La coucherie sordide de Nemo

Avis sur La Forme de l'eau

Avatar Scaar_Alexander
Critique publiée par le

Attention, [spoiler alert]. Pour les braves prêts à souffrir le martyr, ça va être rapide. Le temps d'un court résumé, trois fois rien. La Forme de l’eau, c’est l’histoire d’une femme muette comme une carpe qui couche avec un poisson humanoïde beau comme un thon après l’avoir libéré des mains d’un colonel d’armée blanc, raciste, sexiste, et psychotique, avec l’aide d’un communiste, d’une Noire en surpoids, et d’un vieil homo encore plein de rêves. Si ce résumé parfaitement fidèle au matériau original ne vous a pas fait rire jaune (le lire à voix haute peut aider), cessez immédiatement la lecture, votre petit cœur n’y survivra pas.

La Forme de l'eau est un désastre aux proportions babyloniennes. Une telle affirmation, si négative, vous surprendra peut-être, considérant l’« injonction à aduler » dont bénéficie le film, mais parfois, il faut trancher sec, tchak, surtout lorsque l'amputation est le seul moyen de sauver le patient. Ça arrive, d'avoir envie d'être brutal, quand les gens perdent la boule. Ça donne envie d’exagérer en retour. Exemple : La Forme de l’eau est une merde. Et le pire, c’est qu'on n'est pas bien loin de la réalité. Le seul intérêt du film est de rappeler avec quelle inquiétante facilité une psychose peut gagner collectivement la communauté cinéphile un peu « hip » – puisqu'il est évident, considérant son échec au box-office, que le concert de louanges dont bénéficie le film vient d'une niche de classes moyennes-supérieures émotives. Nous avons bien dit « rappeler », car les lubies absurdes ne sont pas rares : ce même mois de février, la critique s’est entichée d’un autre film qui ne le mérite pas vraiment, Lady Bird, quoi que le petit film de Greta Gerwig restât fort regardable, contrairement au présent film. Parce qu'en dehors de ça, lecteur qui ne tombez généralement pas dans les panneaux, passez votre chemin : pour reprendre les mots employés par Napoléon 1er pour décrire Talleyrand, La Forme de l'eau, conte scandaleusement inepte et surtout con comme la lune, est de la merde dans un bas de soie. Un croisement sans inspiration d'Amélie Poulain (l’héroïne est brune et candide, Richard Jenkins rappelle le vieux peintre malade du film de Jeunet, le toujours aussi peu inspiré Alexandre Desplat nous sort même les accordéons, et c’est même saupoudré des autrement plus inventifs Délicatessen et La Cité des Enfants perdus…), King Kong, La Belle et la Bête (en réduction), et de L’Étrange Créature du lac noir, co-écrit par la scénariste de Divergente (rires), qui n'a rien à offrir au public, une fois passé l’admiration du travail de l’équipe technique.

D'aucuns pourraient justement se dire que ça laisse toujours un bas de soie au public, c’est-à-dire un emballage de qualité. Hollywood ne fait quasiment que ça, de nos jours, des films beaux à voir et atrocement écrits. Mais même là, on n'est pas vraiment sûr. La reconstitution des années 60 est de qualité mais sans grand génie, quiconque a joué aux deux premiers Bioshock trouvera difficilement original, ni même inspirée, la direction artistique, et les amateurs de Hellboy verront forcément dans la créature de La Forme de l'eau un recyclage éhonté d'Abe Sapien (hé, les personnages sont même joués par le même acteur !), ne laissant à se mettre sous la dent que de très beaux effets spéciaux. Yep. Très beaux, les effets spéciaux. Sauf que c'est un film, qu'on est censé voir, pas une démo d'Ubisoft.

Remarque, au sujet du design de la créature et de son manque d'inspiration : del Toro n'en est pas à son premier recyclage. Pour s'en convaincre, il suffit de comparer les méchants de Blade II et ceux de Hellboy II...

