Avis sur

9 mois ferme

Avatar Mhars
Critique publiée par le

9 mois ferme

Alors, pourquoi c'était bien de la merde (je spoile) :

L'histoire c'est une femme célibataire carriériste qui a plus envie de relationner avec des hommes, et elle est très contente comme ça. Bon, alors ça parait très bien.
Mais sauf que non, bien sûr, on va nous expliquer que ça : C'EST LE MAAAAL !
L'histoire ça va être de remettre cette femme insolente (elle a pas besoin des hommes pensez donc !) à sa place : à la fin sa carrière est mise de côté et elle va se consacrer à une vie de mère et de compagne, voilà qui est bien plus approprié oui oui.

Bon déjà le truc de base c'est qu'elle tombe enceinte d'un "criminel" et qu'elle le découvre 6 mois plus tard (elle a fait un déni de grossesse). Bon on passe sur l'esquive bien facile de la possibilité d'avortement (quoi qu'avec un déni de grossesse, ça doit être encore possible de, mais ce ne sera évidemment pas abordé).
Elle est tombée enceinte alors qu'elle était complètement bourrée et ne se souvient pas de ce qui s'est passé le lendemain. Ça déjà, ça a de fortes chances d'être un viol. Bien sûr ça n'est jamais jamais évoqué, on est supposé partir du postulat que malgré son état, elle a pu donner un consentement valable. Il n'est même pas question de consentement dans le film, et faire l'économie de ça c'est un gros problème.

Ensuite on a Bob qui est violent physiquement et psychologiquement avec elle, force l'entrée de sa maison, la "sauve d'elle-même" quand elle essaye d'avorter malgré tout, la séquestre, l'infantilise, la malmène, lui fait la morale, la prive de repas pour la "punir", la force à travailler pour lui, etc, etc. Cela sur un ton qui se veut très humoristique et avec la salle de cinéma qui explosait littéralement de rire à chaque nouvel abus, à chaque nouvelle violence. Les réactions de Ariane sont moquées, sont présentées comme exagérées, comme de l'hystérie. Le comportement de Bob comme du soin, du '"je sais ce qui est bon pour toi à tes dépends".
Alors excusez-moi, mais quand on est séquestrés par un inconnu violent pendant plusieurs jours et privés de repas, inconnu qui nous a de surcroît très certainement violé 6 mois auparavant, hurler et se débattre ne parait pas sujet à rire ni exagéré, non.
A la fin, le film conclut qu'avec tout ça, il lui a appris la tendresse et l'amour, elle qui avait un cœur de pierre >____<

Bob qui fait la morale à Ariane sur la tentative d'avortement, c'est vraiment creepy aussi. Parce que c'est un homme cis déjà. Et parce qu'on retrouve le discours pro-life/anti-choice, on parle du fœtus comme "du bébé", on culpabilise la femme. Là où on voit que ça ne fonctionne vraiment pas, c'est par une blague dans le film qui consiste à montrer que Bob n'y "connait rien aux trucs de gonzesses" et ne sait pas qu'une grossesse dure 9 mois. Alors que Bob sache qu'à 6 mois il est difficile d'avorter et puisse se permettre de faire tout un discours moral à ce sujet dont il ne connait rien en plus de ne pas pouvoir le vivre, non, juste non, faites le taire.

Au final Ariane "se calme", l'aide, le sauve, en tombe amoureuse, accouche de l'enfant, délaisse sa carrière pour lui. Fin, happy end, on est supposés trouver ça trop choupi et être trop content...

Alors j'ai assisté à une projection en avant-première, avec Dupontel présent. L'écouter n'a fait que confirmer le propos : il n'a aucun respect pour Ariane, il déteste clairement le personnage, personnage qu'il convenait bien de punir et de violenter pour la remettre à sa place, et il adore le personnage de Bob "le marginal", parce que les monstres ne sont pas ceux qu'on croit, et que c'est vraiment un chic type alors.
Bon on note que le marginal est "blanc hétéro cis" (un passage du film nous montre que le marginal noir bat sa femme, et que c'est pas du tout comme Bob il a fait, hein, non non). Dupontel a donc une vision des marginaux qui ne prend en compte qu'un rapport de classe en faisant l'économie de tout le reste.
Après il nous a fait le couplet du grand cynique iconoclaste qui se moque de la morale, des conventions et du politiquement correct ("moi mes films ont pas de morale, j'aime pas la morale", etc). Pour un film justement ultra moral où il s'agit d'humilier une femme qui a l'audace d'être carriériste, c'est très ironique. Et on note qu'il y a d'un coup beaucoup moins de monde pour traiter des rapports de classe quand ce sont des hommes riches qui sont impliqués, et/ou des femmes qui sont en situation précaire (ce qui reflète beaucoup plus la réalité, hein).

Après j'ai rigolé, beaucoup, à certaines blagues qui impliquaient ni violence, ni misogynie, ni racisme, ni morale à deux sous : par exemple le coup du portrait robot, l'attaque des ustensiles de cuisine, certains passages enregistrés de la soirée de Ariane avant sa rencontre avec Bob... C'est bien dommage que le propos principal soit : Ariane est horrible, détestons tous Ariane, elle aime pas les hommes, bon maintenant qu'on a bien traîné Ariane dans la boue, aimons un peu plus Ariane, ah voilà elle devient une lafâme accomplie c'est à dire une mère, c'est mieux.
Derrière ce tas de boue puant, y avait certaines perles hilarantes, j'aurais juste voulu de ça, et virer toute l'histoire immonde qui allait avec.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 696 fois
12 apprécient · 8 n'apprécient pas

Autres actions de Mhars 9 mois ferme