Sens Critique ou l'échec partiel d'un média innovant

Avis sur Le Roi et l'Oiseau

Avatar Razafinralambo
Critique publiée par le

Quitte à faire de la philosophie de comptoir, autant balancer en guise d'introduction une définition Wikipédia: "L'esprit critique (du grec κριτικός : qui discerne) est la disposition d'une personne à examiner attentivement une donnée avant d'établir la validité de celle-ci. L’esprit critique est une démarche de remise en question des opinions et de leurs arguments, du vocabulaire utilisé, de la représentation du réel, de la source émettrice (personne, média, institution, expert, organisme, etc.). Avoir l’esprit critique, c'est être capable de s'interroger avec exigence et rationalité sur la réalité ou la probabilité de faits et de relations prétendus, puis sur leurs interprétations. En particulier, le fait a-t-il l'importance décisive qu'on lui accorde ? [...]"

Je pars du constat que Sens Critique, réseau social culturel supposément temple de l'esprit critique, fait preuve d'un dysfonctionnement à ce niveau. Pour le prouver, je partirai dans un premier temps sur l'exemple du film Le Roi et l'Oiseau, pour expliquer dans un second où réside le véritable sens critique au sein du système de fonctionnement du site, enfin pour tenter de proposer une solution dans un troisième temps.

I. Les critiques du film Le Roi et l'Oiseau, symboles d'un dysfonctionnement global de Sens Critique

Il ne sera pas ici question de critiquer Le Roi et l'Oiseau, ou du moins seulement indirectement. Il sera ici question de notre cher site Sens Critique. La décision d'exprimer mon point de vue sur celui ci, qui trottait dans mon esprit depuis quelques temps déjà, a été prise en lisant les critiques de ce film d'animation ô combien grand. K_for_Krinein a publié à son sujet une critique incendiaire (http://www.senscritique.com/film/Le_Roi_et_l_Oiseau/critique/12961763) qu'on peut qualifier de déjantée, brouillonne et chaotique, mais que je qualifierai d'inspirée, osée et brillante. Peu importe qu'on soit d'accord ou non avec le fond, la forme et surtout la démarche est belle : la recherche amoureuse du véritable esprit critique, de l'exposition argumentée, référencée et stylisée de son point de vue, quel qu'il soit, et ce au delà des considérations sur ce que la bonne morale recommande de penser et d'écrire. En somme, cette critique donne, tel un symbole, un bon exemple de comment Sens Critique, étant un réseau social culturel et contributif, permet de faire un énorme pied-de-nez à la plupart des éléments du paysage médiatique culturel français, proposant quelque chose en plus, voire en mieux, et prenant de contre-pied l'atout de l'expertise journalistique à tendance élitiste et consensuelle par celui de l'anonyme spontanéité de ses non moins talentueux membres.

Seulement voilà, force est de constater que quelque part dans le mécanisme huilé de la machine Sens Critique, quelque chose cloche. En effet, la déficience que je m'attache à pointer est celle de la mise en avant de telles opinions innovantes, qu'elles soient positives ou négatives une fois encore. J'en veux pour preuve que la critique qui nous intéresse n'a reçu "que" 28 likes positifs, là où les quelques 6 pauvres lignes de LeYéti (que je respecte totalement pour son apport sur le site soit dit en passant) en récoltent 84, et celles de Kenshin, d'une abyssale consensualité, ne sont pas ridicules mais en disent trop peu et trop mal à mon goût pour l'important plébiscite que représentent les 59 likes obtenus. A ceux qui me répondraient que quelques lignes justes peuvent valoir des paragraphes entiers, je les mets au défi de m'affirmer que les critiques de LeYéti et de Kenshin leur apportent plus que celle de K_For_Krinein.

Vous l'aurez compris, le problème que je pointe est celui de savoir où dans ce site réside réellement l'essence du "sens critique" duquel le site se revendique jusque dans son nom, et surtout de la manière dont celle ci est mise en valeur. Ma thèse est que celle ci réside, hélas, dans le système d'appréciation des critiques, mais pour bien comprendre cela il faut revenir en détail sur le système de fonctionnement global du site.

II. Au sein du système de fonctionnement de Sens Critique, le système d'appréciation des critiques comme réceptacle de l'essence du sens critique

Le site repose sur la contribution participative et collective, et donc par définition sur une contribution aux résultats imprévisibles, et aux logiques plurielles, qui s'appliquent sur tous les systèmes de fonctionnement du site, systèmes aux logiques elles mêmes différentes:

Le système de notation est ambigu : le vote est une démarche personnelle qui correspond souvent aux ressentis propres que le spectateur entretient avec l’œuvre culturelle, mais en plus du fait que chacun à des goûts et un cadre sensitif, intellectuel et cognitif unique, le vote peut aussi être délibérément punitif, surévalué, partiel, partial, etc... Pourtant, le résultat en est un vote global dont l'ensemble des subjectivités semble tendre vers une objectivité générale, un genre de consensus mou sur ce qu'il convient de penser raisonnablement à un niveau moyen.