De toute façon, l’électricité dans l’eau, c’est risqué

Non, ce que l’on attend en premier d’un film, comme d’un roman, comme d’une chanson, c'est qu’il nous fasse ressentir quelque chose. La substance, la prétendue substance de La Forme de l’eau, c’est la relation qu’il tisse entre son héroïne et la créature. Le problème, et pas des moindres, c’est que l'on en a... rien à foutre, de leur idylle. Rien de rien. Car cette histoire ne fonctionne pas un seul instant. La créature n'a pas la moindre personnalité (exemple con, E.T. en avait...) : aucun trait de caractère ne ressort de son comportement, aucune excentricité ne lui donne des couleurs, elle est juste innocente, craintive, et potentiellement pleine d’amour, si ce n'est pas beau. Mais surtout, sa rencontre avec l'héroïne ne génère aucun moment fort à l’occasion duquel le spectateur aurait pu se dire « Ah, je comprends POURQUOI ça marche, entre eux ». En gros, zéro alchimie, zéro électricité. Machine lui apporte des œufs en douce, lui, il kiffe, alors elle lui en rapporte, et comme c'est charmant, et del Toro croit que ça va suffire au public, tout comme il croit que le handicap de son héroïne nous la rendra automatiquement sympathique (en mode Bambi). Certes, c’est difficile, entre un acteur et une créature de pixels, mais ça a été déjà fait. Par des gens visiblement plus talentueux. En d’autres termes, si l’héroïne avait saut... euh, sauvé des bébés phoques à la place du poisson humanoïde, ça n’aurait pas été bien moins compliqué (remarque : on insiste à ne pas le qualifier de mammifère, puisque les mammifères ont besoin d'air).

C'est con, ou bien c'est con ?

Les arguments esthétiques du film, quoique loin d'être aussi prodigieux que la presse le chouine, le savoir-faire technique établi de Guillermo del Toro, le luxe relatif de la forme, et l’atmosphère de mystère qui imprègne le film dans son premier acte, créent l'illusion, pendant un temps, tant que le plantage n’est pas patent. Hélas, il le devient très vite, tant la crétinerie de son point de départ parasite le plaisir qu’aurait pu procurer ledit acte. Jugez-en par vous-mêmes : la Forme de l’eau nous narre la rencontre d'une femme de ménage et d'une créature amphibienne top-secrète dans un laboratoire top-secret où étrangement, tout employé, même tout en bas de l'échec, peut circuler à sa guise, sans supervision, comme s’il faisait ses courses dans un centre commercial. Ça vous fait tiquer, hein ? Mais si. Et c’est répété, dans les résumés, hein. « Un laboratoire gouvernemental ultrasecret ». Gouvernemental. Ultrasecret. Dans lequel l’armée a enfermé une créature humanoïde sous-marine et douée d’intelligence, sans doute une des plus grandes découvertes scientifiques de l’histoire, aux implications potentiellement gigantesques. Laissée dans une bassine. Sans employé présent 24h sur 24 pour la surveiller, ni soldats armés à l’entrée de la pièce (alors qu’elle a littéralement bouffé la main de leur supérieur), ni... caméra. Que dire ? Non. Même en tant que conte, non. Ce que del Toro nous raconte est trop gros pour passer. Il faudrait éteindre son cerveau, or, cela poserait un autre problème, non moindre, puisque La Forme de l’eau n’est pas Charlie’s Angels, ce n'est pas une farce : c’est, au contraire, un film très-très-très sérieux.

C’est le truc, avec Guillermo del Toro : il est toujours sérieux, même quand il est censé divertir, avec ses Hellboy, par exemple. Il y a dix ans, on aurait volontiers joué le jeu. Avec ses premiers films, il s’était imposé en réalisateur doté d’un univers et d’une approche du cinéma aussi forts que personnels (Cronos, L’Échine du diable) ; ses collaborations avec Hollywood n’avaient pas toujours été fructueuses (cf. Mimic), mais Blade II était toujours plus intéressant que le premier opus, et il ferait oublier l’inégal Hellboy avec son très riche Hellboy II ; enfin, il avait fait don au monde du Labyrinthe de Pan, qui restera probablement SON chef-d’œuvre, vu le tour que prennent les choses : les quinze années séparant 1993 de 2008 n’auront pas été mauvaises pour ce cher Guillermo. Puis… cinq ans sont passés, sans qu’il ne réalise rien. Il nous est alors revenu avec Pacific Rim, sorte de Neon Genesis Evangelion doté d’un scénario à faire passer celui de Top Gun pour du Tolstoï. Et il a continué, en réalisant deux ans plus tard Crimson Peak, bijou esthétique que ses fans attendaient comme son retour pour-de-bon, mais qui s’est révélé à peine plus fascinant que le précédent. Un peu comme si Guillermo n’avait plus rien à raconter. Et cette année : La Forme de l’eau. Un film très-très-très sérieux.

