Un jouissif bordel !

Avis sur First Love, le dernier Yakuza

Avatar Fab Lyon
Critique publiée par le

Takashi Miike, c'est juste une pointure du cinéma. Il est loin devant Tarantino à mes yeux tant tous ses ses films sortent de l'ordinaire et osent transgresser.

Dans First Love, Takashi Miike, sur un scénario de l'incontournable Masaru Nakamura, nous conte l'histoire un peu folle de Léo (Masataka Kubota, juste génial de justesse), jeune boxeur qui vient d'apprendre qu'il est atteint d'une tumeur au cerveau. Déambulant la nuit dans un Tokyo froid et sans âme, il croise la destin de Monika (surprenante Sakurako Konishi). Plus précisément il assomme d'un coup de poing un homme qui la poursuit. Sauf que c'est un flic ... Et que Monika est en fait au cœur d'une guerre des gangs entre yakuza déclinants, mafia chinoise et police japonaise. S'en suit une course poursuite pour survivre.

Sur ce scénario, Miike ouvre des possibles assez dingues en terme de scènes outrancières de bastons et autres d'humour très noir. Mais il ne se limite pas à cela et c'est la force de son film. Les questions qui taraudent tout le long du métrage sont belles : qu'est ce qui nous rattache à la vie ? Pourquoi avançons nous ? Comment trouver du plaisir à vivre ?

L'amour et le coup de foudre c'est violent, c'est tendu, c'est imprévu. Tout comme les retournements du film !

Avec un casting d'une classe folle (Nao Oshomori, Shôta Sometani, Becky, Sansei Shiomi) et une mise en scène qui ne se prive de rien dans l'excès (s'offrant même un passage anime) comme dans la finesse, on peut dire que ce "premier amour" de quoi nous ravir ! Efficace, pas idiot et interrogeant une société japonaise en pleine mutation (les yakuza qui deviennent des entrepreneurs comme les autres, les mafia qui changent, la pauvreté au Japon, les règles d'honneur oubliées et bafouées), je ne peux que vous recommander de courir voir ce petit bijou au cinéma, pour une fois que Miike est distribué correctement grâce à Haut et Court !

Et j'ai été pour ma part bluffé par le final de ce film, sa beauté et sa justesse.

Dernier point : la musique du film est juste un bel exemple de ce que peut être une partition correct pour accompagner de l'action, loin des flonflons américains ;)

Allez y donc !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 398 fois
3 apprécient

Autres actions de Fab Lyon First Love, le dernier Yakuza