👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Rien de particulier aujourd’hui pas vrai ? La vie n’est pas particulièrement compliquée. Pas particulièrement facile non plus. On rêve à cette belle maison bleue devant laquelle on passe tous les jours. On aspire au grand amour, à être un peu spécial, un peu différent. On s’engueule avec sa mère, parce qu’on a mal plié son linge. On trébuche dans les escaliers. Il fait trop chaud. Et on a encore grossi. Voilà, c’est ça, aujourd’hui, la vie est simple. Parfois heureuse, parfois malheureuse. Parfois intense, parfois banale. Cette simplicité, c’est ce que Lady Bird, cette fille aux cheveux roses, nous montre pendant 1h et 35 minutes. Tiens, même la durée du film est simple.

Pourtant, elle a pas l’air simple Lady Bird. Déjà, elle a les cheveux roses. Et un plâtre, parce qu’elle s’est jeté d’une voiture en marche. Et un nom bizarre, qu’elle s’est donnée elle-même à elle-même. Et elle veut être au-dessus pour sa première fois. Et comme elle dit « personne n’est au-dessus pour sa première fois ! ». Mais sa vie, à cette Lady Bird, elle est simple. Pas banale. Pas insipide. Pas renversante non plus. Juste simple.

Comment ? Il se passe rien quand c’est juste simple ?
C’est vrai ça. Dans la simplicité, elle est où cette histoire d’amour qui nous coupera le souffle ? Ce truc immense, qu’on oubliera jamais ? Y en a pas. Le premier petit ami de Lady Bird est gay, le deuxième, un gros con. Et alors ? On la trouvera plus tard cette grande histoire.
Dans la simplicité, elle est où cette incroyable réussite, starting from scratch et puis paf, arrivée à Yale ? Y en a pas non plus. Lady Bird est refusée partout. Ah non, elle réussit à être sur liste d’attente. Et alors ? C’est génial, les listes d’attente, même que ça se fête avec son Papa en mangeant des dooritos dans la voiture.
Et dans la simplicité, elle est où cette audition de théâtre fulgurante, qui cloue spectateurs et jury, où tout le monde pleure et d’où on sort avec le premier rôle, et puis le jour de la représentation, la salle se lève et nos parents nous regardent avec des yeux brillants de fierté ? Bah y en a pas. Lady Bird est dans le chœur. C’est même pas un rôle hé. Et alors ? Nos parents viennent quand même nous voir et ils ont peut-être même les yeux brillants de fierté.

Lady Bird, c’est donc cette fille. Cette fille simple, qui va s’acheter des cigarettes, un ticket de loto et Playgirl parce qu’elle vient d’avoir 18 ans. Lady Bird, c’est aussi ce film. Ce film simple, qui nous fait ressortir du cinéma en se disant que c’est pas très compliqué finalement d’avoir 17 ans. Ou 19. Ou 20. Et même au-delà. Enfin, je suppose.

inesclivio
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 4 ans

49 j'aime

3 commentaires

Lady Bird
EricDebarnot
6
Lady Bird

L'effet Greta Gerwig

Greta Gerwig a bien de la chance : la critique l'adule aussi bien comme actrice, icône d'une nième vaguelette du ciné indie US - même quand elle ressasse les mêmes "trucs" d'interprétation - que...

Lire la critique

il y a 4 ans

63 j'aime

15

Lady Bird
Behind_the_Mask
5
Lady Bird

Indé... Indé... Ça rimerait pas avec surcoté ?

Alors, c'est ça le nouveau succès décrété estampillé indé pour 2018 ? Bon... Behind va encore une fois passer pour le beauf de service. Mais quand même, c'est pas comme si c'était la première fois...

Lire la critique

il y a 4 ans

57 j'aime

4

Lady Bird
inesclivio
8
Lady Bird

Tout simplement

Rien de particulier aujourd’hui pas vrai ? La vie n’est pas particulièrement compliquée. Pas particulièrement facile non plus. On rêve à cette belle maison bleue devant laquelle on passe tous les...

Lire la critique

il y a 4 ans

49 j'aime

3

BlacKkKlansman - J'ai infiltré le Ku Klux Klan
inesclivio
8

Et quand tu ris, je ris aussi

Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes l’a suffisamment dit : il faut aller voir les films au cinéma. Ce que je trouve vrai. Mais pour BlacKkKlansman, c’est encore plus vrai...

Lire la critique

il y a 4 ans

46 j'aime

6

L'Atelier
inesclivio
9
L'Atelier

Camus, sors de ce film

"Un enchaînement de clichés. Les deux arabes, le noir, le blanc raciste au regard dur, l'autre blanc au regard doux et la quarantenaire aux jambes effilées qui va réunir ce beau monde en grands...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

2

Jeune femme
inesclivio
9
Jeune femme

La somptueuse légèreté de l'être

« Je viens de voir Jeune Femme. Il est incroyable. » dis-je en rentrant à ma colocataire penchée sur son devoir de philo. « Ca parlait de quoi ? » a-t-elle répondu distraitement sans lever les yeux...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime