A nos pères

Avis sur Guy

Avatar sonicdream
Critique publiée par le

L'essentiel de ce film tient peut-être dans sa dédicace initiale: "A nos pères".
Les 100 minutes restantes n'étant alors plus que la magnifique illustration de ce questionnement essentiel de la transmission, des héritages, de l'exemple, du temps qui passe et des poussières d'étoiles.
Tout est posé, mis à disposition, avec infiniment de subtilité, de bienveillance et de précision dans le travail. On n'insistera pas sur le maquillage bluffant dont tout le monde parle, mais plutôt souligner les comédiens tous parfaits et parfois étonnants ( oui on peut être épaté par une Julie Arnold transcendée, attendri par la sobriété de Bruno Sanchez, ce ne sont que des exemples) et l'orfèvrerie déployée pour crédibiliser cette reconstitution, dans l'image, le son, les décors, les dialogues...

Cette vie inventée de météorite nous ouvre grand les bras en évitant tous les pièges que l'on pouvait redouter à la lecture du pitch: l'écriture est délicate, soignée et s'affranchit de tout jugement facile. On peut être un artiste sans avoir de talent, on peut adorer des chanteurs de rock anglo-saxons mythiques tout en faisant sa vie dans la variété française, on peut converser avec Drucker le matin et un clochard le soir...Il n'est question que de tendresse, comme dans les chansons à l'eau de rose de Guy Jamet. Ce film fourmille d'idées, de petits détails, de trouvailles et d'ouvertures, mais l'air de rien, tout en donnant l'impression d'être un docu tourné vite fait et sans construction. Il en faut de la maîtrise pour en arriver là.

Bonne nouvelle: le cinéma français semble être enfin capable de créer de belles comédies humaines, sensibles et intelligentes, débarrassé de ses vieux poncifs poussiéreux d'école de cinéma et d'institutions parisiennes qui courent après la nouvelle vague (plus ancienne désormais que la période de gloire de Guy Jamet! ), et on espère enfin, avec ce film d'Alex Lutz ou ceux de Kheiron par exemple (dont le magnifique "Mauvaise herbes" à venir) pouvoir découvrir des gens, des histoires, des émotions, des idées, plus que des faiseurs de cinéma.

C'est ce qui pourrait se transmettre, de nos pères et vers nos fils, comme le résument donc la dédicace initiale du film et la belle séquence, très ouverte, de la fin (certes un brin pompeuse mais on peut bien lui pardonner après tout le bien que nous a fait ce film!)

Bravo à tous.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 291 fois
5 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de sonicdream Guy