Affiche Inherent Vice

Critiques de Inherent Vice

Film de (2014)

Punch-Drug Love

Ce film était sans doute une de mes plus grosses attentes de 2015, Paul Thomas Anderson restait sur un semi échec avec un "The Master" décevant et j’espérais de mille vœux qu’il retrouve enfin un second souffle pour mettre tout le monde d’accord. Ce projet il m’excitait, bien que n’ayant pas pris le temps de lire le bouquin de Thomas Pynchon, j’en savais donc très peu (et ça n’était pas plus... Lire la critique de Inherent Vice

88
Avatar JimBo Lebowski
6
JimBo Lebowski ·

Tesla Boogie

Caresser le projet d’adapter Pynchon à l’écran, c’est un peu comme vouloir se désaltérer avec une brouette de gravas. C’est partir à la chasse armé d’une éponge. Vouloir jouer la 9ème de Beethoven en soufflant dans le cul d’une mouette. Il faut savoir que lire Thomas Pynchon, c’est accepter la promesse vaine d’un paragraphe magnifique qu’aucune des ramifications protéiformes qui lui... Lire la critique de Inherent Vice

138 24
Avatar guyness
8
guyness ·

There Will Be Weed

Paul Thomas Anderson est un cinéaste rare. Sept films seulement en vingt ans de carrière, ce n’est pas énorme – chacun de ses nouveaux volets apparait donc comme un véritable petit évènement dans la sphère cinéphile. En adaptant cette fois-ci le roman Vice caché de Thomas Pynchon, le metteur en scène semble en tout cas prouver une chose : il sait se réinventer à chaque nouveau long-métrage, tout... Lire l'avis à propos de Inherent Vice

46 6
Avatar Vivienn
6
Vivienn ·

it's not groovy to be insane

Adapter un roman de Pynchon, quel qu'il soit, est en soit une idée tellement absurde qu'elle semble facilement être une folie. Chaque roman de Pynchon est un monde, un univers entièrement clos sur lui-même, créé et n'existant que par la seule force d'une écriture inventive, imprévisible, drôle, cultivée. C'est justement là la première force du film de PTA : Inherent Vice est d'abord un... Lire l'avis à propos de Inherent Vice

27 3
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

Le désenchantement de l'utopie

A travers le regard ahuri d’un détective privé qui ne cesse de se triturer l’esprit par le spliff, Paul Thomas Anderson singe magnifiquement "Vice Caché" de Thomas Pynchon. Littéral et très bavard, le dernier film du réalisateur américain n’en est pas moins l’œuvre la plus souple, même si exigeante, et la plus intimiste de ce dernier. Souvent adoubé ou critiqué par sa méticulosité et sa... Lire la critique de Inherent Vice

129 16
Avatar Velvetman
9
Velvetman ·

Drogue molle

Bon, je passe l'éponge pour cette fois, mais il va falloir quand même se poser des questions sur Paul Thomas Anderson. Pas d'un point vue technique cependant. Inherent Vice tient la route à ce niveau-là, malgré quelques faux-raccords ici ou là - celui chez le dentiste est quand même assez moche. Mis à part ça, j'ai vu tout ce que j'aime chez lui : de beaux travellings, de longues séquences de... Lire la critique de Inherent Vice

88 8
Avatar PFloyd
4
PFloyd ·

Vers l’asile, détective privé.

Pour pénétrer le continent Inherent Vice, un seul mot d’ordre : lâcher prise. Devise singulière si l’on songe à la pétrification qui guettait Paul Thomas Anderson au fil de son précédent et sur-maitrisé Master. Ici, nulle trace de cette rigidité, de cette ostentation d’une mise en scène parfaite et pénitentiaire pour son récit comme ses personnages. En adaptant le profus et unique Pynchon,... Lire la critique de Inherent Vice

107 25
Avatar Sergent Pepper
7
Sergent Pepper ·

Somewhere over the clouds

Comme un étroit couloir que ce bout de plage, de mer et de ciel, à l'horizon réduit par la force de compression de maisons et de voitures, pareilles à un magmas de bois et de métal étranglant la nature. La symétrie et la profondeur de champ agressent le spectateur, lui laissant deviner une splendide plage californienne prise en étau, menottée par les garants de la civilisation humaine. Ce... Lire l'avis à propos de Inherent Vice

55 3
Avatar Dream
9
Dream ·

Magnolia for ever

Pas convaincu. Pourtant l'affiche est belle, le casting au top, Joaquin Phoenix est vraiment au poil, c'est le cas de le dire, trop craquant, ses copines aussi, le film est sympa, la photographie splendide, la bande son rutilante, et pourtant il y a quelque chose qui cloche. Si le personnage du Doc vaut le coup d’œil à lui tout seul, le reste n'est pas reluisant, trop d'histoires... Lire la critique de Inherent Vice

8 4
Avatar socrate
4
socrate ·

California Dreamin'.

Publié en 2009, le roman Inherent Vice de Thomas Pynchon se voit adapté par le cinéaste Paul Thomas Anderson. L'occasion pour le metteur en scène de Boogie Nights de revenir à l'univers du film noir, presque vingt ans après son premier long-métrage, Hard Eight. Rythmé par une voix-off comme surgie d'un songe enfumé,... Lire la critique de Inherent Vice

20 2
Avatar Gand-Alf
6
Gand-Alf ·