L'épisode d'1h40 que tu ne voulais pas voir

Avis sur Dragon Ball Super : Broly

Avatar Youdidi
Critique publiée par le

Je sais que j'aurai du réfléchir à deux fois avant de regarder ce film sans rien connaitre de l'univers Dragon Ball, je sais que dans 80% des films adapté d’œuvre pré-existante (surtout japonaise) il y a un fort risque pour que le réalisateur s'en batte ouvertement les couilles du public externe à cet univers qui va au cinéma voir un film d'animation sans trop réfléchir à devoir se souvenirs ce qui a été fait avant ça, mais cela ne justifie pas ce film. Cela ne justifie pas ce film car, logiquement, on n'a pas à être un connaisseur ou à voir tel ou tel œuvre avant d'aller voir un film au cinéma car le cinéma a pour but de rassembler, et ce film ne fait que fermer définitivement l'univers Dragon ball à tous ceux qui ne l'ont pas vu jusque là.Cependant, malgré ce défaut assez grave, cela n'empêche pas le film de POTENTIELLEMENT être un bon film, et au final: Mais qu'est ce que c'était que cette merde sérieusement ?

Je crois que j'ai pas vu plus grosse purge japonaise auto centré qui branle l'otaku no life de 16 ans fan de manga bon marché. Je crois qu'on n'a jamais atteint un aussi haut point de schlaggerie, même dans Sword Art Online Ordinal Scale on faisait l'effort d'être convenable et respecter des bases que ce film ne respecte pas, au point où je suis prêt à dire: "Je n'ai pas vu un film, mais un épisode de 1h40, et 1h40 c'est très long, surtout quand tu ne sais pas occuper ton public". Preuve en est, graphiquement ça a la même classe qu'un épisode de Dragon Ball Super qui, je le rappelle, a commencé il y a déjà 4 ans, et non, on ne peut pas produire un film en 2019 de la qualité visuelle d'un film fait en 2015, et la 3D est vraiment moche et nous fait parfois des problèmes d'incrustation dans le décors en 2D qui te sortent complètement du film. On doit un minimum s'appliquer sur les détails et les plans larges où l'on a des personnages sans visages ça n'est pas acceptable, les fautes de goûts où l'on fait des zoom rapproché sur les visages comme dans FoodFight non plus, c'est à oublier, et puis quand on va au cinéma, on cherche à viser plus haut qu'un public fan de japanimation à outrance. Le coup du bébé qui a grandit loin de la société et qui crée un décalage avec son monde et le nôtre, ça a été vu des milliers de fois, la scène de la jeune fille gentille qui offre un gâteau à l’ermite un peu simple d'esprit pour sympathisé aussi, le coup où l'ermite a un objet fétiche qui le fait rager quand quelqu'un y touche aussi, le coup du lourdingue dans une cantine qui va déranger le repas du héro et qui va se frotter à lui parce qu'il est stupide et parfois sous alcool aussi... Vous trouvez ces scènes nanar et ridicules ? Elles y sont frame par frame identique à ce que vous avez déjà vu auparavant. Mais je crois que le plus grave reste quand même l'écriture qui, je crois, n'a même pas été réfléchit, on a surtout voulu faire plaisir au public de fan qui sauront se reconnaitre dans un film qui ne fait qu'être une suite à leurs épisodes quotidiens, mais pour ceux comme moi qui n'ont fait qu'entendre parler du phénomène, on peut clairement aller voir ailleurs. Un élément révélateur: les scénaristes sont incapable de présenter quelqu'un sans déballer la fiche wikipédia à la moindre occasion, et la scène d'introduction en est un parfait exemple. Et là je vais mettre sous spoile alors que c'est au début du film parce que j'ai l'impression que la scène d'intro a un trop gros lien avec des évènements qui arrivent juste après et qui durent jusqu'à vers le milieu du film

