👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

"S'il y avait un deuxième billet, partirions-nous ?"

L'affiche de ce film de Wong-Kar Wai m'était familière, puisque je la voyais tous les jours dans ma salle de cours en hypokhâgne. J'avais appris à la fixer, posant mon regard sur cette ombre centrale, semblant écarter Tony Leung de Maggie Cheung.
Au visionnage, on voit que ces jeux d'illusion, en même temps que la distance qui sépare M. Chow de Mme Chan sont bien présents. C'est un de ces films où l'espace est très important. Wong-Kar Wai a voulu parsemer son oeuvre de références à l'espace, à l'espace intime et l'espace public. Ainsi, c'est un déménagement qui permet de débuter le film: changement de vie, changement de lieu. L'emménagement permet à l'époux de Mme Chan et la femme de M. Chow de se rencontrer. Il permet également aux deux personnages principaux de se rencontrer. Tous les deux conscients de l'adultère de leur époux/épouse respectif, ils se trouvent une intimité à chercher un mari/femme dans leur compagnon d'infortune. Cela donne lieu à des scènes métacinématographiques, où les personnages deviennent acteurs. "Que ferait votre mari ? Il ne ferait pas cela en tout cas" Cela commence mal, mais il faut s'y habituer. C'est un amour interdit, à cause des commérages des voisins. Mais on peut se demander si justement ce ne sont pas ces deux-là qui se l'interdisent, étant donné que leur conjoint le font ouvertement.
La scène qui m'est restée est celle du restaurant, la première fois où ils se donnent rendez-vous. M. Chow voudrait offrir le sac de Mme Chan à sa femme, ce même sac que le mari de Mme Chan lui a acheté à l'étranger. De son côté, Mme Chan veut offrir la cravate de M. Chow à son mari, cette même cravate que la femme de M. Chow lui a acheté à l'étranger. Ces époux (que l'on ne voit pas dans le film, plus présents donc par leur absence que par leur visage) sont omniprésents: M. Chow et Mme Chan vivent leur amour par procuration. Ils ne se regardent que très peu, et leurs dialogues se déroulent souvent en de multiples tentatives d'échapper au regard de l'autre.
La caméra de Wong Kar-Wai y est là parfaitement maîtrisée et adaptée. Des plans lents, souvent les mêmes (le marchand de nouilles, qu'accompagne toujours cette musique lente, rythmée, qui y est exceptionnelle; le pied du bâtiment délabré, sans cesse sous la pluie; le couloir de l'appartement de Mme Chan, etc.), une bande originale certes peu variée (trois titres il me semble) mais absolument parfaite, évoquant tour à tour la détresse des personnages, leur hésitation (Quisas), leur séparation.
Leur séparation finale se sera jouée comme presque toute leur relation : par procuration. M. Chow est finalement parti à Singapour, Mme Chan a eu un enfant (on ne peut que présumer que M. Chow soit son père...), et tout le monde est parti de Hong-Kong. "Times are a-changing" répète-t-on sans arrêt dans les dernières scènes; le passé est révolu, le monde avance. Mme Chan, avec son enfant, symbolise la vie, l'avenir. M. Chow, enfouissant son secret dans un temple cambodgien (khmer ?), est resté dans le passé, dans cette relation qu'il a eue. Chacun ne semble pas refaire sa vie. Ils sont restés pénétrés de leur amour pour l'autre, à tel point qu'ils y sont enfermés. Et une des scènes où la caméra se situe derrière des barreaux, et où on les voit parler dans la nuit, représente bien cette idée. Ils sont dans la même cellule, le monde ne les atteint pas. Mais pourtant ils vivent leur amour par procuration.
Alexandre_Gauzy
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Itinérance d'un ignorant à travers l'Asie (du Sinaï au Japon en fait...), Le cinéma est un art et Les meilleurs films de 2000

il y a 8 ans

13 j'aime

2 commentaires

In the Mood for Love
Velvetman
9

La frustration du désir.

In the Mood for Love n’est pas une fresque romanesque grandiloquente sur l’amour mais le simple récit poétique de deux êtres perdus qui regardent, troublés, la déliquescence de leur couple respectif,...

Lire la critique

il y a 7 ans

110 j'aime

In the Mood for Love
Anonymus
10

Critique de In the Mood for Love par Anonymus

Ceux qui trouvent ce film chiant n'aiment probablement pas la peinture. Puisque chaque image de ce film est d'une beauté à couper le souffle, d'une vraie beauté de composition, de cadrage, de mise...

Lire la critique

il y a 11 ans

107 j'aime

8

In the Mood for Love
Docteur_Jivago
9

Some kinds of love

C'est à Hong Kong en 1962 qu'une secrétaire et un rédacteur emménagent avec leur conjoint respectif dans des appartements voisins. Alors que ces derniers sont régulièrement absents, ils vont peu à...

Lire la critique

il y a 6 ans

73 j'aime

7

Blow Out
Alexandre_Gauzy
9
Blow Out

Scream

Masterpiece ! J'attendais de voir De Palma atteindre la maturité qui poignait à travers Phantom of the Paradise, et que je n'avais pas vu dans Carrie. Et là, c'est éblouissant ! Blow Out...

Lire la critique

il y a 7 ans

39 j'aime

L'Éclipse
Alexandre_Gauzy
9
L'Éclipse

Entre jour et nuit

Avec l'Eclipse, Antonioni présente le troisième volet de sa tétralogie (L'Avventura 1960, La Notte 1961, L'Eclisse 1962, Il Deserto Rosso 1963). Je choisis de critiquer celui-ci qui semble à mon avis...

Lire la critique

il y a 8 ans

36 j'aime

4

Le Juste Prix
Alexandre_Gauzy
1

Un lave-linge ça coûte pas 100 balles abrutie !

Quel ne fut pas mon étonnement quand je vis que personne n'avais osé écrire une critique de cette splendide émission, de ce moteur à consumérisme, de cette gigantesque méthode Coué du capitalisme...

Lire la critique

il y a 8 ans

31 j'aime

4