Affiche Le Fils du pendu

Critiques de Le Fils du pendu

Film de (1948)

Violence émotionnelle.

Ce n'est pas le mal, mais le bien, qui engendre la culpabilité. Le Fils du pendu : Moonrise est une petite pépite des années 48 réalisé par Frank Borzage qui présente un conte noir obsédant de culpabilité fait avec un soin remarquable. Le récit est captivant, possédant une histoire marquante, d'une puissance dramatiquement dérangeante à la complexe... Lire la critique de Le Fils du pendu

20 7
Avatar JéJé fait son Bagou
9
JéJé fait son Bagou ·

Graine de potence

Il y a vraiment un monde entre les Borzage de la fin des années vingt, somptueuses perfections esthétiques et thématiques qui trônent au sommet de leur art et sa carrière postérieure... Nous sommes en 1948, il nous emmène dans une petite ville comme tant d'autres, avec son drugstore, sa fête foraine, son bal du samedi soir et d'ailleurs notre héros, soufre-douleur de la ville depuis sa plus... Lire l'avis à propos de Le Fils du pendu

8 5
Avatar Torpenn
6
Torpenn ·

Une corde pour te pendre (encore)

Frank Borzage était à la toute fin de sa carrière et n'avait sans doute plus cet incroyable talent visuel et créatif qui en avait fait l'un des cinéastes majeurs du muet. Ce qui n'empêche pas ce « Fils du pendu » de présenter quelques réels intérêts. D'abord, ces premières minutes ultra-sombres, désespérées voire carrément anxiogènes, c'est tout de même assez rare, avec pas moins de... Lire l'avis à propos de Le Fils du pendu

Avatar Caine78
6
Caine78 ·

Critique de Le Fils du pendu par Blockhead

Délaissant les drames romantiques dans lesquels il excelle, Borzage signe ici un film noir atypique, qui vaut surtout par son ton inhabituel, son atmosphère poisseuse et étouffante, sans oublier son style fluide et élégant à l’image d’une séquence d’ouverture étonnante et qui reste gravée dans les mémoires. Lire l'avis à propos de Le Fils du pendu

Avatar Blockhead
7
Blockhead ·

Le Goût du pendu

L’opposant le plus dur à affronter, c’est celui qu’on cache à l’intérieur. Entrer en empathie avec un criminel : le devoir d’une société. Lire l'avis à propos de Le Fils du pendu

Avatar Limguela_Raume
8
Limguela_Raume ·

Critique de Le Fils du pendu par CVOR

Réaliser par Frank Borzage, Oscar du Meilleur réalisateur en 1929 et 1932 pour les films « L’Heure Suprême » et « Bad Girl », « Le Fils du Pendu » est l’un des films oubliés du grand public. Pourtant, c’est un classique du film noir américain, un angoissant film de suspense sortie en 1946. C’est une intrigue qui pourrait être traitée encore aujourd’hui, elle évoque, l’exclusion, la... Lire l'avis à propos de Le Fils du pendu

1
Avatar CVOR
7
CVOR ·

Le patrimoine génétique de la culpabilité

"Le Fils du pendu" correspond à mon sens assez bien à l'archétype du film qui cherche à défendre une cause noble avec de mauvais arguments. Arguments théoriques, bien sûr, mais également de mise en scène, qui desservent malheureusement le propos au lieu de lui donner corps. La séquence introductive nous explique sans tarder à quel point Danny (sous les traits d'un Dane Clark en manque... Lire la critique de Le Fils du pendu

1
Avatar Morrinson
4
Morrinson ·

Le sang mauvais

Un film très noir, désespéré. Pour une fois, le titre français est plus fidèle à son thème que l'original. Un personnage dostoievskien au premier plan, hanté par la fin de son père, persuadé d'avoir un sang mauvais. La mise en scène appuyée de Borzage rend l'atmosphère encore plus irrespirable autour de son anti-héros qui ne vit que dans la peur et dans la haine. Lire la critique de Le Fils du pendu

1
Avatar 6nezfil
7
6nezfil ·