Alors que l’image des super-héros est encore en train de se dégrader, Winston Deavor, un admirateur de longue date, décide de les faire revenir sur le devant de la scène, grâce à la famille Indestructible, et plus précisément, de la mère, Elastigirl. Pendant qu’elle lutte contre le mal, voilà M. Indestructible contraint de jouer le père au foyer, de chercher à conserver une unité familiale qui part en morceaux, et de faire face aux pouvoirs incontrôlables que se découvre Jack-Jack...


On ne cessera jamais de le dire, les studios Pixar ont une caractéristique franchement étonnante et peut-être même unique en son genre : ils sont incapables de créer un mauvais film. Même quand ils font une suite, celle-ci se montre au moins digne, sinon meilleure que l’original (la saga Toy Story en est une preuve éclatante). Avec Les Indestructibles 2, Brad Bird revient donc à la fois au scénario et à la réalisation, et s’il se trouve dans le premier cas de figure mentionné ci-dessus, ne dépassant certainement pas le premier volet, il prouve en tous cas qu’il n’a rien perdu de son savoir-faire. Si ses deux films ont 14 ans d’écart, leur parenté est telle qu’on jurerait que le temps s’est figé durant ce long laps de temps.
Faisant le choix (le seul judicieux) de reprendre son scénario exactement là où il l’avait laissé dans le premier volet, Bird replonge avec un plaisir visible dans ce délire nostalgique, parfait hommage aux feuilletons télévisés des années 1960. On retrouve donc tout ce qui faisait l’essence du premier film : scènes d’actions échevelées d’un dynamisme à faire passer Tom Cruise pour un vieillard en déambulateur, des personnages et des dialogues savoureusement écrits, un rythme incessant au son de la bonne vieille BO de l’ami Michael Giacchino… L’identité est rigoureusement la même, et c’est avec le même plaisir que Bird que l’on s’immerge à nouveau dans cette atmosphère si géniale et intemporelle qui caractérisait Les Indestructibles premier du nom.


Il faut toutefois reconnaître qu’un petit quelque chose a changé, et malgré des graphismes de bien meilleure qualité qui conservent le côté rétro du premier tout en accentuant le réalisme des textures et des décors, il manque de quoi égaler le modèle. On pourra l’attribuer à toute une série de facteurs qui, sans être majeurs, empêchent cette suite de prétendre au chef-d’œuvre.
Du côté de l’humour, notamment, on le voit parfois se faire remplacer par l’hystérie d’un Coco, par exemple, qui fait sourire mais ne va rarement plus loin. On pourra également regretter une flopée de personnages secondaires peu ou pas étoffés, qui peinent à marquer véritablement l’esprit, contrairement à la plupart de ceux du premier film.
Cela n’empêche en rien le message familial de se diffuser encore une fois, et même s’il se fera légèrement moins discret, il touche encore une fois jute dans sa présentation d’une famille déchirée par le renversement de ses valeurs, la mère allant travailler, laissant le père s’occuper des enfants à la maison. Un arc narratif malin, qui permet à Bird de nous offrir parmi les meilleures scènes du film, tant la dichotomie entre le père au foyer et les attentes des enfants révèlent en Bird un observateur étonnant de la société, tout en réussissant à valoriser chacun des membres de la famille Parr, les deux grandes stars du film étant Elastigirl et Jack-Jack, ce dernier récupérant sans conteste toutes les meilleures scènes du film.
S’amusant de la jalousie de Bob Parr envers sa femme plus que la condamnant, le scénario n’oublie pas, au passage, d’épingler joyeusement le féminisme ambiant de la société contemporaine en montrant avec pertinence et sans jamais appuyer le trait combien ce féminisme de façade n’est en réalité qu’un instrument marketing pour mieux capter l’attention du public…
C’est d’ailleurs toute la société de consommation qui est visée, dans quelques dialogues intelligents qui ne peuvent guère que viser l’industrie du cinéma, faisant du public une entité sans âme et sans discernement, littéralement hypnotisé par son écran préférant la médiocrité bien vendue à la recherche ardente de la qualité. Difficile de ne pas voir là un petit tacle de Pixar à ses concurrents…


Ainsi, même sans réussir à se faire l’égal de son initiateur, Les Indestructibles 2 n’en a pas moins son mot à dire, et malgré la perte de l’effet de surprise qui rendait le premier volet si exceptionnel, il contient bien son lot de scènes cultes, de rire et de sourires qui rappellent que, même en se reposant sur ses acquis, Pixar n’a rien perdu de sa superbe.

Tonto
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'animation Pixar et Les meilleurs films de 2018

Le 6 juillet 2018

32 j'aime

2 commentaires

Les Indestructibles 2
Behind_the_Mask
9

Les génies de la lampe

On ne dirait pas que l'on a attendu quelques quatorze années avant de revoir les Indestructibles. Vous vous souvenez du Démolisseur qui s'invitait dans les ultimes secondes de l'opus original ? Les...

il y a 4 ans

66 j'aime

3

Les Indestructibles 2
Grard_Rocher
8

Critique de Les Indestructibles 2 par Gérard Rocher -Fête de l'Art-

Le temps paraît bien court à la famille Indestructible car les interventions de super-héros sont loin d'être mises à l'index. La situation se tend à nouveau après un récent passé mouvementé. En effet...

il y a 4 ans

51 j'aime

18

Les Indestructibles 2
Vincent_Ruozzi
7

Family Affair

Les premières minutes du film Les Indestructibles 2 font prendre conscience de l'évolution de la qualité de l'animation en 14 ans, notamment pour la texture et les couleurs des personnages et décors...

il y a 4 ans

49 j'aime

8

Solo - A Star Wars Story
Tonto
8

Mémoires d'un Han

Dans les méandres de la planète Corellia, où la population a été asservie aux ordres de l’Aube écarlate, organisation au service de l’Empire, un jeune homme, Han (Alden Ehrenreich) tente de s’évader...

il y a 4 ans

79 j'aime

32

Hostiles
Tonto
9
Hostiles

La fantastique chevauchée

1892, Nouveau-Mexique. Vétéran respecté de l’armée américaine, le capitaine Joseph Blocker (Christian Bale) se voit donner l’ordre de raccompagner le chef cheyenne Yellow Hawk (Wes Studi), en train...

il y a 4 ans

73 j'aime

15

Toy Story 4
Tonto
9
Toy Story 4

En fin de conte

De plus en plus délaissé par Bonnie, Woody se trouve une autre mission pour continuer à être utile : veiller sur Fourchette, un jouet créé de toutes pièces par Bonnie à partir d’une fourchette en...

il y a 3 ans

73 j'aime

8