Un classique de la Sci-Fi, intemporel et qui nous subjugue avec toujours la même ferveur.

Après s’être égarée dans l’espace-temps, une navette spatiale américaine s’écrase sur une planète inconnue. Les astronautes vont rapidement découvrir qu’ils ne sont pas seuls. Elle est peuplée d’humains primitifs et de singes très évolués.


Il s’agit ici de la toute première adaptation du roman éponyme de Pierre Boulle, qui sera suivie d’une flopée de suites (4 pour être précis, entre 1970 & 1973). Le succès est tel, que deux séries verront le jour (l’une en prise de vues réelles, de 14 épisodes en 1974 et l’autre, en animation, de 13 épisodes en 1975). Il faudra attendre plus de 30ans pour qu’un remake voit le jour en 2001, suivi d’une nouvelle saga (on en compte 3 actuellement, entre 2011 & 2017).


A la réalisation de ce premier volet, on retrouve Franklin J. Schaffner (Papillon - 1973) qui offre un magnifique premier rôle à Charlton Heston (Ben-Hur - 1959). La première chose qui frappe ici, c’est la facilité avec laquelle le film nous tient en haleine jusqu’au dénouement final


(quand le héros découvre qu’en réalité, il est sur Terre (et non sur une planète inconnue), devenue méconnaissable car détruite par les guerres humaines et réappropriée par les singes)


. Le réalisateur nous offre une vision spectaculaire et peu rassurante de notre avenir où les singes sont devenus civilisés en l’absence des hommes. Ils sont donc devenus la race supérieure, quand les rares humains restants ont été relégué au rang inférieur, redevenus primitif et considérés comme des animaux.


Une œuvre intrigante, intelligente et brillante, tant dans ses propos que dans sa mise en scène. Une œuvre visuellement bluffante, magnifiée par ses décors en extérieur et bien évidemment, ses superbes make-up simiesques qui vaudront à John Chambers de se voir couronné d’un Oscar.


Ce premier opus est rapidement devenu un succès d’où ses nombreuses suites qui n’ont pas tardé à voir le jour. Rapidement devenue une œuvre de référence en matière de science-fiction (40ans après, on continue toujours et encore d’en faire des adaptations), un classique de la Sci-Fi, intemporel et qui nous subjugue avec toujours la même ferveur.


(critique rédigée en 2009, réactualisée en 2021)


http://bit.ly/CinephileNostalGeekhttp://twitter.com/B_Renger


Film vu dans le cadre d’une thématique « Homme / Singe »


La franchise au complet :
La Planète des singes (1968) ★★★★
Le Secret de la planète des singes (1970) ★★☆☆
Les Évadés de la planète des singes (1971) ★★☆☆
La Conquête de la planète des singes (1972) ★★★☆
La Bataille de la planète des singes (1973) ★☆☆☆
La Planète des singes (2001) ★★☆☆
La Planète des singes : Les Origines (2011) ★★★☆
La Planète des singes : L'Affrontement (2014) ★★★☆
La Planète des singes : Suprématie (2017) ★★★☆

La Planète des singes
Torpenn
8

Charlton, air de Zeus.

Un des films que je voulais voir depuis une éternité, et il a très bien résisté à mes attentes. Classique incontestable de la Science-Fiction, le film de Schaffner arrive à être à la fois intelligent...

il y a 11 ans

86 j'aime

21

La Planète des singes
Hypérion
8

You got what you wanted, tiger. How does that taste?

La Planète des singes est un film génial pour des tas de raisons mais dégraissons le mammouth au préalable, tout n'est pas parfait. Sur la forme, la réalisation a indéniablement vieilli, avec une...

il y a 10 ans

73 j'aime

7

La Planète des singes
Gand-Alf
10

Soudain, l'apocalypse.

Difficile de croire à l'époque qu'un petit film de science-fiction dont personne ne voulait et mettant en scène des singes anthropomorphiques allait contribuer, un peu avant le "2001" de Kubrick, à...

il y a 10 ans

59 j'aime

5

Monty Python - Sacré Graal !
RENGER
2

Armez vous de patience, c'est ce que vous avez de mieux à faire.

Premier long-métrage pour l'équipe des Monty Python où ils réalisent avec Monty Python, sacré Graal (1975) une comédie lourde, exaspérante et extrêmement vide. Certains gags sont beaucoup trop...

il y a 11 ans

25 j'aime

17

Ready Player One
RENGER
2

Grosse désillusion, de la SF chiante à mourir

Une belle grosse désillusion le dernier Spielberg. Moi qui l'attendais avec une certaine impatience. Son grand retour à la SF, à grands renforts de coups marketings, je suis tombé dans le panneau et...

il y a 4 ans

21 j'aime

24

Room 237
RENGER
6
Room 237

Vous ne regarderez plus jamais Shining de la même façon ! [! ATTENTION SPOILER !]

[! ATTENTION SPOILER !] Vous vénérez Shining (1980) de Stanley Kubrick ? Alors découvrez sans plus tarder Room 237 (2012), un documentaire (dont le titre fait référence à la fameuse chambre de...

il y a 10 ans

17 j'aime