Et attention, rempli de perles du même calibre que celle soulevée dans le paragraphe précédent. Eût le scénario été écrit par un étudiant en première année de cinéma aussi enflammé qu’acnéique, et surtout sans piston aucun, le monde lui aurait ri au nez. Exemple 1. Une fois la créature sauvée par les gentils, ces derniers décident de la planquer chez l’héroïne, plutôt que de conduire directement jusqu’au port pour la renvoyer à son élément... ce qu’ils ne manqueront pas de faire, à la fin, après avoir laissé le film se passer (hop). Exemple 2. À un moment, la créature s’échappe de chez l’héroïne, perturbée, déboussolée. Cette dernière craint le pire. Mais elle la retrouve cinq minutes plus tard... au cinéma en-dessous de chez elle, l’air de rien, sans que personne ne l'ait remarquée. Exemple 3. À la fin, le méchant leur met la main dessus, en pleine nuit, sur la base d’une info super-vague, comme si le port faisait dix mètres carrés. Et ça continue. Les dialogues sont généralement mauvais. La chose nous a sauté aux yeux lorsque le général Hoyt (interprété par l’excellent Nick Searcy, de la série Justified), en réponse au Dr Hoffstetler qui le supplie de ne pas tuer la créature, lui répond quelque chose du genre de : « Ouais mais gars, tu vois, ces étoiles, là, sur mon uniforme ? C’est moi l’chef, alors tu ferme ta gueule ». Sérieusement ? Sérieusement. Mais au fond, ça cadre avec le manichéisme éreintant du scénario : pas un seul personnage n’y échappera. L’héroïne a beau être, dans les faits, une chieuse un peu ingrate (voir son attitude vis-à-vis de sa meilleure amie) prenant son handicap pour un permis de ne penser qu’à son petit monde, del Toro tient absolument à la faire passer pour un parangon d’altruisme héroïque. Son voisin homo comme sa meilleure amie peuvent se résumer à leur gentillesse et leur bon cœur, sans qu'un cheveu ne dépasse. Côté méchant, une fois passés des débuts un chouïa prometteurs (on pense notamment à la scène des toilettes), l’agent Strickland se révèle une ordure monodimensionnelle dénuée de la moindre qualité rédemptrice, un des plus mauvais antagonistes qu’Hollywood nous a proposés de mémoire récente, et un atroce gaspillage d’énergie pour Michael Shannon : prenez son personnage déjà un peu bourrin de Boardwalk Empire, secouez bien, retirez-lui mille litres de nuance, c'est prêt. Un méchant peut en dire long sur la qualité d'une histoire : à ce rayon, comme au jeu des nuances, La Forme de l’eau se tape un zéro pointé. Le capitaine Vidal du Labyrinthe de Pan n’était pas non plus un monument de subtilité, mais il était sauvé par quelques ingrédients fondamentaux : d’abord, un film de meilleure qualité (ça aide) ; ensuite, une performance de Sergi Lopez moins absurdement cartoonesque que celle de Michael Shannon ; pour finir, des caractéristiques lui donnant chair, comme son obsession pour les horloges et son désir d’avoir une progéniture. Strickland, lui, n’a rien. C’est le Coyote de Road Runner, l’humour en moins. À croire que le film s’adresse exclusivement aux enfants…

La Forme de l’eau est un film aussi prétentieux qu’idiot, et le mélange de ces deux ingrédients toxiques donne : de la médiocrité. En bonne quantité. Emprunts esthétiques et scénaristiques divers sans la moindre originalité, propos neuneu se prenant au sérieux, pics de grandiloquence sur un matériau dramatique en toc, rôles plus oscarisables que les performances (en dehors de Sally Hawkins, au demeurant très juste, c'est assez standard), tout est là. Del Toro sombre même dans la beauferie un peu gênante avec une scène de comédie musicale onirique en noir et blanc, grand moment de poésie de caniveau qui donnera hélas à certains l’impression d’effleurer les cimes des doigts (sic). De la même manière, pour faire un hommage de qualité au septième art, un qui ne donne pas l’impression d’avoir déjà été fait mille fois par le passé, il faut un peu plus qu’une héroïne vivant au-dessus d’un vieux cinéma et deux-trois passages de classiques tirés à la volée. Désolé.

