👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Non content de faire couler l’hémoglobine à flots généreux dans chacun de ses films, Tarantino jubile certainement tout autant de l’encre versée, des invariables débats sur son statut de génie du 7ème art ou de faiseur écervelé, c’est selon, lorsqu’il s’agit de juger sa nouvelle réalisation. Il faut dire que le bougre n’écoute que ses propres fantasmes de cinéphile, ce qui fait la force de la plupart de ses films, et la faiblesse d’autres. Avec « Les huit salopards », il s’est encore imaginé à la croisée des chemins : un western spaghetti aux étendues enneigées comme « Le Grand Silence » de Sergio Corbucci, en huis-clos parano et électrique comme « The Thing » de John Carpenter avec lequel il partage aussi le trop rare acteur Kurt Russell, le tout mis en musique par Ennio Morricone, qui composa aussi la bande-son des deux films cités plus haut. Quentin, il voit toujours les choses en grand, quitte à noyer le spectateur dans une explosion ininterrompue de paroles et de violence. Et si cet étouffement consenti ne faisait pas finalement parti intégrante de l’intérêt de ses films ?

C’est peut-être là une grande qualité de ce nouveau massacre en règle du maître : sortir perpétuellement le spectateur de sa zone de confort tout en revenant aux sources du cinéma de Tarantino. « Les huit salopards » ressemble en effet plus à « Reservoir Dogs » et « Jackie Brown » qu’à ses films plus récents. Découpé en chapitres, ce nouveau segment de 2h 45 pose la caméra et ses personnages dans la promiscuité d’une diligence, puis d’une auberge. Une simplicité quasi-anxiogène des décors, compensée par quelques bouffées d’air frais extérieurs, ces sempiternelles montagnes blanches magnifiquement accompagnées des compositions de l’indétrônable Morricone. L’essentiel réside dans un premier temps par les dialogues continus et inspirés, qui présentent et caractérisent les personnages avec un didactisme déconcertant. Les caricatures qui s’exposent à nous ne manquent ni de panache, ni de pittoresque, et surtout pas de mystères. L’intrigue est jusqu’à la moitié du film dans une nébuleuse ou seuls les sourcils frétillants de Samuel L. Jackson et les yeux bleus craquants de Kurt Russell sont des points de repères.

Puis les façades s’érodent, le récit éclate aussi sûrement que les têtes, dans un tourbillon de rebondissements et de violence jouissifs. Tarantino distançait jusque-là le spectateur dans un blizzard narratif bavard et cocasse, il le prend ensuite brusquement par la main pour l’emmener dans les tréfonds de l’animalité humaine, où les différents de la guerre de Sécession reprennent le dessus entre les personnages d’anciens combattants. Tous les prétextes deviennent alors bon pour exploser la cervelle de ses contemporains, le bal masqué se transforme en règlement de compte sans sommation. Le charme tarantinesque y opère plus que jamais, un plaisir cathartique décuplé par la montée de tension progressive et les pirouettes narratives atypiques. Quentin dissèque son récit avec la même virtuosité que la composition des cadres, des mouvements de caméras qui font la part belle aux interprétations irréprochables des acteurs et à leurs galipettes à coup de flingues.

Du grand art, qui a l’ambition de tutoyer ses influences tout en s’en éloignant : Tarantino trouve ici un équilibre dans la démesure qu’il n’avait pas atteint depuis « Inglorious Basterds ». L’inhumanité des personnages, quasiment réduits à leur fonction narrative, dresse le portrait d’individus en perdition, s’accrochant à des valeurs révolues ou illusoires, ou à des liens de sang qui perdent leur sens dans cette mascarade grotesque et sarcastique.

il y a 6 ans

13 j'aime

3 commentaires

Les 8 Salopards
KingRabbit
8

Peckinpah Hardcore

Le film va diviser... Encore plus que d'habitude pour du Tarantino, mais sur le plan moral essentiellement, là où les précédents Tarantino décevaient également sur la forme, avec des films...

Lire la critique

il y a 6 ans

255 j'aime

25

Les 8 Salopards
Sergent_Pepper
7

8 hommes en polaires

On pourrait gloser des heures sur chaque nouvel opus de Tarantino, attendu comme le messie par les uns, avec les crocs par les autres. On pourrait aussi simplement dire qu’il fait des bons films,...

Lire la critique

il y a 6 ans

195 j'aime

31

Les 8 Salopards
Velvetman
8

Oh, you believe in Jesus now, huh, bitch? Good, 'cause you gonna meet him!

Crucifiée, les yeux tournés vers une terre enneigée, une statue christique enclavée au sol observe de loin cette Amérique qui subit les cicatrisations cathartiques du clivage des contrées du Nord...

Lire la critique

il y a 6 ans

139 j'aime

20

L'Impasse
Marius_Jouanny
9
L'Impasse

Le dernier des Moricains

Il faut le dire, ce jour-là, je n'étais pas au meilleur de ma forme. Allez savoir pourquoi. Mais dès les premières secondes du film, j'en ai vu un qui portait toute la fatigue et l'accablement du...

Lire la critique

il y a 7 ans

46 j'aime

12

All Things Must Pass
Marius_Jouanny
9

La sublime diarrhée de George Harrison

1970. Un an après Abbey Road, George Harrison sort ni plus ni moins qu’un triple album de presque deux heures. Un ouragan d’inventivité et de registres musicaux, en grande partie l’aboutissement...

Lire la critique

il y a 6 ans

39 j'aime

5

Les Proies
Marius_Jouanny
6
Les Proies

Sofia's touch

Difficile de dissocier "Les Proies" de Sofia Coppola du film éponyme dont il est le remake, réalisé par Don Siegel en 1971. Au-delà de constater la supériorité de l'original, ce qui est assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

35 j'aime

4