👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Salut mon gars, ça marche ? T'aurais pas une petite pièce ? Hein, quoi ? T'es là pour que j'te parle d'mon histoire ? Mais c'pas moi qui devrait t'raconter mon histoire, laisses plutôt le Pilier De Comptoir l'faire, nan ?

D'accord, d'accord, t'étais là pour que j'te parle comme ça de c'qu'il a fait, d'accord, d'accord.

Ouais, bon, l'autre m'cherche à travers la France parce que j'étais fiancé avec elle. Mignonne, d'ailleurs, j'dois bien r'connaître que ça m'manque un p'tit peu. D'ailleurs, les autres gars et garces sont sympas, l'commandant du Génie m'a pas l'air si malin que ça, mais il a une bonne bouille donc ça compense.

J'dois bien avouer qu'c'est bien longuet quand même. Il montre bien l'histoire, l'Pilier D'Comptoir, mais bon, c'pas ça qui fait toute l'histoire non plus. Quoique montrer la vie, ça a son sens, d'une certaine manière, courir après des cadavres pour mieux enterrer son passé, ça a son charme tout en montrant ce que la vie peut nous, enfin nous, aux autres quoi, apporter, de c'que peut nous donner l'bon dieu à côté. La soupe, ouais mon gars, ça en fait parti.

Hey.. Hey, HEY ! M'SIEUR !! Ouais vous là !! Z'avez pas une...? MERDE !

Bon, j'en étais où ? Ah oué, donc oué, la vie quoi, enfin la vie, des gars qui chantent puis qui crèvent dans un tunnel pour essayer d'me retrouver, c'est ballot pour eux quand même. Enfin, quand je dis moi, j'parle aussi des autres. La logique des institutions quoi... Il a bien raison, l'Pilier D'Comptoir, c'vrai qu'ça la fout mal...

Tu m'excuses si j'me bouge deux minutes ? C'est qu'j'ai beau être cul de jatte, aveugle et sourd, le p'tit bout a toujours ses exigences... Ouais, c'est comme ça qu'on nous voit là-dedans, mais c'pas faux hein, je dirais même que c'est vrai, parce qu'un petit tour dans les tranchées, ça assomerait même les morts.

Donc ouais, ça tourne en rond (rien à voir avec ma chaise roulante, hé !), puis bon après quelques hésitations finalement, personne ne m'a retrouvé. C'pas faute d'avoir foutu le Génie, des escrocs et plusieurs familles sur l'coup...

Donc après tout c'bazar, bah ils abandonnent l'identi.. L'Itiden... Enfin, l'truc qu'ils essayaient d'faire donc, parce que les grosses légumes ne veulent plus en entendre parler. Je les comprends d'un autre côté, faut dire qu' perdre des vies pour essayer de r'coller des morceaux d'vie à partir des morts, y a un certain non-sens. Même si c'est vrai, les vivants en ont b'soin... Question de reconstruction psycho... Psolany... Enfin, un truc dans l'genre. C'est un nouveau mot, il paraît.

"Ce subterfuge est un scandale !" qu'il dit, l'autre ! C'vrai qu'il a pas tort, c'est que nous r'trouver, ça coûte à la nation, et tournez la page, ça coûte moins cher, c'est sûr. Puis il était bien avancé, alors ça s'comprend, qu'il soit en colère contre ça.

Mais faut avancer dans la vie, mon ex-fiancée elle est bien gentille, mais j'vois pas c'que j'pourrais lui apporter dans mon état. Y a des tas d'bonhommes qui sauront l'apprécier à sa juste valeur en plus et qui ont encore tout c'qu'il faut pour ce faire. C'est pareil pour mes copains et leur famille. C'dur, mais que pouvons nous y faire finalement ? C'mieux d'avancer...

HEY !!! M'DAME !! M'DAME !!! Z'avez pas une p'tite pièce ? Quoi ? Pas pour un pouilleux dans mon genre ?? ...!! POUFFIASSE !!!

Bon, c'pas toussa, mais normalement, j'suis pas sencé être là. C'bon, t'as fini avec tes questions bizarres ? J'retourne dans ma tombe alors. En plus elle est sympa ma tombe, y a un gros truc au-dessus qui la protège. L'Arc De Triomphe qu'ils l'appellent.

Y a pas de quoi en faire un triomphe en fait, mais bon, la communication est un art. L'Pilier D'Comptoir la maîtrise bien avec sa péloche, mais ça n'a rien de bien transcendant. Le rythme est un peu mou malgré l'énergie déployée par les personnages et ils ne peuvent rien faire à cause de cette direction d'personnage naturaliste, faut apprécier en somme. Mais j'aime bien l'angle choisi... Doit avoir le coude pour bien enquiller le champagne, c'lui-là.

Allez à plus mon gars. Et pas la peine de m'dire "bonne nuit", je suis sûr de bien dormir. Pour une fois que j'suis sûr de quelque chose, tu vas pas m'l'enlever, si ?

Bung
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Je suis un mouton et Coupe Sens Critique.

il y a 8 ans

20 j'aime

27 commentaires

La Vie et rien d'autre
DjeeVanCleef
8

Les fleurs du Mâle

Je suis une fleur. Fragile. Un coquelicot. Il faut de la délicatesse pour me cueillir sans m'abîmer, sans que mes pétales ne s'envolent aux quatre vents. Et il y a des films qui te cueillent comme...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

20

La Vie et rien d'autre
Sergent_Pepper
9

Mémoire de nos pairs

La vie et rien d’autre est un film historique. Ample par sa reconstitution, doté d’un casting prestigieux, il semble s’inscrire dans une tradition dont nous visionnons aujourd’hui encore les...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

12

La Vie et rien d'autre
Ze_Big_Nowhere
8

Mémoires d'outre-tombe

Octobre 1920. Un bord de plage terne et délavé où des vagues grises frappent le sable comme un cocher les cuisses de son canasson. Un jeune homme accompagné d'une infirmière, se tient sur un...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

23

Star Wars - Le Réveil de la Force
Bung
3

Le réveil du Jedi pèse des Kylo le vendredi.

Ouais bon, habituellement, moi les salles de cinéma je ne fréquente plus ou si peu, faut dire qu'il faut en avoir les moyens et puis, moi, les moyens, je préfère les utiliser pour constituer une...

Lire la critique

il y a 6 ans

26 j'aime

17

La Vie et rien d'autre
Bung
7

C'est l'heure d'la soupe, bon dieu !!

Salut mon gars, ça marche ? T'aurais pas une petite pièce ? Hein, quoi ? T'es là pour que j'te parle d'mon histoire ? Mais c'pas moi qui devrait t'raconter mon histoire, laisses plutôt le Pilier De...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

27

Jusqu'au bout du rêve
Bung
3

Le beau rêve de l'Amérique.

La période 80s-90s représente une des décennies les plus profiliques et folles de la production cinématographique américaine, poussée à la fois par ce délire tout autour de la nouvelle vague frenchy...

Lire la critique

il y a 8 ans

16 j'aime

17