👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Sam Raimi adore jouer les sales gosses, et ce n'est pas un passage par le cinéma hollywoodien à filmer une araignée qui a atténué cela ; au contraire, on dirait qu'il s'est retenu pendant ces années de blockbusters commerciaux, et qu'il a décidé de tout lâcher d'un coup... Et ça fait très mal... Car il est tout de suite revenu à ses amours de sale gosse qui s'assume pleinement d'Evil Dead, avec des tonnes de "Dead" et une avalanche d'"Evil", plus effronté et plus méchant que jamais... Attention avertissement, avec ce film c'est la garantie absolue de ne pas du tout se faire caresser dans le sens du poil...

D'abord, il y a du gore, mais vraiment du gore bien gore, bien dégueu de chez dégueu qui a dû pas mal faire morfler l'actrice principale. Et puis, il y a des effets spéciaux totalement délirants (Bééééééé... !!!). Et le tout pour servir une histoire délirante avec des rebondissements délirants... Et puis, il y a cet aspect dérangeant franchement traumatisant...

Mais cet aspect dérangeant ne vient pas du tout du gore, des effets spéciaux, même pas de l'histoire en elle-même, mais de la protagoniste et du cadre dans lequel elle évolue, ou du moins a évolué jusqu'à ce que la vieille s'en mêle. Le film d'horreur par excellence d'habitude, c'est une bande d'ados ou de jeunes adultes bien décérébrés qu'on a un plaisir sadisquo-jouissif à voir se faire massacrer le plus cruellement possible les uns après les autres. Là, pas du tout... là, la protagoniste vit dans un milieu professionnel et dans un milieu personnel qui nous parlent à tous, fréquente des personnages qu'on a l'habitude de fréquenter pour une raison ou pour une autre ; et puis agit pour des motivations, bonnes ou mauvaises, qu'on comprend pleinement... Autant dire que l'empathie est à son maximum, et qu'il n'y a rien de pire que de voir un personnage auquel on s'identifie profondément se faire malmener comme c'est pas permis...

Le fait que le réalisateur ait choisi pour le rôle principal, la sublime Alison Lohman, excellente au passage, actrice au physique qui dégage de la douceur, ce qui est un contraste fort face à l'horreur et la violence qu'elle affronte, rend le film encore plus traumatisant...

Et puis, cette fin... Merde c'est pas Staline ou Hitler, elle a juste refusé un put... de troisième délai à une put... de vieille bique... AAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH...


Non, franchement, ça fait des années que je n'avais pas vu un film du genre qui m'ait autant "remué"...

Plume231
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 5 ans

27 j'aime

3 commentaires

Jusqu'en enfer
takeshi29
8

Sam Raimi roi de la série B

Quel plaisir de voir Sam Raimi de retour à la maison, celle des "vilains" qui font peur. Cela faisait un paquet de temps que je n'avais pas flippé devant un film, et je dois avouer que ce soir, je...

Lire la critique

il y a 11 ans

33 j'aime

9

Jusqu'en enfer
Plume231
8

"Buttoned ticket on a one way ride" !!!

Sam Raimi adore jouer les sales gosses, et ce n'est pas un passage par le cinéma hollywoodien à filmer une araignée qui a atténué cela ; au contraire, on dirait qu'il s'est retenu pendant ces années...

Lire la critique

il y a 5 ans

27 j'aime

3

Jusqu'en enfer
Plug_In_Papa
5

M'entraînent jusqu' à l'insomnie, les fantômes de l'ennui

Les plus jeunes (ainsi que les moins cultivés) l'ignorent sans doute mais Sam Raimi n'a pas fait que Spider Man dans sa vie, il a même exercé le métier fort peu mondain de "petit réalisateur...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

7

Dunkerque
Plume231
5
Dunkerque

Une plage si propre !!!

Lorsqu'il y a un fort enthousiasme autour d'une chose ou d'une personne, le cas qui énerve le plus c'est lorsqu'on ne le partage pas. Je ne parle pas ici d'enthousiasme autour d'un film mais autour...

Lire la critique

il y a 5 ans

119 j'aime

26

Promising Young Woman
Plume231
7

The Nice Guys!

L'ère #MeToo est passé par là et on ne peut pas parler de ce film sans l'évoquer. C'est impossible, car ce mouvement imprègne l'ensemble jusqu'au plus profond, jusqu'au titre même. Ce dernier est un...

Lire la critique

il y a plus d’un an

112 j'aime

10

Adieu les cons
Plume231
7

Les Temps modernes !

Le nihilisme décomplexé des premiers films de Dupontel a totalement laissé la place à l'humanisme généreux, mais pour voir une œuvre aussi sombre et aussi désespérée (on a envie de dire réaliste dans...

Lire la critique

il y a plus d’un an

100 j'aime

7