L'Insoutenable légèreté de l'être

Avis sur Génération rebelle

Avatar Redango
Critique publiée par le

M’étant dore et déjà frotté aux teen movies, je n’avais jamais vraiment réussi à dénicher la perle. Je ne savais pas réellement ce que je cherchais mais la vision rafraichissante qu’a Linklater de la jeunesse m’a vraiment mis une sacrée claque.

Il dépeint sa propre expérience dans Dazed and confused en s’émancipant complètement de la dimension dramatique qu’avait l’habitude d’introduire John Hugues pour ne laisser qu’une sensation d’insouciance et de liberté le tout sous la coupe d’une nostalgie bienveillante.

Dans une œuvre comme celle-ci sans réel fil conducteur le risque principal aurait été l’incapacité du film à intéresser où à captiver son spectateur, mais Linklater parvient à éviter cet écueil en se focalisant dans un premier sur les différentes mésaventures que peuvent endurer les jeunes gens sans jamais tomber dans le drama et en ayant toujours une résolution contrebalançant chaque aspect négatif à l’image du bizutage de Mitch (Wiley Wiggins) qui est redouté et douloureux mais qui au final sonne plus comme un « bienvenue chez les grands » et dont la vengeance est fortement appréciée.

Cependant si le film se veut léger, les questions que se pose une jeunesse plus ou moins paumée ne sont pas non plus complètement absentes du film comme le montre Pink (Jason London) qui refuse de signer la charte de son entraineur de football qu’il considère comme une entrave à ses propres libertés. Le personnage de David interprété par Matthew Mcconaughey qui visiblement refuse de grandir et continue les soirées étudiantes semble ne pas faire grand-chose de sa vie mais là encore le spectateur ne retiendra de lui que sa fière allure et l’image cool qu’il entretient ardemment. Ron Slater (Rory Cochrane) est également un bel exemple, on ne le voit à aucun moment se confronter à la réalité des choses étant toujours plus défoncé au fur et à mesure que le film avance.

La soirée progresse et chaque jeune ose un peu plus sous l’effet des différentes mixtures ou drogues ingérées, les moments deviennent plus solennels et sérieux, les paroles et gestes gagnent en ampleur, à l’image de Pink qui embrasse pour la première fois celle qui lui plaît, Mike (aka génial Adam Goldberg) qui prend sa revanche sur celui qui l’a humilié en début de soirée et même Tony qui avoue son faible pour une première année rencontrée quelques heures plus tôt.

Certains comme le jeune Mitch vivent ici leur première soirée donc premier flirt et première cuite ô combien importante pour un adolescent, qui n’échappera pas non plus à son premier sermon pour être rentré au petit matin.

Dazed and Confused c’est l’insouciance que ressent chaque individu arrivé à un certain stade de sa vie et qui en a conscience, c’est cette sensation de pesanteur et de légèreté où l’on croit que ce moment ne peut s’arrêter, où l’on sourit presque bêtement en se disant « je suis bien », c’est cette osmose qui se créée avec les personnes qui partagent ce moment avec nous.

Il n’y a pas de raison de s’inquiéter parce que demain n’existe pas ou au pire, c’est encore dans longtemps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1078 fois
16 apprécient · 1 n'apprécie pas

Redango a ajouté ce film à 2 listes Génération rebelle

Autres actions de Redango Génération rebelle