Touche pas à ma lotte

Mais ce qui fait de ce mauvais film incroyablement surestimé une merde (rien à foutre), et ce qui lui vaut l'ignominieuse note de 2/10 (autant que 50 Nuances plus claires !), c'est le matraquage idéologique permanent qu'elle nous fait subir, l'eau salée de sa créature se mélangeant à une soupe moralisatrice dégueulasse. Reprenons le florilège de notre inoubliable entrée en matière (yay !) : entre a) l’héroïne sourde (minorité trop souvent négligée, ka-ching !), b) le vieux voisin homo au grand cœur (ka-ching !!), c) la meilleure amie noire ET en surpoids (euh, double-ka-ching ?), d) le grand méchant militaire, blanc, et père de famille nucléaire (dénonciation du patriarcat, le véritable monstre du film, ka-ching multiplié par l’infini !!), par ailleurs TELLEMENT méchant que le film se sent obligé d'en faire par-dessus le marché un raciste ET un détraqué sexuel (histoire d’être bien subtil), et e) le jeune et beau barman du diner qui, aussitôt après avoir repoussé les gentilles avances du vieil homo énamouré, se révèle être lui aussi un affreux raciste en refusant l’entrée à de potentiels clients de couleur (vous pouvez reprendre votre souffle), la dénonciation de l'intolérance et l’ode à la différence s'émancipent de la taille XXXL pour atteindre la dimension supérieure. Notre résumé en début d’article aurait pu se finir sur un « quintuple-combo ! » tant il donne l’impression de lire un flyer de conférence sur l’intersectionnalité organisée par une association LGBTIANNSCPTTM (Lesbiennes, Gays, Bis, Trans, Intersexes, Asexuels, Noirs, Nains qui savent peindre, Sourds, Communistes, Poissons, et Tout le reste Tant que c’est Minoritaire). Et si le film s’adresse principalement aux enfants, voilà qui le rend carrément malfaisant.

Était-ce bien nécessaire, dans un film qui narrait déjà l’histoire d’amour entre une marginale et un poisson humanoïde ? Le message avait-il besoin de ça pour passer ? Bien que La Forme de l’eau ait parfaitement le droit d’avoir pour sujet ces êtres vivant à la marge, l’esprit sain, conscient de la notion capitale de MESURE, aurait tendance à répondre que non.

Finding Nemo ? So 2003. FUCKING Nemo !

Seulement, La Forme de l’eau, en plus d’être con stricto sensu, a également une case en moins. La névrose est latente très tôt dans le film, mais pour donner envie d'appeler la police, il faut attendre la décision de del Toro et de sa coscénariste de faire... baiser les deux personnages principaux : la femme sourde et la créature. La FEMME... et la créature. L’espèce de poisson humanoïde. Même pas un putain de mammifère. Oui, oui, baiser, littéralement. Et fièrement, hein. Au point de nous pondre toute une scène où l’héroïne décrit la forme de la bite de son amoureux à branchies à sa collègue surexcitée, comme si c'était PARFAITEMENT NORMAL, parce que n'oubliez pas : la normalité, ça n'existe pas. Un rêve humide d’antispéciste complètement frappadingue, en gros. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et à en juger par la complaisance dont ce choix scénaristique semble bénéficier de la part de la meute de Pikachus dégénérés qui canonisent cette merde, tout spectateur manifestant un tant soi peu d’accablement passera pour le vieux con de l’assistance. Parce que si votre cœur n’est pas assez grand pour inclure la zoophilie, c’est que vous avez peur du progrès. Et que vous n’êtes pas assez inclusifs. Que vous ressemblez un peu au méchant du film, en fait (brrrr).

