Affiche Dodes'kaden

Critiques de Dodes'kaden

Film de (1970)

La cour du miracle

Toute la réussite (et le petit miracle) de ce film tient en un mot: équilibre. Kurosawa plonge pendant un peu plus de deux heures (alors qu'il en voulait au minimum le double à l'origine, lorsqu'il adapte le roman de Shûgorô Yamamoto) dans la vie sordide d'un bidonville en évitant les deux écueils "normaux" d'un réalisateur moyen, ou normal. C'est n'est jamais larmoyant, ce n'est jamais non... Lire la critique de Dodes'kaden

54 9
Avatar guyness
8
guyness ·

Il était une fois un tram

D'emblée Vivre et Barberousse m'avaient bouleversée, il m'a fallu un peu plus de temps pour entrer dans un univers où le réalisme le plus noir flirte avec l'humour et la poésie, portrait cruel et sans concessions du Japon industriel dont Kurosawa disait : "le miracle économique ne dure pas parce-qu'il prend appui sur la misère morale et l'injustice" On va donc suivre le parcours d'un... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

97 25
Avatar Aurea
8
Aurea ·

Apologie de l’apologue

Entre rupture et continuité, Dodes’ka-den occupe une place particulière dans la filmographie de Kurosawa. Continuité, tout d’abord, par les thèmes qu’il aborde, et qui semblent prolonger l’attention portée aux miséreux avec tant de talent dans Barberousse. Galerie des conséquences de la pauvreté, le récit choral explore les ravages de l’alcool, de la solitude, de l’esclavage, du viol et de la... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

37 3
Avatar Sergent_Pepper
6
Sergent_Pepper ·

Le rêve, remède au désespoir

Voilà un film qui m'avait laissé pantois la première fois que je l'ai vu, à l'époque j'étais sans doute peu enclin à voir ces pauvres bougres décrits de la sorte. Pourquoi accepter aussi facilement sa situation, sans heurts ni révolte ! Et pourtant ce film est une pure merveille qui ne mérite pas de tels jugements, une merveille aussi bien sur le plan formel avec ces couleurs chatoyantes ou... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

24 7
Avatar Kalopani
9
Kalopani ·

Tu vas l'avoir ta piscine mon petit !!

Jusqu'à maintenant j'ai toujours pensé que Kurosawa serait mon cinéaste maudit, et que je n'arriverai jamais à apprécier son oeuvre. J'ai à 4 ou 5 reprises voulu matter "Ran", et j'ai été incapable à chaque fois de dépasser la demie-heure, passablement fatigué par les histoires de vieux samouraïs séniles énervés, tout en kimonos couleurs fluos dans des décors particulièrement kitsch, et j'ai du... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

24 1
Avatar KingRabbit
10
KingRabbit ·

doudesuka? maamaa

Dodes'kaden était mon tout premier Kurosawa, celui que j'ai jugé le plus susceptible de me plaire avec Vivre et Rêves. Un peu de déception pour ce film parce que je m'attendais vraiment à un chef-d'œuvre vues les notes très flatteuses (mais bizarrement peu de critiques), j'imagine qu'on ne m'y reprendra plus. Je ne vois vraiment pas comment je pourrais monter jusqu'à 10 car je n'ai pas vu de... Lire la critique de Dodes'kaden

24 14
Avatar Sassie
7
Sassie ·

Critique de Dodes'kaden par félis

Ce film m'avait fait une très forte impression la première fois que je l'avais vu. En le revoyant plusieurs années après, j'ai été frappé de me rendre compte qu'il était si triste et pessimiste, alors que ce n'est pas le sentiment qu'il m'avait laissé. L'histoire raconte la vie de plusieurs personnes dans une sorte de bidonville japonais, où misère, alcoolisme et folie se côtoient joyeusement :... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

19 1
Avatar félis
9
félis ·

Foutus mécanos ...

Le plus beau des quatre Kurosawa que j'ai vu. Cette oeuvre est certainement la quintessence du cinéma de Kurosawa, celle où sa sensibilité est la plus poussée. Voyage sensoriel, trip poétique, DodesKaden est un oiseau rare, un film maîtrisé à la fois léger et douloureux, un sommet de poésie condensé dans le style simple (mais jamais simpliste) du cinéaste japonais. DodesKaden a cette singularité... Lire la critique de Dodes'kaden

9 1
Avatar Nwazayte
9
Nwazayte ·

Tchou Tchou (Traduction française du titre )

Dodes'kaden arrive 5 ans après Barberousse, il fait suite à de nombreuses désillusions de Kurosawa qui après avoir quitté le Japon est obligé d'y revenir par la petite porte. C'est également une grande première, exit le fameux noir au blanc, et place à la couleur jugée jusqu'à alors inintéressante par le Maître Adapté d'un Roman de Shugoro Yamamoto, c'est la continuité aux bas-fonds de Gorki... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

19 3
Avatar Gwimdor
5
Gwimdor ·

Une merveille de bidonville

Connaissant quelques films de Kurosawa, je m'étais habitué à voir de grandes fresques, des populations gigantesques, des batailles épiques dans un japon médiéval et des enseignements de valeur et de morale, issus d'adaptations d'oeuvres littéraires classiques asiatiques ou occidentales. Force est de constater que pour son premier film en couleur, Kurosawa en association avec trois autres... Lire l'avis à propos de Dodes'kaden

7 2
Avatar Crillus
8
Crillus ·