👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Les souvenirs sont l’essence même de la souffrance. Douloureux et précieux à la fois, fait de haut et de bas, de joie et de peine… Vouloir les effacer se résume à s’oublier soit même, car nous nous construisons de nos histoires passées. Encore faut-il réussir à vivre avec…
La fin d’une relation nous plonge souvent dans ces souvenirs, qu’ils soient bons ou mauvais. Ils nous hantent au point qu’effectivement on aimerait pouvoir les effacer.
On a tous voulu les effacer un jour. Mais le temps fait son œuvre et les souvenirs deviennent supportable. Ces souvenirs nous permettent de ne pas recommencer les erreurs passées. Sans ces souvenirs nous n’apprenons pas.

J’ai deux passages que j’adore dans le film : le 1er quand Mary parle d’un extrait du poème d’Alexander Pope :
« Vous qui dans les langueurs d’un esprit monastique
Ignorez de l’amour, l’empire tyrannique
Que vos cœurs sont heureux puisqu’ils sont insensibles.
Tous vos jours sereins, toutes vos nuits paisibles. »

Le 2ème : quand son dernier souvenir arrive et que Joël se dit qu’il faut qu’il profite de ces derniers instants auprès d’elle avant qu’elle disparaisse à jamais de son esprit. Elle lui demande : Que fait-on maintenant et il lui répond "on savoure", c'est juste très fort en émotion. Dans ce dernier souvenir, quand Joël comprend que c’est fini, il part de la maison et elle le rappelle : "J'aurais aimé que tu restes." "Moi aussi, j'aurais aimé. Surtout maintenant. J'aurais aimé faire plein de choses. J'aurais aimé... J'aurais aimé rester... Vraiment." Et il s’invente alors un adieu qu’ils n’ont jamais eu en réalité. Scène magique comme peut l’être un souvenir que l’on déforme de la réalité, de manière inconsciente, afin de mieux le vivre ou pour vivre le moment comme on aurait souhaité qu'il soit.

Le plan où ils sont allongés sur la glace qui se fissure à côté d'eux est juste magnifique et lourd en symbole. J'y vois le symbole de leur relation future, une relation qui va se fissurer au fil du temps...

Très bon moment de cinéma. J'en garderais un très bon souvenir...

vilopha
8
Écrit par

il y a 7 ans

2 j'aime

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Fritz_the_Cat
9

La Prochaine fois je viserai le coeur

Ca tient à si peu de choses, en fait. Un drap qui se soulève, le bruit de pieds nus qui claquent sur le sol, une mèche de cheveux égarée sur une serviette, un haut de pyjama qui traîne, un texto...

Lire la critique

il y a 7 ans

208 j'aime

34

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
EvyNadler
10

Un petit bijou de vie plein de poésie...

Jim Carrey prouve une fois de plus qu'il n'est pas qu'un trublion. C'est surtout un immense acteur avec une palette d'émotions immense. Kate Winslet, elle, livre ici une de ses plus belles partitions...

Lire la critique

il y a 8 ans

164 j'aime

12

Eternal Sunshine of the Spotless Mind
Sergent_Pepper
8

Un dénoué nommé désir

Qui n’a pas rêvé un jour de pouvoir, sans conséquence, mettre un temps sa conscience en veille prolongée ? De cesser de penser, pour endormir cette lancinante torture en période de tourments, et se...

Lire la critique

il y a 8 ans

145 j'aime

7

American Sniper
vilopha
4

Décevant

Un film très décevant qui ne fait que renforcer l’image que se donne l’Amérique, celle d’une Amérique toute puissante, très moralisatrice, se targuant d’être le bien incarné contre des Irakiens...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

In the Mood for Love
vilopha
10

comment se remettre d'un si grand moment de cinéma ?

Comment ne pas souffrir devant ce film qui nous dépeint un amour impossible dans le Hong-Kong des années 60, entre deux personnes trahis par leur conjoint respectif. La solitude qui s’installe peu à...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

À la merveille
vilopha
10

Exceptionnellement "merveilleux "

Film d'une rare beauté visuelle tout en lumière, tout en caresse, en effleurement... L'amour y est représenté sous toutes ses formes amenant son lot d'espoir, d'envie, de passion, mais aussi de...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

1