Les Patriotes ou comment énerver la fibre nationaliste de la famille Le Pen.

Avis sur French Bashing

Avatar Baptiste Camoin
Critique publiée par le

Un documentaire sur la façon dont les français sont vus à l'étranger et qui mélange clichés amusants et opinions plus violentes, souvent en rapport avec la politique de l'Etat Français. Mais c'est aussi une oeuvre qui, et c'est le plus intéressant, explique les origines de cette semi-hostilité envers la France à renforts d'exemples historiques : la Guerre d'Indépendance Américaine, l'invasion normande de 1066, les guerres franco-allemandes, le non de la France pour la Guerre en Irak en 2003...etc.

Globalement, c'est pas jojo. On en prend pour notre grade même si. Un bon exemple est celui du french-bashing dans les dessins animés. Les américains nous en offrent ainsi les deux versants, le premier avec Pépé le Putois, cartoon bassement antifrançais et Les Simpsons, série ô combien plus subtile et drôle, qui s'amuse avant tout des clichés sur les français sans oublier de railler leur propre pays au passage.

Mais si les clichés culturels concernant les français (nous sommes sales, arrogants, loosers, efféminés, et nous sommes surtout de gros queutards paresseux imbibés de vin) me glissent dessus sans problème parce qu'ils ont de toute façon la dent dure pour tout le monde, il est plus difficile d'entendre sans sourciller certains arguments politico-économiques d'une rare mauvaise foi et relevant souvent d'une idéologie on ne peut plus douteuse.

Quelques perles et leur contre-argument :

"Dieu a fait le monde en six jours, le septième il s'est reposé, mais les Français eux ne foutent rien depuis 200 ans" met en exergue la vision biaisée et non laïque qu'ont certaines personnes de la vie d'un travailleur qui, Dieu ou pas, a le droit de ne pas vouloir se crever au travail comme un américain conjuguant deux ou trois boulots par jour (une vie, que vous appelez ça?)

"Le système de l'Etat-Providence à la française est mauvais, il encourage l'inactivité et la baisse de la productivité" alors que les français sont statistiquement les travailleurs les plus efficaces au monde devant les chinois et les américains. Devant les chinois, bordel.

"Les français doivent baisser les charges patronales et leurs entreprises devraient avoir le droit de virer plus de gens..." ne fait pas la distinction entre les PME qui ont vraiment besoin d'air en matière de fiscalité et les monstres industriels bénéficiant de traitements de faveur, et qui font des chiffres d'affaire records chaque année, licenciant également au passage toujours plus de gens chaque année... L'exemple de Lakhsmi Mittal, patron d'Arcelor, est à ce titre édifiant, considéré par les anglais comme une victime de la taxe à 75%. Je signe des deux mains pour qu'une ordure comme lui prenne ses clics et ses claques et mette les voiles de notre horrible pays.

"Les français détestent les riches, n'aiment pas la réussite en général, et n'aiment surtout pas ceux qui gagnent de l'argent" sans parler une seule seconde de notions de moralité et de décence vis-à-vis des revenus modestes qui peuplent en très grande majorité notre territoire, et qui sont le nerf de la guerre. Money, money, money, must be funny, in a rich men's world.

"Les français ont le droit si ce n'est le devoir d'avoir des pauvres dans leur pays" me laisse quant à lui sans commentaire...

...sinon celui-ci : va te faire enc****. Et pas par les Grecs.

Bref.

En tant que français, je n'ai (étrangement) aucune vision particulière des Anglais, des Américains ou des Allemands (les Trois A). Evidemment, chaque nationalité traîne son lot de clichés, auxquels je ne crois guère : les british sont des pirates beurrés à la bière du matin au soir, les ricains sont tous obèses, religieusement fanatiques et armés jusqu'aux dents, les allemands sont rigides, autoritaires et leurs femmes ont des gros seins...etc.

Personnellement je ne me fais aucun avis sur ces nationalités et m'en garderai bien puisque je ne connais pas leur quotidien et n'ait de leur culture qu'une image renvoyée par les médias. Mais je ne peux m'empêcher que si la France ne laisse pas indifférent et qu'elle essuie autant d'attaques et de moqueries, c'est bien qu'elle doit avoir une certaine importance aux yeux de nos voisins? Car, sans conteste, ceux qui jadis se sentaient snobés par la France sont clairement devenus les donneurs de leçons d'aujourd'hui. Lesquels voudraient que nous rentrions dans le rang. Que nous devenions comme eux. Hélas... Une requête à laquelle il est difficile d'accéder, n'est-ce pas?

On sort donc de ce documentaire avec un sentiment mitigé, reconnaissant sans problème ce qui ne va pas dans notre pays (et qui souvent renvoie aux décisions des gouvernements Sarko-Hollande), mais défendant aussi ce qui dérange les autres, qui est pourtant inscrit dans notre patrimoine depuis des siècles et qu'il faut respecter.

Et par conséquent, on ne s'en sent que plus affectueux vis-à-vis de notre chère patrie, qui, comme une mère, a ses petits défauts, ses tics agaçants, qui peut nous énerver souvent, nous révolter parfois, mais que malgré tout, l'on aime profondément.

Alors en conclusion, dont-on être français ou devenir ce que les français devraient être?

Être un fin gourmet, puer, aimer la mode, le bon pain, le bon vin, le sexe, être snob, arrogant, paresseux, looser, oui, tout cela me va sans problème.

Mais cumuler trois boulots? Travailler la moitié de mon temps? Bosser jusqu'à soixante-dix ans? Donner pleins pouvoirs à des entreprises qui défoncent l'environnement? Qui détruisent plus d'emplois qu'ils n'en créent? Allez faire la guerre pour voler du pétrole dont nous ne dépendons pas? Banaliser la précarité voire la pauvreté? Dire amen à toutes les folies?

Si c'est ça, la vie dont rêvent certains, je veux bien être french-bashé jusqu'à ma mort.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 969 fois
16 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Baptiste Camoin French Bashing