conclusion, oui, c'est un film taillé pour représenter le début de cette décennie, un film ambitieux et qui réussit à arriver au bout de ses ambitions. Sam Mendes a mis une claque à tout le monde au niveau de la réalisation tout en ayant des choses à raconter. J'ai bien fait de retourner ma veste et d'aller le voir au cinéma car oui, une telle expérience est décuplée en salles obscures...et une telle expérience est à vivre au moins une fois parce que personnellement, je n'en suis pas ressorti indemne. 8/10 + <3

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 546 fois
9 apprécient

BestPanther a ajouté ce film à 4 listes 1917

Autres actions de BestPanther 1917