👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

N'allez pas voir ce film pour rire, c'est profondément grinçant. Il reproduit bien le jus numérique dans lequel nous baignons, ce qui a quelque chose de profondément déprimant et d'exaltant, comme toute prise de conscience. L'argument du film met d'ailleurs du temps à se mettre en place, avec Blanche Gardin qui veut retrouver le data center dans lequel est gardée une vidéo compromettante ; Podalydès qui tombe amoureux d'une opératrice téléphonique qui veut lui vendre des vérandas ; veuf, il doit aussi prendre soin de sa fille en phobie scolaire à cause d'une vidéo ; Corinne Maserio qui est conductrice VTC qui a besoin de booster ses notations. Ils cherchent un hacker. Podalydès et Gardin décident de prendre l'avion pour aller saboter le data center où sont détenues leurs données.

Le cadre matériel de nos trois héros, ce sont ces pavillons de résidences neuves déprimants, adossés à des rampes d'autoroutes, remplis de saloperies bon marché. Autour de la trame des données personnelles, on trouve énormément de petites notations sur la manière dont le numérique nous asservit : Poelvoorde fait une courte apparition en livreur Alimazon, Houellebeck en client du bon coin venu acheter une voiture diésel pour pouvoir se suicider.

Derrière, un constat amer : tout ce qui est posté sur internet est irrémédiablement donné. Le sermon du hackeur sur les données personnelles, prononcé du haut de son éolienne/repère (belle idée), est assez marquant. Il y a quelques scènes trash faites pour rester (le téléphone collé de Podalydès, Gardin qui hurle "My pussy is in the cloud !", cela dit le ton est bien plus souvent à la satire grinçante qu'à la franche rigolade. Ce film nous tend un miroir de nos ridicules, de ce que nous devenons, et le constat n'est pas réjouissant. Il y a même des moments touchants, comme lorsque le trio passe devant "son" rond-point et se souvient des débuts de gilets jaunes. Gros pincement au coeur.

Effacer l'historique est moins une comédie qu'un état des lieux de notre dépendance et de la vulnérabilité de nos données. Le film est un peu fastidieux, mais nous renvoie un reflet sans complaisance de ce que nous devenons.

zardoz6704
7
Écrit par

il y a plus d’un an

4 j'aime

Effacer l'historique
PierreAmo
8

Houellebeckettien. Sur les Sisyphe&Tantale de la "meilleure offre". Beckett? Ionesco? Monty Python?

(Je suis désolé pour encore un mikado de remarques branlantes... juste après le film). "...le portrait au vitriol d'une société (post soviétique) où règnent l'absurde et le désespoir" (dit SC...

Lire la critique

il y a 2 ans

23 j'aime

10

Effacer l'historique
NilMinamoto
2

Effacer ma mémoire encore vive

Au moment où je commente ce film, à sa sortie, il est noté 6.6. Bonne nouvelle me direz vous ? Et c'est exactement ce que j'ai pensé. Une amie m'avait proposé de le voir au cinéma et j'ai fait ce...

Lire la critique

il y a plus d’un an

22 j'aime

7

Effacer l'historique
dilligaaf
4

La France des ronds-points

C’est un film moyen. À sketch, qui donne une sensation de longueur dans l’avancée du récit. Le casting pourtant est prometteur : Corinne Masiero et Blanche Gardin, avec elles deux, il y a de quoi...

Lire la critique

il y a plus d’un an

16 j'aime

Orange mécanique
zardoz6704
5

Tout ou rien...

C'est ce genre de film, comme "La dernière tentation du Christ" de Scorsese", qui vous fait sentir comme un rat de laboratoire. C'est fait pour vous faire réagir, et oui, vous réagissez au quart de...

Lire la critique

il y a 8 ans

45 j'aime

9

Crossed
zardoz6704
5
Crossed

Fatigant...

"Crossed" est une chronique péchue, au montage saccadé, dans laquelle Karim Debbache, un vidéaste professionnel et sympa, parle à toute vitesse de films qui ont trait au jeu vidéo. Cette chronique...

Lire la critique

il y a 8 ans

40 j'aime

59

Black Hole, intégrale
zardoz6704
5

C'est beau, c'est très pensé, mais...

Milieu des années 1970 dans la banlieue de Seattle. Un mal qui se transmet par les relations sexuelles gagne les jeunes, mais c'est un sujet tabou. Il fait naître des difformités diverses et...

Lire la critique

il y a 8 ans

35 j'aime

6