France - Portugal

Avis sur Independence Day : Resurgence

Avatar blig
Critique publiée par le

Dider Deschamps et Roland Emmerich ont vraisemblablement tenu le même discours à leur équipe : dans la tourmente d'un combat mal engagé, préférez encore le tacle vicieux à la lutte héroïque, la fléchette empoisonnée au corps-à-corps, la béquille à la mêlée acharnée, la sodomie à la sempiternelle « discussion ». Dans cette bouillabaisse non-revendiquée par l’État Islamique, l’humanité est à nouveau aux prises avec la scolopendre engeance de l’espace. La première fois, c’était en 1996 et un gars tordu, presque un fanatique en fait, avait concrétisé un pénalty inespéré à la dernière seconde et sauver notre race de merde de l’extinction. Faute impardonnable que Dame Nature Pas Maintenant n’a toujours pas digéré, surtout aujourd’hui que son pain annuel a été consommé en deux fois moins de temps. Qu’elle se rassure donc, l’envahisseur est de retour ! Qu’elle s’insurge, Didier Deschamps de la montagne! Parce que si la technique de son prédécesseur consistait à battre l’ennemi sur le champ de bataille, et lui laissait donc une sérieuse chance de victoire, la sienne, bien moins chevaleresque, vous en conviendrez, mais diablement plus efficace, admet la raclée totale, le viol intégral, du moment que la reine est défaite. La belle idée. Coupez la tête du serpent et festoyez sur ses restes. D’où une mission commando lancée contre ladite reine par une bande de branleurs comme Hollywood, dans toute son histoire, en a rarement réuni. Objectif donc : abattre maman scolopendre pour que la marmaille se casse. On n’a jamais vu ça dans la Nature, mais visiblement ça se fait quelque part dans l’univers (et beaucoup au cinéma), puisque sitôt la putain réduite en bouillie, les petits choux s’en sont effectivement allés. Alors même qu’ils étaient à quelques mètres du noyau de la Terre, leur secret dessein. Surprenant. Surtout pour moi qui aime à comparer l'équipe portugaise de football à une compagnie de blattes et qui avais vu ces dernières battre la France en finale de l’Euro quelque semaine plus tôt malgré la sortie de leur reine. On s’est encore foutu de ma gueule. Au grand dam de Dame Nature Pas Maintenant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 782 fois
19 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de blig Independence Day : Resurgence