👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Steven Spielberg se plonge avec le sérieux qui le caractérise parfois ( le récent "Pentagon papers" ), dans les dessous de la guerre froide. Il suit avec un réalisme solide (la reconstitution d'époque est remarquable) le parcours de ces deux hommes que tout oppose et qui, pourtant, se reconnaissent dans nombre de qualités morales ou simplement humaines. Le contexte est dramatique. Abel se voit menacé d'une exécution capitale. James Donovan voit sa vie familiale bouleversée par la haine paranoïaque de nombreux compatriotes incapables de comprendre que l'on n'exécute pas immédiatement le bolchévique diabolique. La CIA se mêle des tractations qui sont menées pour l'échange des prisonniers. La construction du mur de Berlin détruit l'existence de milliers de personnes. Sans compter qu'à chaque instant un appui sur le bouton fatidique risque de plonger le monde dans un conflit thermonucléaire... Bref, il n'y a pas de quoi rigoler ! Et pourtant, paradoxalement, le film se fait presque léger. Il gomme les aspérités d'une manière surprenante.

James Donovan est un bon avocat, un bon patriote, un bon mari, un bon père de famille. Abel est un homme simple, sensé, détaché, qui semble se désintéresser de son sort. L'envoyé de la CIA, contrairement à ses homologues qui pullulent dans les productions hollywoodiennes, n'a rien d'un méchant. Il serait même, par moments, presque sympathique. Les interlocuteurs soviétiques n'ont rien de terrifiant. Même les intenses rebondissements qui ponctuent les tractations en Allemagne de l'est voient leurs pics dramatiques écrêtés. Certes, on ne demandait pas un blockbuster façon Michael Bay. Mais tout de même le spectateur peut demeurer un peu interloqué par cette approche lénifiante. Les qualités narratives sont excellentes, les acteurs sont impeccables, mais cette œuvre ne suscite au final qu'un intérêt poli et un enthousiasme mitigé. Un petit 7 étoiles...
bernardsellier
7
Écrit par

il y a 2 ans

Le Pont des espions
guyness
6

L'Allemagne déleste

Il y a en fait deux films dans ce Pont des Espions, et le plus réussi des deux n'est pas celui auquel on pourrait penser. La première partie est, de fait, bien mieux qu'une simple mise en place...

Lire la critique

il y a 6 ans

58 j'aime

24

Le Pont des espions
Docteur_Jivago
7

Bons baisers de Berlin

C'est toujours un petit évènement la sortie d'un film de Steven Spielberg, malgré un enchaînement de déceptions depuis une petite dizaine d'années (La Guerre des Mondes est à mes yeux son dernier...

Lire la critique

il y a 6 ans

55 j'aime

20

Le Pont des espions
blig
9

L'espion qui venait du Droit

Un nouveau film de Steven Spielberg est toujours un évènement en soi. Quand en plus il met en scène Tom Hanks au cœur de l’échiquier de la Guerre Froide sur un scénario des frères Coen, c'est Noël...

Lire la critique

il y a 6 ans

53 j'aime

12

Parasite
bernardsellier
7
Parasite

Désillusions

Boon jong ho nous a déjà offert plusieurs œuvres passionnantes : "Memories of murder", "The host", "Okja"... Mais aucune de cette richesse. Est-ce un film social ? Oui ! Est-ce un drame ? Oui ! Une...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

The Outsider
bernardsellier
8
The Outsider

Noir, c'est noir...

Juste après avoir quitté Jason Bateman dans la première saison de "Ozark", nous le retrouvons ici en coupable offert à la vindicte publique, et, avouons-le, toujours aussi peu expressif. Est-ce sa...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

Enragé
bernardsellier
6
Enragé

Vous avez dit : Bulldozer ?

Rachel (Caren Pistorius) est en plein divorce d'avec Richard. De plus, ce jour-là, elle est très en retard pour amener son fils Kyle (Gabriel Bateman) au collège. Elle klaxonne un gros véhicule qui...

Lire la critique

il y a plus d’un an