hUiS-clos hautement [rec.]commandé

Avis sur En quarantaine

Avatar Foxart
Critique publiée par le

L'annonce d'un remake US de film d'horreur européen ou asiatique ne provoque souvent qu'une vague curiosité mêlée à certains "à priori" par avance méprisants: La suspicion d'un film pop corn destiné à un public d'analphabètes incapable de lire des sous-titres... Ou pire, le simple prétexte à la promo du jeu vidéo inspiré du film et qui sortira dans la foulée, comme c'est d'ailleurs le cas ici...
Pourquoi en effet éprouver le besoin de se farcir un remake de [rec.], qui - sans être un chef-d'œuvre - était un film déjà tout à fait excellent dans sa version spanish.

La première demi-heure de Quarantine (bien meilleur titre, accordons lui cela, au moins...) semble confirmer les doutes: si le film est agréable et pas déshonorant, il n'en reste pas moins un simple copié/collé de l'original... était-ce bien utile ?...
Et puis au moment ou l'action décolle vraiment, tous les doutes s'effacent...

Et, contre toute attente, Quarantine s'avère même être carrément une excellente surprise... et bien plus encore, il se paye le luxe d'être meilleur que son illustre modèle !
En effet, en gommant les quelques défauts mineurs du film espagnol et en pimentant un poil sa mise en scène, en rajoutant une pincée (pas plus, pas trop, pas de surenchère, non plus...) dans le spectaculaire, la violence et la terreur, le film impose vite sa marque, son talent, son efficacité et fait vite descendre le trouillomètre bien en dessous de zéro !

Étrangement la nationalité même du film vient aussi valider son propos.
Je m'explique: ce principe de base de télé reportage était assez crédible dans le film original, mais il existait quelques failles scénaristiques à certains moments qui rendaient ce parti pris vaguement bancal... Un peu comme dans Cloverfield...

Ici, la culture de la télé réalité US, et sa propension au spectaculaire, voir au trash renforce étonnamment la véracité du récit et le fait que - pour ces journalistes - tout peut et tout DOIT être filmé.
De la même manière, la coupure d'électricité qui intervient beaucoup plus tôt dans le récit valide complètement l'usage de la caméra comme un instrument de survie plus que de simple captation et rend ce parti pris de mise en scène totalement vital et donc d'une crédibilité absolue.

La mise en scène en l'occurrence est absolument époustouflante et le gros point fort du film espagnol - l'interprétation - n'est pas démenti ici, les acteurs étant tous excellents, avec en tête une Jennifer Carpenter (Dexter !!!) totalement hystérique et hallucinante...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1095 fois
Aucun vote pour le moment

Foxart a ajouté ce film à 9 listes En quarantaine

Autres actions de Foxart En quarantaine