👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Je ne remercierai jamais assez J. K. Rowling pour ce prodige : tous mes enfants ont appris à aimer lire dans Harry Potter. Durant des années, ils se sont, au sens littéral, battus pour ses livres, qui passaient de chambre en chambre, de lit en lit, à tel point que nous possédons plusieurs tomes en double exemplaire. Ils connaissent le moindre des personnages secondaires, leurs pouvoirs et sorts préférés. J’ai assisté à d’innombrables et improbables joutes oratoires les opposant, tels de vieux sorbonnards dissertant des mérites respectifs des dieux grecs et romains. Jamais, un auteur n’aura eu une telle influence, de son vivant, sur l’imaginaire d’une (jeune) génération.

Hier soir, nous avons vu (pour ma part) et revus (pour les fans) Les animaux fantastiques. Un film sympatoche. David Yates déroule, avec aisance, les trois histoires habilement imbriquées par madame Rowling.
• Deux douces romances entre quatre attachants prototypes d’inadaptés à la vie sociale. Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne) le magizoologiste passionné, introverti et distrait ; Tina Goldstein (Katherine Waterston) la discrète auror (policière mage) sanctionnée pour avoir outrepassé ses devoirs ; sa flamboyante sœur, l’intimidante et legilimens (une forme de télépathie) Queenie Goldstein (Alison Sudol) et Jacob Kowalski (Dan Fogler), un brave ahuri d’apprenti boulanger no-mage (moldu).
• Une longue séquence de “catch them up“, chasse aux animaux féériques échappés de la valise de l’imprudent Dragonneau.
• La dernière ligne mélodique est plus sombre. Yates pose les fondations de sa future pentalogie : le conflit, encore larvé, entre les mages désireux de rester dans l’ombre et les bellicistes menés par Gellert Grindelwald. S’appuyant sur la menace d’une secte d’illuminés, Les fidèles de Salem, bien décidée à traquer et brûler les sorcières comme au bon vieux XVIIe siècle, le mage noir entend imposer sa poigne sur l’ensemble de l’humanité, pour le bien de tous. L’histoire évoque un lointain prequel du monde tourmenté de nos chers X-men.

Le succès du film (814 M de dollars eu box-office) autorise le lancement de la série. A suivre donc.

Les Animaux fantastiques
Maxime_T__Freslon
5

Dans la continuité de ses prédécesseurs... mais pas pour le meilleur.

EDIT ! Y’avait autant de raison d’être enthousiaste et heureux de voir la saga sur le sorcier à lunette au cinéma que d’être inquiet et sceptique quand on voit la politique actuelle des studios...

Lire la critique

il y a 5 ans

91 j'aime

15

Les Animaux fantastiques
SmallThingsfr
8

Les Animaux Fantastiques : quand les sorciers se font équilibristes (100% spoiler)

Je l'ai attendu, elle est là. La nouvelle pierre de mon enfance. Harry Potter a aidé à construire beaucoup de choses en moi et, depuis la fin de la saga, j'attends son retour que je pensais...

Lire la critique

il y a 5 ans

68 j'aime

7

Les Animaux fantastiques
ClémentRL
4

Critique de Les Animaux fantastiques par Clément en Marinière

J.K. Rowling, qui se heurte plus que personne à l'impossibilité empirique de se réinventer après le succès écrasant d'Harry Potter, se devait, pour la postérité, de laver sa réputation de l'infamante...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

9

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

Lire la critique

il y a 4 ans

118 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

30