Certaines personnes pourtant rationnelles et de bon goût trouvent des circonstances atténuantes à ce choix scénaristique proprement ahurissant. C’était écrit, voyons ! Au début du film, Machine se doigte dans sa baignoire (ce qui veut dire au passage qu’elle aime l’eau, encore cet irrésistible art de la nuance !), elle n’a personne dans sa vie, ni d’une, ni de deux ! Euh… non. Bon, d'accord, alors, un autre truc : c’est une histoire d’amour, quoi ! Euh, oui… et ? Ce qui lie E.T. et Elliott, à la fin, peut être qualifié d'histoire d’amour, et pourtant, E.T. ne se tape à aucun moment le petit Elliott, à moins que Spielberg n’attende une nette évolution des mœurs pour ajouter cette scène à l'occasion du remontage du cinquantième anniversaire. Si l'amour requérait la baise, quid de l’amour filial ? De l’amour entre frères ? Des amitiés qui valent mille idylles ? Et dans La Belle et la bête, auquel on compare souvent La Forme de l’eau, d’une, la bête est à la base un homme, et de deux, c'est une larme de Belle qui la ramène à sa forme humaine de bôgosse, pas une baise sauvage sur le lit à baldaquins, ni même un bisou ! Parce que... nous n’étions pas en 2018, au risque de paraître déclinistes. La créature de La Forme de l’eau n’est pas humaine. L’héroïne est humaine. L’héroïne humaine baise une créature qui n’est pas humaine, inhumaine au point d’avoir bouffé la tête d’un putain de chat, in vivo, quelques scènes plus tôt. La différence entre ça et sauter un chimpanzé ? Dérisoire. Si del Toro avait écrit la nouvelle saga de la Planète des singes, il aurait peut-être fait coucher César avec Keri Russell dans le deuxième volet (on aurait été content pour Andy Serkis, remarquez), et là, allez savoir comment les gens auraient réagi ? Peut-être pas avec autant d'apathie bienveillante. On pourra tourner mille ans autour du pot et essayer mille fois de faire passer des vessies pour des lanternes, le fait demeurera que ce Mexicain sur le déclin a promu la zoophilie dans un film, et que des gens lui ont refilé un Oscar pour ça.

On vous l’a dit : sérieux.

Mais pas si vite, les zoziaux. Le présent film étant du Guillermo del Toro, entre deux sucreries capables d’abattre un hypoglycémique, vous aurez droit à deux-trois éclats de violence graphique bien gore qui, ajoutés à la scène de masturbation (et à bien d’autres scènes de nu pas particulièrement nécessaires, considérant l’actrice), tenteront de faire passer La Forme de l'eau pour un vrai film d'adultes, un truc bien radical, bien ouf', parfois méchant, même, un à qui on ne la fait pas, non, Monsieur. Ça marchait dans Le Labyrinthe de Pan. Ça se viande royalement dans cette année, parce qu’une recette en théorie excellente ne peut rien donner de bon si les ingrédients sont dégueulasses.

Tout bien réfléchi, la politique est, en plus de l’originalité (les gens apprenant à idolâtrer le « différent »), la meilleure explication à la psychose collective qui s’est emparée d’une portion substantielle et branchée de la population. Les critiques positives pullulent d’exaltations de la tolérance et de la diversité, ainsi que de parallèles idiots avec le paysage politique actuel. C’est pourquoi s'il-vous-plait, spectateurs qui avez vu le film et en êtes sortis aussi sidérés que nous, n’ayez pas peur d’aborder ce sujet au resto. Comme nous l'avons suggéré plus haut, cela ne fera pas de vous un stéréotype de vieux con polluant tout avec sa politique. Il n’y a rien de plus exaspérant que les sermonneurs bon teint reprochant à quelqu’un de voir de la politique partout quand lui-même en met partout...

La Forme de l’eau est un désastre, un pudding en plastique grave comme une crise cardiaque et poétique comme un collégien extatique, à l'esthétique recyclée et aux sentiments prémâchés, policé et neuneu, réservé aux hyperémotifs, hyperromantiques, et naïfs de l'auditoire. La célébration dont il fait l'objet, tout comme les quatre oscars qu'il a remportés (il devrait être interdit de cumuler à la fois celui du meilleur film et celui du meilleur réalisateur), sont une injure au bon sens et au bon goût. Certes, il reste encore plus de neuf mois à 2018, mais l'on peut dors et déjà parlé de la supercherie de l'année.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 460 fois
7 apprécient · 2 n'apprécient pas

Scaar_Alexander a ajouté ce film à 2 listes La Forme de l'eau

  • Films
    Cover Mes sorties ciné 2018

    Mes sorties ciné 2018

    Suite de la liste de 2017 => https://www.senscritique.com/liste/Mes_sorties_cine_2017/1566514 Mon top de l'année => https://www....

  • Films
    Cover Mon Flop 10 de l'année 2018

    Mon Flop 10 de l'année 2018

    Faire un flop est, sous certains aspects, un exercice plus compliqué que faire un top. D'abord, parce que les films ratés sont...

Autres actions de Scaar_Alexander La Forme de l'eau