Le système de critique et de match des critiques est le seul qui permette de mettre en valeur des notes qui irait contre ce consensus. Il permet à son auteur de justifier une notation à contre-sens de ce qui se pense. Il complète donc le parfait "sens" ou "esprit critique" : un critique fait preuve d'esprit critique en mettant les mots avec brio ("avec brio" renvoyant à de nombreux aspects, tels que bagage culturel, qualité de l'expression, argumentation pertinente, etc..) sur ce qu'est, dit ou fait l’œuvre, et ainsi, donc, en justifiant n'importe quelle position sur celle ci, positive ou négative, par la puissance de ce travail d'alchimie qu'est l'art d'argumenter et de convaincre. Le système de critique est donc la meilleure chose que ce site ait pour lui. C'est ce que j'ai tenté de démontrer dans la première partie de mon "exposé" avec l'exemple du film Le Roi et l'Oiseau.

Le problème est que ce système de critique est lui même presque totalement dépendant du système d'appréciation des critiques. A moins de n'avoir rien d'autre à faire de sa vie que de lire les 80 critiques dont chaque œuvre a été l'objet, c'est uniquement la somme des appréciations exclusivement positives (voilà pourquoi les appréciations négatives ont moins d'intérêt, et devraient d'ailleurs être plus prises en compte) qui orientent le lecteur sur les critiques supposément les plus pertinentes à lire soit pour conforter ou développer sa propre expérience, soit pour se faire une idée à la fois fidèle et originale, avant tout éclairante, de l’œuvre, dans le cas où celle-ci nous est étrangère. Nous en arrivons à la fatidique question sur laquelle tout ce raisonnement repose : Qui like quoi?

III. Qui like quoi? ou la tentative de dépassement de l'écueil de Sens Critique

Je pense, et c'est tout à fait personnel, que trop de gens ont une mauvaise démarche d'appréciation des critiques. Tel qu'exposé plus haut, Sens Critique est un OVNI dans le paysage médiatique culturel français, au pouvoir et à la portée fabuleuse, crée par et pour nous. La forme de "crowdsourcing critique" la plus aboutie qui puisse exister, for Christ's sake ! Ainsi, pour une fois que nous avons la possibilité de casser la barrière de la verticalité média/consommateur, ne nous jetons pas par réflexe dans l'attitude moutonnière que nous connaissons si bien, qui consiste, ici, à recycler du convenu. Ne nous transformons pas en un Télérama du pauvre ! Puisque nous avons la possibilité de créer du nouveau, créons du nouveau ! Et puisque l'essence du sens critique résiderait ici dans l'appréciation des critiques, ne donnons pas notre like à la première critique consensuelle et trop peu développée qui passe, même si elle correspond à ce qu'on pense de l'oeuvre. N'hésitons également pas à disliker, quand bien même on serait le premier, afin de manifester notre désaccord en termes d'exigence critique. Je ne me cache pas d'être moi-même un roi du dislike, et ça ne fait pas pour autant de moi le roi des putes.

Attachons nous plutôt à révéler aux internautes le discordant, le subversif, le provocateur, le déstabilisant, l'innovant, l'original, l'exceptionnel, le beau, le juste, le vrai. Et je ne parle pas là de vérité culturelle objective (qui n'existe de fait pas : Kierkegaard ne prétend il pas que la vérité est subjective?) mais bien de vérité argumentative, de vérité critique ! Faisons émerger de nouveaux autres guides, de nouveaux Torpenn aux prismes de sensibilité et d'expression différents ! Et n'oublions jamais que la visibilité qui est donnée à chacun d'entre nous sur Sens Critique constitue et demeure une richesse formidable, qu'y écrire une critique reste encore le meilleur moyen de tenter d'extirper et de toucher du doigt l'essence du véritable esprit critique, et que lorsque tous se seront vautrés dans la vile consensualité à la fois culturelle et critique, il devra toujours en rester un pour faire valoir crânement son opinion et son phrasé divergeant. Et gageons qu'il sera écouté malgré tout, par la puissance de ses mots et pour la gloire du bon sens !

Pour une poursuite des réflexions entamées dans la critique, je vous invite à suivre le fil des commentaires à partir de celui de Kenshin ou de Dream. Pour une réflexion plus globale et parfois plus poussée sur SensCritique, je vous renvoie à la liste sur l'introspection de SensCritique : je pense notamment aux listes de blazcowicz, de Limguela, de Black_Adam et de thomasete pour ce qui est de l'exposé et du débat des limites dont peut souffrir le site.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3896 fois
91 apprécient · 22 n'apprécient pas

Autres actions de Razafinralambo Le Roi et l'Oiseau