Après le flashback de 40 ans auparavant qui nous présente les origines de végéta et de Broly et après celui du 5 ans auparavant qui nous présente les origines de Kakarotto (qui au final est San Goku, pourquoi l'appeler Kakarotto si c'est pour lui donner un autre nom juste après sans prévenir que c'est la même personne ?), on a San Goku et Végéta qui se tapent dessus sur la plage, et puis on a Bulma qui reçoit un appel de son fils qui lui alerte que 6 des dragons balls ainsi qu'un détecteur à Dragon ball ont disparu, et elle en a l'air de s'en cirer mais tellement la bite, c'est terrible. Et ce qui me perturbe dans cette scène c'est à quel point les Dragonballs ont l'air d'être d'une inutilité cosmique, ça en devient presque gênant. Quand on ne connait pas dragon ball, instinctivement, vu que ça reste le titre principale du film, on est en droit de se dire que c'est RELATIVEMENT important, et ayant vu quelques extraits, je sais que ça peut faire apparaitre un dragon qui peut réaliser n'importe quel vœu, rien que ça ça pose du dilemme, de la responsabilité, et un MINIMUM d'importance, mais là non.Déjà le fait qu'elle ait les 6 dragon balls et qu'elle les range aussi mal dans son bureau, cela relève presque de l'insulte, mais surtout pourquoi elle n'avait pas la 7e ? Parce que la dernière est caché dans le continent de glace et qu'il y fait trop froid, c'est chiant. On peut aussi noter qu'on a une sacré perle en terme d'écriture et en terme de réplique bateau servant qu'à meubler: "Le continent de glace est froid" Bulma 2019. Et là où on pouvait avoir quelques doute sur cette négligence auprès des dragon balls pouvaient être discutable, mais là suite ne fait qu'empirer les choses. Quand on demande à Bulma ce qu'elle voulait faire avec les dragon balls, elle répond: "Je voulais paraitre 5 ans plus jeune, pas plus parce que sinon on m'aurait dit que je me serais faite refaire". C'est comme le coup où on nous présente un méchant de type fils de pute au 92e degré, et où le film va te balancer "Oh bas en faite, le méchant super dangereux au 92e degrés de saloperie confirmé, bas il a déjà été tué dans le passé, mais le héros l'a ressuscité pour sauver le monde parce que yolo, du coup il est pas si méchant finalement, mais faut pas trop faire gaffe à ce genre d'info parce que ça vient de la série originel". Dans quel monde tu peux balancer que ton méchant est méchant mais parfois ? BREF au même moment on a Freezer qui fait un récapitulatif des dragonball qu'il a, et on a le conseillé qui débarque en disant "J'ai rédigé à la lettre le vœu que vous voulez faire, mais en faite qu'est ce que vous voulez souhaiter ?". Gars, tu viens de dire que tu l'as rédigé son putain de vœu, comment t'as fait pour ne pas savoir ce que c'était ? Ah mais non, en faite il précise qu'en faite il sait mais c'est juste une excuse de merde pour faire de l'exposition forcé du temps où Freezer était coincé sur terre et qu'il a souffert et mes couilles au bord de l'eau... Va-t-il choisir d'être invulnérable ? Mais non, logique, ça ne lui convient pas, "ça serait moins amusant", autant aller dans la démesure; Autant aller jusqu'au bout et faire quelque chose de gras qui n'a aucune utilité que de contrebalancer une (possible, je n'ai pas vu la série, je ne peux pas faire d'accusation) surcharge scénaristique qui a rendu tellement over the top la série que tu t'es senti obligé de faire quelque chose d'équivalent voir même plus élevé pour relevé le niveau, mais qui pour un spectateur lambda paraitra comme des grossièretés de gamins de 5 ans qui jouent encore à chercher leurs morves de nez avec leurs index et qui savent pas encore pleinement compter jusqu'à 10. Mais alors c'est quoi le souhait du bonhomme michelin anorexique à grosse queue ? Contrôler l'univers ? Tuer toute trace de vie ennemi ? Avoir le broshing de Kev adams dans les nouvelles aventures d’Aladin, histoire de s'aventurer dans l'humour ? Même pas, c'est être plus grand. Bah oui, le bonhomme est susceptible, il n'aime pas qu'on dise qu'il est petit, c'est pas du tout cliché ça dis donc. Alors il veut grandir, mais que de 5 centimètres (comme si ça allait l'aider à se sentir plus grand n'être plus grand d'une semelle de chausson), comme ça on croit que peu importe que tout le monde sache qu'il a pris les 7 boules de cristal pour si peu, il veut qu'on croit que sa forme initiale ait grandit de 5 centimètres (comme si ces gardes du corps bodybuildé comme des actions man sous stéroïde se trimbalaient avec des mètre pour le mesurer), osef de la forme où il fait facilement 2 mètres de haut, monsieur le vilain fait un caprice de gamin qui rentre au collège, du coup il faut que ce soit sa forme initiale qui grandisse. Ne me dites pas qu'il n'y a pas un problème. Juste à l'entendre tu te rends compte qu'il y a un réel soucis de logique et de crédibilité, juste à l'entendre. Rien que sur certaines répliques les scénaristes et les écrivains devraient avoir honte de faire un truc aussi grossier dans son exécution. En moins de 20 minutes on nous balance connerie sur connerie, des choses à l'inutilité flagrante lié qu'au paraitre et à un complexe lié au regard d’autrui, et ça vaut l'utilité de ce qui donne le nom à la série ?

