👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je ne le cacherai pas : ce n'était pas très enthousiaste que j'allais voir ce "Django". Certes je voulais revoir des scènes ciselées comme l'intro d' "Inglorious Basterds" ou le final de "Boulevard de la mort", mais j'avais trop peur de ces longueurs interminables et inutiles qui polluaient selon moi les derniers films du grand Quentin. Eh bien pourtant, la surprise n'en fut que plus bonne. Premier bon point me concernant : les dialogues incisifs et le génie de composition visuelle du maître Tarantino sont toujours là. La scène d'intro, et surtout la scène qui suit, le démontrent haut la main. Mais ce qui a été vraiment bon pour moi, c'est le fait que pour le coup, l'ami Quentin a vraiment investi une véritable rigueur au niveau de la narration et du rythme : finis les petits amusements interminables qui venaient pourrir l'intrigue centrale. On a ici un vrai bonhomme derrière la caméra, avec un vrai objectif, et ça se sent. Le film gagne en intensité et, du coup, l'esprit décalé « made in QT » s'exprime d'autant mieux. C'est qu'à cela s'ajoute en plus une vraie personnalité dans cet univers barré et – surtout – un regard ironique sur la violence aux Etats-Unis que j'ai trouvé pour ma part très pertinent. Pour le reste, on est en terrain connu : interprétation excellente (avec malgré tout une légère réserve sur l’ami Léo), B.O. exceptionnelle et aussi ce sens du montage assez unique au monde. En somme, vous l'avez compris, "Django", pour moi, ça dépote. Ça manque d'un je ne sais quoi pour en faire vraiment un film ébouriffant mais, malgré tout le résultat est suffisamment riche et abouti pour que je crache dans la soupe. Moi en tout cas, ça me réconcilie avec l'ami Quentin, et rien que ça, c'est une première bonne nouvelle pour cette année 2013 qui commence.

lhommegrenouille
8

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de Quentin Tarantino et Les meilleurs films de 2013

il y a 4 ans

2 j'aime

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

339 j'aime

50

Django Unchained
real_folk_blues
7

Jamie nie Crockett

Salut, j’aime Tarantino et je t’emmerde (poliment, bien sûr). Certes, il est podophile (j’ai bien utilisé la lettre « o »), pas très agréable à regarder, parfois vulgaire, et un brin complaisant...

Lire la critique

il y a 9 ans

133 j'aime

50

Django Unchained
Nushku
7

Dragées Unchained

Le dernier Tarantino est un film des plus sucrés. Sucré avec tous ces accents chantants ; ce Sud pré-Civil War aux relents de southern gothic, aux plantations garnies de belles demeures ornées de...

Lire la critique

il y a 9 ans

105 j'aime

8

Tenet
lhommegrenouille
4
Tenet

L’histoire de l’homme qui avançait en reculant…

Il y a quelques semaines de cela je revoyais « Inception » et j’écrivais ceci : « A bien tout prendre, pour moi, il n’y a qu’un seul vrai problème à cet « Inception » (mais de taille) : c’est la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

211 j'aime

71

Ad Astra
lhommegrenouille
5
Ad Astra

Fade Astra

Et en voilà un de plus. Un auteur supplémentaire qui se risque à explorer l’espace… L’air de rien, en se lançant sur cette voie, James Gray se glisse dans le sillage de grands noms du cinéma tels que...

Lire la critique

il y a 2 ans

188 j'aime

11

J'accuse
lhommegrenouille
4
J'accuse

Il y a les faits. Et puis il y a l’interprétation.

Étonnamment j’étais pas mal attiré par ce projet et cela malgré le fait que je ne sois pas trop fan du cinéma de Roman Polanski. L’Affaire Dreyfus au cinéma. Mais quelle évidence… Ils sont rares ces...

Lire la critique

il y a 2 ans

137 j'aime

50