Bande-annonce
Affiche Cogan : Killing Them Softly

Cogan : Killing Them Softly

(2012)

Killing Them Softly

12345678910
Quand ?
5.8
  1. 54
  2. 130
  3. 295
  4. 538
  5. 961
  6. 1404
  7. 1138
  8. 459
  9. 82
  10. 21
  • 5.1K
  • 134
  • 1.3K

Lorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont...

Casting : acteurs principauxCogan : Killing Them Softly
Casting complet du film Cogan : Killing Them Softly
Match des critiques
les meilleurs avis
Cogan : Killing Them Softly
VS
Street fighting man

Rain dogs Non, parce que vous comprenez, maintenant, un film, faut qu’il soit parfait : ni creux (je ne reviens pas sur la critique de Killer Joe d’un éclaireur apprécié qui me fait encore saigner les yeux et le cœur) ni trop chargé au niveau de la métaphore (reproche de beaucoup de ceux qui n’ont pas aimé ce killing them softly). Il doit être équilibré pile-poil, le film, aux petits oignons, on ne nous la fait pas sur SC, y a du niveau, merde. Alors certes...

31 17
Direct to video

Avec ce "Cogan", Andrew Dominik est vraiment très loin de son "Assassinat de Jesse James". Il y a vraiment peu de choses à retenir et à sauver de ce film : certains comédiens dont James Gandolfini et Brad Pitt à la rigueur ou la photo qui sans être sublime est quand même soignée. Mais c'est tout. Sinon ce film ne présente pas vraiment d'intérêt : une histoire creuse dont on se fout et qui se résume en une série de tête à tête aux dialogues insipides, à la réalisation plate quand elle n'est... Lire la critique de Cogan : Killing Them Softly

12 2
Critiques : avis d'internautes (198)
Cogan : Killing Them Softly
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Non, non, ce n'est pas un film sur les "fugees" !

Un vrai petit régal ! J'ai adoré ce polar noir qui sort des sentiers battus. A l'inverse d'un Martin Scorsese qui aurait plus tendance à nous brosser le portait de gangsters haut en couleurs, Andrew Dominik s'intéresse plus ici aux petites "frappes" de la rue, tout en y apportant une résonance politique et économique. En effet, très intelligemment et subtilement, le réalisateur compare le... Lire l'avis à propos de Cogan : Killing Them Softly

5 2
Avatar jérômej_
8
jérômej_ ·
Découverte
Les Hommes d'affaires des 80's avaient rendu le Super Vilain Mégalomane de cinéma obsolète...

..., Le liberalisme économique du 21e siècle a eu la peau du Gangster. Non mais qu'est-ce que vous avez tous à chier sur ce film? L'image misérabiliste et crépusculaire qu'il donne des gangsters n'est pas assez tape-à-l'oeil? Ne blâmez pas Andrew Dominik pour ça, c'est le capitalisme qui les a tué. La présence dans le film de Ray Liotta et James Gandolfini ne laisse planer aucun doute: Voici ce... Lire la critique de Cogan : Killing Them Softly

38 2
Avatar Robert Johnson
7
Robert Johnson ·
Lent. Bavard. Superbe!!

A contre-courant des modes et des attentes, le polar d'Andrew Dominik a été fraîchement accueillie. Pas facile à appréhender, lent, bavard, peuplé par des personnages antipathiques, idiots, vulgaires, le film creuse de plus un message politique cynique qui semble de prime abord collé artificiellement à une intrigue un rien rachitique. Perso, après une première vision mitigée, j'ai infiniment... Lire la critique de Cogan : Killing Them Softly

25
Avatar Dalecooper
8
Dalecooper ·
Snake Pitt

Faut pas se leurrer, lorsque tu empruntes le tunnel Cogan, tu sais d'emblée et malgré les détours que le futur proche sera plus dégueulasse qu'une fin de saison de Marseillais. Même si, au bout, tu crois apercevoir la lumière, tu sais qu'il n'y aura pas d'embellie. Que c'est mort. Faut dire la vérité, il y a des endroits où, même le jour, t'as l'impression que c'est... Lire la critique de Cogan : Killing Them Softly

46 28
Avatar DjeeVanCleef
7
DjeeVanCleef ·
Capitalism: An american dream.

Cinq ans après son crépusculaire "Assassinat de Jesse James...", le cinéaste australien Andrew Dominik retrouve la star Brad Pitt pour s'attarder une nouvelle fois sur le milieu du grand banditisme, mais avec une approche foncièrement différente. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le nouvel essai de Dominik risque de laisser la majorité des spectateurs de marbre, tant son film reste... Lire l'avis à propos de Cogan : Killing Them Softly

14
Avatar Gand-Alf
7
Gand-Alf ·
Toutes les critiques du film Cogan : Killing Them Softly (198)
Bande-annonce Cogan : Killing Them Softly
Vous pourriez également aimer...