Et on en est déjà à la moitié du film, et à part cet instant de profond malaise, il ne se passe toujours rien. Le tout est évidemment fait dans l'art du surjeux constant mélodrame mal fait digne d'un acteur grecque de l'antiquité qui se serait enfilé une grosse caisse avant le tournage. Et, soyons honnête, cet atmosphère outrancier et exagéré à l'extrême aurait pu marché. C'est vrai qu'un atmosphère absurde où tout est over the top poussé à l'extrême, oui, cela aurait pu marché, il aurait fallu quelques habilité, mais au moins on aurait compris la démarche. Là ici, on atteint des moments d'incompétences où les moments d'absurdités vont avec les moments de pure tragédie où (de base) t'as la place à aucune vanne de par le côté froid et dure de la scène. C'est à dire qu'il y a des scènes où l'on est vraiment sur de l'absurde qui donnent à rire, et qui servent de support à une scène où l'on n'a pas envi de rire tant la chose est assez brutal. Je pense notamment la scène dans la cantine du vaisseau de Freezer, où le rythme est ultra vif pour aucune putain de raison, où tu enchaines sur des moments où le film te dis "Oh là faut que tu rigoles", "Oh là faut que t'ai de la compassion", "Où là ce moment est un peu cocasse, faut que tu rigoles", "Attention juste après t'as ça donc ait de la pitié". Des fois ça ruine des scènes entières où l'on a ENFIN un bon rythme et un bon ton qui se tient, mais "attention le personnage principale n'a pas remplit son cotât de vanne, on doit en caser une petite ici, ensuite on reprend sur le même registre". Et là où on avait une scène d'intro ultra mole même avec 15 000 infos scénaristique à la seconde tant les dialogues sont précipités dans un rythme mou à l'extrême, là c'est l'extrême opposé, t'as presque pas d'élément scénaristique nouveau, juste de la reddit, mais par contre c'est sportif parce que quand même on l'a déjà vu. Et le film slalome comme ça entre les scènes scénaristiquement mal géré, toujours tourné dans un pseudo ton burlesque absurde qui font juste négligé, et t'as pas envi de suivre. Plusieurs fois j'ai fait des pauses dans le visionnage tellement ça me gavait, tant le film ne m'invitait pas à suivre l'action, tant je me sentais pas à ma place, et tant le film ne sait pas raconter les choses sans en faire des caisses pour rien. Si c'est pour trouver une personnalité bravo, vous êtes officiellement diagnostiqué comme chiant. Ces personnages sont tous déplorable, Son Goku est d'une tristesse, c'est terrible. Je sais que c'est pas le pire, on a quand même un personnage mauve fuchia qui accompagne Son Goku et qui a comme caractéristique d'être maniéré et efféminé, mais résumer un personnage à un trait de simplet qui ne fait que des conneries parce que prout lol c'est rigolo c'est d'une tristesse extrême. Si ça se trouve c'est lui qui a inspiré la vague de trou du cul qu'on a en eut dans les années 2000 à base de Monkey di Luffy ou encore Mark Evans, mais ce personnage fait horriblement tâche aujourd'hui, du coup autant reprendre le caractère très simplifié de l'animé d'origine, autant donner de l'épaisseur et une âme en ce personnage qui est juste une tête à claque qu'on nous montre avec interdiction d'y touché parce que c'est le personnage principale, enfin principale... Je dirais que l'un des seuls points positif du film se résume au personnage de Broly qui est étonnement dans son registre et qui, même s'il succombe à certaines faiblesse par moment, arrive à apporter une certaine poésie qui est plutôt cool au milieu de tout un gros foutoir. Parce que oui, le film est un énorme foutoir qui se permet ce qu'il veut tant que cela soit utile au scénario comme le fait de voler de respirer dans l'espace qui sont des lois de la physique souvent pris de manière non consenti tout le long du film sans aucune justification et sans aucune explication. Des fois les gens préfèrent courir plutôt que de voler, des fois les héros vont faire des trucs qui relèvent de l'exploit mais qui ne sont absolument pas mis en valeur et qui du coup dégrade la gravité des choses qui les entoures. Le tout est mis en scène, je le rappelle pour ceux qui ont lu les spoiles, dans un film qui n'a absolument aucune tension. Sans