👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Avec Jusqu'en enfer, Sam Raimi revenait à ses premiers amours, à savoir le film d'horreur teinté d'humour, comme le fut la saga des Evil Dead. Cette fois encore, le cinéaste parvient à instaurer des qualités dans une oeuvre au scénario assez basique. L'ambiance est vraiment sympa et le spectateur risque bien de s'y prendre facilement au jeu.
Toutefois, je vais revenir sur le défaut principal qui est quand même le scénario ou du moins la trame de l'histoire, beaucoup trop simpliste. Les ficelles sont connues et il ne faut pas être un génie du roman pour deviner ce qui se passera à la fin tant on le voit venir de loin. J'avoue que ça gâche un peu le plaisir car je trouve que Raimi parvient à donner un ton particulier au film réussissant parfaitement les moments d'horreur et ceux d'humour. Ce n'est toutefois pas les seules séquences de fin qui m'ont posé problème. Il y a par exemple celle du petit ami qui ne croit pas du tout le voyant et qui va d'un coup retourner sa veste. Le genre de situations qui m'énervent, tellement clichées... Le seul gros point positif du script, outre son second degré, est bel et bien la résonance faite à la crise économique et au système des prêts hypothécaires qui a secoué le monde ces dernières années.
Toutefois, comme je l'ai dit, il y a franchement loyen de bien se marrer dans ce film avec cette vieille sorcière tsigane qui, par exemple, recrache un chat, le gars posséder qui se met à danser dans les airs, etc. Raimi fait vraiment dans l'exagération pure (car l'héroïne tuera son propre chaton tout mignon) pour faire décompresser le spectateur. Car il faut aussi avouer que par moment, on est dans le frisson pur et simple et que Raimi fait pas mal monter l'angoisse. Certains passages font donc monter le tensiomètre.
Les acteurs sont sympas aussi et collent bien à l'ambiance qui se dégage. Cette dernière peut dire merci au travail opéré sur le son et sur la musique qui sont superbement élaborés. Raimi signe un film à prendre au second degré, donnant un bon moment de détente mais dont les limites du scénario se ressentent tout de même.
batman1985
7
Écrit par

il y a 11 ans

2 j'aime

Jusqu'en enfer
takeshi29
8

Sam Raimi roi de la série B

Quel plaisir de voir Sam Raimi de retour à la maison, celle des "vilains" qui font peur. Cela faisait un paquet de temps que je n'avais pas flippé devant un film, et je dois avouer que ce soir, je...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

9

Jusqu'en enfer
Plume231
8

"Buttoned ticket on a one way ride" !!!

Sam Raimi adore jouer les sales gosses, et ce n'est pas un passage par le cinéma hollywoodien à filmer une araignée qui a atténué cela ; au contraire, on dirait qu'il s'est retenu pendant ces années...

Lire la critique

il y a 5 ans

27 j'aime

3

Jusqu'en enfer
LeTigre
7

Retour de Sam Raimi dans l'horreur !

Pendant pas mal d'années, le réalisateur Sam Raimi s'est occupé à mettre en œuvre des réalisations en tous genre tels que le western Mort ou Vif ou la fantastique trilogie Spider-Man. La plupart de...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

10

Le Grand Rasage
batman1985
9

Critique de Le Grand Rasage par batman1985

Voilà probablement l'un des plus grands court-métrage de tous les temps! Une oeuvre formidable de quelques minutes qui dénonce, sans jamais qu'on ne la voit, la guerre du Vietnam. Pas une seule...

Lire la critique

il y a 11 ans

40 j'aime

4

Manhattan
batman1985
5
Manhattan

Je n'accroche décidément pas...

Je vais certainement me faire encore des détracteurs quand j'attaque du Woody Allen et notamment un des film important du cinéaste. Je vais pourtant tenter, une fois encore, d'expliquer ce qui ne me...

Lire la critique

il y a 10 ans

39 j'aime

1

Shotgun Stories
batman1985
8

Un premier film incroyable

Après l'incroyable découverte qu'était Take Shelter, l'envie de se plonger dans le premier film de Jeff Nichols était vraiment très forte. Dans Shotgun Stories, le cinéaste évoque le conflit entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

7