👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand le petit tendre étanche sa soif à même la jugulaire

Blue ruin est un second film impétueux, l’œuvre d’un cinéaste décidé qui, dans un monde cinématographique reniant presque le film de genre, en délivre un fier représentant, bille en tête, sans s’excuser. Ne cherchez pas ici quelconque thèse traumatique, il n’est question que du dernier soubresaut d’énergie d’un homme qui, après s’être fait voler sa vie par des salopards, n’a trouvé pour raison de vivre que l’ultime espoir d’un jour pouvoir les réduire au silence, à tout jamais. L’ex-fiston de bonne famille se déniche alors un taudis roulant envahi par la rouille et attend son heure, dans l’errance et la haine, ce jour béni ou il pourra enfin goûter le tanin ferreux qui constitue le sang de celui qui lui a tout pris, peu importeront les conséquences de cet acte libérateur.

Autour de ce pitch simplissime, aucun bout de gras (ou presque), un déroulement brut de décoffrage, marqué par l’errance d’une proie devenue carnassière. Un vrai revenge movie, qui ne s’embarrasse pas de jouer la carte verbeuse pour tout expliquer, c’est vraiment appréciable, car c’est devenu une denrée foutrement rare en notre bonne année 2014. Du film de genre qui ne s’excuse pas d’en être, qui dès la première demi-heure montre ce qu’il a dans le ventre, quelle aubaine ! D’autant plus qu'il est porté à bout de bras par un cinéaste qui connaît son affaire, et ne manque pas de prouver toute sa maîtrise visuelle dès lors qu’il s’agit de composer de la belle image. On pourra certes chipoter et reprocher à cette belle photographie de jouer un peu trop les poseuses, mais l’effort est là et le résultat, léché, aussi : splendide.

Mais voilà, quelques ombres viennent tout de même tempérer ce très chouette tableau, à commencer par un lead qui manque un peu d'attitude. Mais le plus gros point noir de Blue Ruin est sans aucun doute sa fin, qui voit Jeremy Saulnier tomber dans les travers qu'il avait pourtant évités jusque là, à savoir une mutation du film poisseux et sans concession en une parlotte trop convenue, qui contraste trop avec l’attitude si frontale qui caractérisait l’ensemble. C’est bien dommage, on sent dans ce dernier acte prolixe une tentative de justification, qui fait l'effet d'une excuse à demi soufflée remettant en question l'acharnement de la première heure; comme si cette envie de réaliser un revenge movie uniquement motivé par la soif vengeresse qui peut alimenter le palpitant d’un homme en colère n’était, en elle-même, pas suffisamment légitime. Alors que tout le reste de son film avait bel et bien prouvé le contraire.

M’enfin, ne boudons pas trop notre plaisir, je ne ferai pas la fine bouche devant cette proposition si assumée, particulièrement bienvenue puisqu’en plus d’être généreuse et sincère, elle laisse présager du meilleur pour l’avenir de son jeune réalisateur. Affaire à suivre.

oso
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 7 ans

10 j'aime

Blue Ruin
Morrinson
8
Blue Ruin

Blue Ruin, la vengeance en héritage

Une sacrée surprise, ce "Blue Ruin", confirmant qu'aller voir un film sur grand écran en ne se laissant guider que par le hasard, vierge de tout commentaire, a encore tout son sens. Quelques mots en...

Lire la critique

il y a 8 ans

55 j'aime

5

Blue Ruin
Velvetman
8
Blue Ruin

Voyage au bout de l'enfer

Portrait incisif sur la perdition d’une vie et d’une Nation, Blue Ruin cloisonne son drame familial par les codes du cinéma de genre et affiche avec rudesse, la description d’une tristesse...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

8

Blue Ruin
Lilange
8
Blue Ruin

No Apology

J’aime bien les Revenge movies, depuis toute jeune. Je crois bien que ça a commencé avec The Crow :). L’injustice m’a toujours fait rager. Cela ne veut pas dire que je cautionne la violence, mais ça...

Lire la critique

il y a 6 ans

30 j'aime

6

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

15

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8