vraiment spoiler pour ceux qui voudraient aller voir le film sans être initier au délire ou pour ceux qui n'ont pas vu tout dragon ball, on a Bulma qui veut se refaire pour faire plus jeune parce qu'elle se trouve trop vieille, et on a un méchant dont je tairai le nom qui veut devenir plus grand de 5 centimètres pour faire croire qu'il grandit tout seul. La tension 0 est bien là mesdames et messieurs. Évidemment on peut se dire que la tension réside dans le fait qu'aucun des deux groupes ne sait ce que veut l'autre, du coup on a un minimum de tension par le biais de "est ce que quelqu'un va mourir ? Qui va récupérer les Dragon Balls (qui je le rappelle sont rabaissés à lampe magique pour ménagère de 50 ans mal dans sa peau et ados en crise) ?" mais vu que l'on a vu que l'un a des pouvoirs Over the top, et que l'autre a déjà vaincu le 1er dans le passé, comment voulez vous qu'il y ait une forme de tension qui se tienne ? Ce n'est juste qu'un OAV D'1h40 bonus où l'on a un duel amical entre deux personnes qui se détestent. Et puis les combats, j'ai jamais eut autant la gerbe que dans leurs combats. Déjà la caméra subjective ou encore la caméra qui calque le mouvement de pied d'un personnage, à part un mec qui cherchait à se faire vomir, je ne vois pas qui aurait pu faire ce genre d'imbécilité, mais surtout la notion de proportion de force tu te la colles au cul. Le film démarre avec aucune "base de normalité" et ne fait qu'aller dans le plus que plus sans réellement avoir de réel scènes fortes qui te fait passer la violence dans un autre degré. Quand on prend Avatar, on a la puissance élémentaire de plus en plus forte, puis quand vient le moment de monter encore d'un cran, on passe à une violence plus physique/psychologique dans un duel à main nu, et là non, on reste juste sur "Oh bah pour être plus violent il faut que ce soit avec encore plus de transformation et encore plus de pouvoir", mais dans un combat qui te prend la moitié d'un film d'1h40, il faut plus. Et est ce que ce combat sert à raconter quelque chose ? Pas le moins du monde, et c'est un peu ce qui ressort de ce film, à savoir un film qui ne fait que satisfaire des fans et pas un film à proprement parlé, et même en n'étant qu'un film d'initier ce film chie parce que le film peine à réellement raconter quelque chose et se base de trop sur des faits purement fumeux qui ne servent que le temps d'une action mais qui, rassemblé dans la volonté du film à raconter quelque chose, n'a juste aucune valeur d'utilité. Si, soyons réaliste, le résultat du combat et la manière où les combattants se sont succéder veulent raconter quelque chose qui pour le coup est LE point fort du film, mais en vrai c'est tellement laborieux teinté de niaiserie et de grossièreté que j'aurai pu regarder un épisode racontant la même chose dans une série parmi tant d'autre que cela m'aurait fait économiser une heure de ma vie. Un bon film tiré d'une série ou d'une saga, cela doit te donner de voir la saga, tu dois comprendre l'univers de la saga et connaitre le principale au 1er visionnage, sauf que là non. Ici je n'ai vu qu'un film faisant du fan service évident à base d'alliance et de pouvoir volontairement putacier, et j'ai pas envi de découvrir cet univers, je n'ai pas envi de rencontrer ces personnages qui (pour la plus part) me sortent par les yeux de par ce surjeux forcé constant qui n'apporte rien à part un esprit japonais grotesque mal géré, et je n'ai tout simplement pas envi de découvrir Dragon Ball. Là où des films Pokémon, Tous à l'Ouest, ou encore des suites de saga comme Hotel Transylvanie arrivent à nous donner envi de découvrir une histoire dont ils sont des suites, ce film fait suite à un univers immense que je n'ai pas du tout envi de découvrir à cause de ce film.

4,75/20

Faites vous un avis constructif et n’hésitez pas à le partager. De mon côté je le respecterai s'il est en désaccord avec le miens mais je le respecterai encore plus si vous de vôtre côté vous respectez mon avis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 163 fois
Aucun vote pour le moment

Youdidi a ajouté ce film d'animation à 1 liste Dragon Ball Super : Broly

Autres actions de Youdidi Dragon Ball Super : Broly