Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Affiche Import Export

Critiques de Import Export

Film de (2009)

Commerce des corps

Pour un public averti (et potentiellement déviant). Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà vu quelque chose de similaire, même vaguement, ailleurs au cinéma. À la lisière de la chronique documentaire, deux portraits croisés, deux trajectoires en sens opposés entre l'Autriche et l'Ukraine, deux mouvements d'immigration ou d'émigration (le terme "import export" du titre, donc, le corps... Lire l'avis à propos de Import Export

9 9
Avatar Morrinson
8
Morrinson ·

On fait ce qu'on peut avec ce qu'on a

Bof bof. J'ai vraiment du mal avec le cinéma de Ulrich. Que ce soit les docu ou les fictions. Ici on est un peu à cheval entre les deux. Certaines scènes sont couvertes à la manière d'un documentaire, on suit les gens, on les voit faire des trucs. Il y a étude du mouvement. Et puis il y a des choses très fictionnalisées. Je ne doute pas que l'auteur ait pu s'inspirer de faits réels,... Lire l'avis à propos de Import Export

Avatar Fatpooper
4
Fatpooper ·

le plus connu de Seidl et son moins bon

Je l'ai revu et je pense que c'est un des moins bons de ce réalisateur autrichien. Il cherche un peu trop à provoquer et ça se remarque notamment dans l'hospice. Import Export comme Dog Days qui est, à mon avis le chef d'oeuvre de Ulrich Seidl, comporte 3 ou 4 histoires. Si Dog Days surprenait par son inventivité formelle et l'originalité de ses scènes, Import Export fait souvent dans le cru... Lire l'avis à propos de Import Export

Avatar Easty
5
Easty ·

Critique de Import Export par magyalmar

Le monde est petit, mais son trou du cul n'a pas de limites, ou la mondialisation post-URSS vue par Ulrich Seidl. A travers les trajectoires contraires de deux personnages entre l'Autriche et l'Ukraine, le réalisateur parle en fait de tout et de rien, et ne propose rien de linéaire. Sans se tenir à un propos global bien défini, il s'attache surtout à ses deux protagonistes en... Lire l'avis à propos de Import Export

Avatar magyalmar
7
magyalmar ·

Critique de Import Export par JimAriz

Ulrich Seidl, l'autrichien, ressemble étrangement à Haneke, en plus trash, mais avec le talent en moins. Seidl fait fort, comme Haneke, quand il s'agit de montrer au spectateur les travers de la race humaine en nous montrant ses penchant les plus dégueulasses, les plus insoutenables. Seulement Seidl ne s’arrête pas et on dirait qu'il a un malin plaisir à infliger ça au spectateur qu'il ne... Lire la critique de Import Export

5
Avatar JimAriz
5
JimAriz ·