Un récit sur la création mythique de Cyrano de Bergerac plein d’humour et de dynamisme

Avis sur Edmond

Avatar Enjoymovie
Critique publiée par le

Alexis Michalik, acteur aperçu dans Sagan, Tout pour être heureux ou encore dans des séries TV policières comme Diane, femme flic mais également scénariste et metteur en scène arrive en ce début 2019 sur nos grands écrans pour la première fois en tant que réalisateur avec Edmond. Ce dernier est d’ailleurs l’adaptation de sa pièce de théâtre homonyme créée en 2016 au théâtre du Palais Royal.

Distribution

A la distribution on retrouve en tête d’affiche Thomas Solivérès (Intouchables, Les Gamins, Respire) dans le rôle d’Edmond Rostand, l’auteur de Cyrano de Bergerac. Olivier Gourmet (La Promesse, Le fils, Chocolat) est également de la partie en tant que Constant Coquelin, un des plus grands comédiens français de la deuxième moitié du XIXème siècle et interprète de Cyrano au théâtre. Lucie Boujenah (Five ou encore la série TV Soda) joue quant à elle Jeanne d’Alice. Il faut aussi noter la présence de Clémentine Célarié et Mathilde Seigner en Maria Legault et Sarah Bernardt.

Synopsis

Mais de quoi parle ce fameux Edmond ? 1897 à Paris. Edmond Rostand propose à Constant Coquelin une nouvelle pièce. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs et de la jalousie de sa femme, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ». Edmond est donc un film sur la difficile création de la pièce de manière romancée.

Critique

Choix du film
Je suis allée voir Edmond car je voulais déjà assister à la pièce de théâtre de Michalik après avoir lu l’œuvre de Rostand mais le spectacle étant complet dans ma ville, il me fût impossible d’y aller. Le film pouvait ainsi combler ce manque et au final je n’en ressors pas du tout déçue et voici pourquoi.

Acteurs/actrices
La principale force du film réside, selon moi, dans ses acteurs et actrices. Thomas Solivérès apparaît en poète timide un peu gauche mais passionné de lettres et grand auteur. Olivier Gourmet, que je découvre dans ce film, incarne à la perfection un personnage haut en couleur mais attachant. De plus, tous les autres rôles secondaires voire tertiaires ont également leurs importances ce qui est rare dans un film.

Respect du contexte historique
Autre bon point, Michalik replace bien dans le contexte historique. On aperçoit Sarah Bernardt, Constant Coquelin et d'autres grands noms du théâtre de cette époque et les vers apparaissent comme désuets car l’heure est à la prose (cf le succès de Feydeau). Cependant, Edmond en tant que poète résiste et s’attache à sa poésie et la volonté d’écrire sa pièce en vers. Le seul problème que j’ai relevé est le fait que la femme d’Edmond, Rosemonde, soit représentée comme une bonne mère de famille jalouse et ne semblant pas avoir d’autre activité or c’était une poétesse comme lui mais aucune allusion n’est faite à ce sujet dans le film et je trouve cela dommage. En parlant du contexte, on peut aussi relever la variété des décors et costumes, j’ai trouvé le Paris de la toute fin du XIXème siècle bien représenté et plaisant à voir.

Dynamisme
Le film est également très dynamique avec beaucoup de mouvements de caméra qui tourne autour des personnages. On sent une volonté de se détacher de la pièce de théâtre qui, elle par définition, est fixe. En parlant de cela, deux scènes m’ont marqué. Pour les mouvements de caméra, on peut parler de la scène d’Edmond qui improvise sa tirade du nez à Coquelin. Pour la volonté de se détacher du théâtre, la dernière scène de la pièce est la plus significative. En effet, on a un début de scène filmée telle une captation vidéo d’une pièce de théâtre puis on quitte le théâtre progressivement pour entrer dans les décors réels de la scène.

Humour
L’humour est aussi majoritairement présent dans Edmond et il est réussi. Qu’il soit de situation ou bien directement du aux personnages il fait mouche à chaque fois. Par exemple, la scène où on voit pour la première fois jouer le fils un peu simplet de Constant Coquelin, est hilarante.

Motif de la création
Enfin, même si le motif de la création due au hasard ou suite à des rencontres fortuites n’est pas nouveau (cf Shakespeare In Love sur la création de Roméo et Juliette), je l’ai trouvé ici bien exploité, ce « cliché » ne m’a pas dérangé. Le double récit entre la vie réelle et le mythe littéraire qui en découle est très intéressant.

Pour conclure, Michalik avait au départ pensé à porter Edmond sur le grand écran avant la pièce mais c’est le succès de cette dernière qui lui a permis de le faire. On peut ainsi voir ici un « rétablissement des choses ». Ce récit sur la création mythique de Cyrano de Bergerac plein d’humour et de dynamisme est la bonne surprise de ce début d’année 2019.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 263 fois
2 apprécient

Autres actions de Enjoymovie Edmond