Critiques de Inherent Vice

guyness
8
guyness

Tesla Boogie

Caresser le projet d’adapter Pynchon à l’écran, c’est un peu comme vouloir se désaltérer avec une brouette de gravas. C’est partir à la chasse armé d’une éponge. Vouloir jouer la 9ème de Beethoven en...

Lire la critique

il y a 7 ans

Velvetman
9
Velvetman

Le désenchantement de l'utopie

A travers le regard ahuri d’un détective privé qui ne cesse de se triturer l’esprit par le spliff, Paul Thomas Anderson singe magnifiquement "Vice Caché" de Thomas Pynchon. Littéral et très bavard,...

Lire la critique

il y a 7 ans

Sergent_Pepper
7

Vers l’asile, détective privé.

Pour pénétrer le continent Inherent Vice, un seul mot d’ordre : lâcher prise. Devise singulière si l’on songe à la pétrification qui guettait Paul Thomas Anderson au fil de son précédent et...

Lire la critique

il y a 7 ans

JimBo_Lebowski
6

Punch-Drug Love

Ce film était sans doute une de mes plus grosses attentes de 2015, Paul Thomas Anderson restait sur un semi échec avec un "The Master" décevant et j’espérais de mille vœux qu’il retrouve enfin un...

Lire la critique

il y a 7 ans

Docteur_Jivago
3

The long, long [...] long goodbye

"Inherent Vice" signait le retour de Paul Thomas Anderson deux ans après le mitigé "The Master" et par la même occasion, l'une de mes plus grosses attentes de l'année. Voir le metteur en scène du...

Lire la critique

il y a 7 ans

Vivienn
6
Vivienn

There Will Be Weed

Paul Thomas Anderson est un cinéaste rare. Sept films seulement en vingt ans de carrière, ce n’est pas énorme – chacun de ses nouveaux volets apparait donc comme un véritable petit évènement dans la...

Lire la critique

il y a 7 ans

SanFelice
8
SanFelice

it's not groovy to be insane

Adapter un roman de Pynchon, quel qu'il soit, est en soit une idée tellement absurde qu'elle semble facilement être une folie. Chaque roman de Pynchon est un monde, un univers entièrement clos sur...

Lire la critique

il y a 4 ans

mymp
5
mymp

Baba opium

D’abord parler du phénomène Pynchon, Thomas Pynchon. D’abord évoquer l’Arlésienne de la littérature américaine, chimère insaisissable fuyant mascarades et frivolités médiatiques pour ne laisser...

Lire la critique

il y a 7 ans

Kalian
7
Kalian

Critique de par Kalian

Un bel hommage au film noir de la grande époque et plus particulièrement au Grand Sommeil, version psychédélique. Intrigue tarabiscotée mais passionnante, personnages bien tarés mais attachants, B.O...

Lire la critique

il y a 6 ans

Gand-Alf
6
Gand-Alf

California Dreamin'.

Publié en 2009, le roman Inherent Vice de Thomas Pynchon se voit adapté par le cinéaste Paul Thomas Anderson. L'occasion pour le metteur en scène de Boogie Nights de revenir à l'univers du film noir,...

Lire la critique

il y a 6 ans