👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

L'objectif du film est de créer un film sur l'amour dans le sex, le sex dans l'amour. Comme tout le monde l'a déjà bien expliqué, les dialogues et les personnages manquent de profondeurs, ce qui est de surcroît amplifié par un jeu d'acteur peu stable. Cependant, la forme esthétique visuellement colorée et soniquement intriguante (reprisent de satie à tout va) permet toutefois de supporter le désenchantement des dialogues. Cela dit, j'aimerais offrir une interprétation alternative portant sur les relations entre genre masculin et féminin traitées à travers la déconstruction de la mémoire. Au lieu de juger les défauts du film comme étant des erreurs de la part de la direction, je suggére (peut être même en contradiction avec Noé) de prendre ces défauts comme étant des choix artistiques qui ont pour objectif d'explorer l'effet d'une mémoire masculine sur la relation romantique avec le sexe féminin. Peut-être que le film est un commentaire méta sur l'objectification du genre féminin par le genre masculin à travers l'utilisation des dialogues et des perspectives de la caméra, et du jeu d'acteur. Du coup, cette réinterprétation permet de voir un être désespéré tentant de raviver la seule et unique relation passionel qu'il ait vécu, mais ces images et dialogues ne peuvent être ravivés qu'avec une mémoire partiellement incorrecte, entièrement genrée, et tristement pauvre tant il est solitaire et con. Du coup, l'on ne peut que noter que la plupart des scenes de sexes sexualisent plus le sujet féminin car elles empreintes un point de vue masculinisé, que l'atout est centralisé sur le sperme, et que les voix des femmes semblent tristement simplifié au cours des discussions. Le fait que tout ces renvoient au passé sont en réalité la mémoire subjective de Murphy est démontré par le voix-off donnant le point de vue interne.

Zazou88
5
Écrit par

il y a 3 ans

Love
Teklow13
3
Love

Love on the bite

J’espérais enfin voir un film de Noé qui ne serait pas, ou en tout cas qui serait moins, prétentieux et moins neuneu, ce n'est pas encore ça, Love est prétentieux et neuneu. Prétentieux car d’emblée...

Lire la critique

il y a 7 ans

131 j'aime

1

Love
Kenshin
1
Love

Onanisme Ostentatoire.

J'ai la rage mon pote, j'ai trop la rage. A chaque fois que je pense qu'il y en a un qui va sortir le porno de son vase clos, qui va nous offrir un film honnête avec des bêtes de scènes de sexe,...

Lire la critique

il y a 7 ans

126 j'aime

121

Love
mymp
6
Love

Les histoires d'amour séminal, en général

À grands renforts de promo provocatrice (des affiches plus qu’explicites), de buzz et scandale cannois très rapidement atomisés (par la presse et le public), de simulé or not simulé, de vaines...

Lire la critique

il y a 7 ans

96 j'aime

15