Caligola - La storia mai raccontata

Avis sur Caligula : La vraie histoire

Avatar Seance-sup-0H30
Critique publiée par le

En Italie, copier sur la feuille du voisin n'est pas un vilain geste, c'est une question de survie. Après le très médiatisé Caligola (Caligula) par Tinto Brass (qui piquait déjà pas mal à Federico Fellini), voilà que des vautours survolent le sujet, au point de générer une Caligula-sploitation, se résumant en deux mots : du cul et des toges. Parmi eux, pas le moins filou en la présence de Joe D'Amato, qui entre un film gore et un film érotique, accepte après trois secondes de réflexion, de filmer SA version de l'histoire (en gros, la même que Brass mais avec le budget d'une pub soviétique). Trois bouts de tissue, des statues trouvées à la brocante et placées aveuglement dans le jardin de tantine, un jeune gars pour jouer Caligula qui roule des yeux pour jouer la folie, l'abonnée Laura Gemser (qui se coupe de la viande entre les cuisses) et son mari Gabriele Tinti (qui se prend une lance dans le derche) et une musique d'attente pour pizzeria en guise de bande originale. Cheap jusqu'au bout des sandales mais rigolo grâce notamment au gout prononcé de D'Amato pour le mauvais… gout. Coup de bol, le trash matche parfaitement avec le sujet et que ce soit une obèse sodomisée par un cheval, des tortures carnavalesques ou une orgie de vieux qui finit en dégueulis, le réalisateur est pile dans son élément. Une belle chose tout de même, les scènes de rêve (et scène finale) où l'épure du décor donne une vraie tristesse aux séquences. Tout arrive.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 300 fois
3 apprécient

Autres actions de Seance-sup-0H30 Caligula : La vraie histoire