J'ai la rage mon pote, j'ai trop la rage.


A chaque fois que je pense qu'il y en a un qui va sortir le porno de son vase clos, qui va nous offrir un film honnête avec des bêtes de scènes de sexe, c'est la grosse déception.


Love, aura ses détracteurs et ils le tagueront de porno. Ils n'iront pas le voir non plus. Je dis pas ça méchamment, c'est juste que nous n'avons pas le même regard sur la pornographie et que le leur n'est pas curieux à ce sujet.


Ce n'est pas grave.


Mais je tenais à leur dire qu'au fond, Love est un ersatz de pornographie, un soft porn, presque consensuel et plus con que sensuel par ailleurs.


Alors, Gaspar n'avait peut-être pas tort de refuser une interview au Tag en prétextant que son film est un film d'amour.
Oui Love tient autant de la comédie romantique bas de gamme, la vie c'est trop dur l'amour nous déchire mon dieu je t'aime détruisons nous oh oui j'ai grave envie de niquer avec toi comment tu me trompe dans les toilettes essayons l'échangisme mais j'aime aussi la poésie je suis pro vie.


Du coup tu peux retourner voir Blue Valentine si tu veux, ça m'a fait grosso merdo le même effet.


Bavard et interminable est ce film.


Une purge putain une purge.


Je n'ai jamais eu autant envie de quitter mon siège et de partir. Partir, me sortir de là.


Moi j'y croyais. J'pensais que ce serait honnête, mais même pas. Le mec commence à se plaindre en voix off et j'en peux plus de lui à la troisième phrase qu'il prononce.


Ma vie c'est de la merde et je l'échangerais bien contre celle du roi du Maroc.


Pauvre connard insupportable.


Moi, Gaspar j'avais jamais goûté. Franchement, je pense que j'vais pas revenir à la béquée de si tôt mon pote. Franchement non merci.


C'est plus un melon que le mec se traine en guise de tête, c'est même plus une pastèque, il me semble même que la plus grosse courge du monde fait pâle figure à côté du tour de crâne du bonhomme.


Le héros est un réalisateur –un mec en école de cinéma, Durendal par exemple- qui aimerait trop faire un film avec du sang, du sperme et des larmes. Il a un fils non désiré avec une petite connasse pro vie parce que tu comprends avec l'avortement elle ne serait sûrement pas là.


Bah ouais, du coup elle aurait pas eu d'enfant non désiré avec ce grand artiste en devenir qu'est Murphy. Murphy parce que c'est un gros manche et que Murphy's Law tout ça. Parait que Gaspard a fait des études de philo.


Du coup la finesse il connait.


Et ce fils non désiré, appelons le Gaspar. Vrai.
Et puis le galeriste qui expose le travail d'Electra et qui la fourre de temps en temps, appelons le Noé. Vrai.
Et puis un autre personnage féminin du film Appelons la Lucile. Vrai.
Et puis euh non Hadzihalilovic c'est trop incroyable pour nommer un personnage avec ce nom-là bordel.


Et puis tu vois Gaspar c'est trop un fan de cinoche, 2001, t'as jamais vu. Putain t'es irrécupérable mec ! Et vas-y que je te colle des affiche de film partout, genre comment je m'y connais trop t'as vu que j'aime ça le cinéma ?


Vers la fin, Electra fini par dire qu'elle et Murphy perdent leur temps ensemble.
Jamais le film n'aura été aussi lucide, sur la situation des personnages qui s'entre déchire depuis le départ, trop dure la vie, mais sur ce qu'il vient de faire subir à son spectateur.


Le pire c'est que le film ne se termine pas là. Non. Il faut encore que le papa explique à son gamin de deux ans que la vie c'est trop dur en pleurant sous la douche. A son gamin de DEUX ANS putain, genre le gosse en a quelque chose à foutre…


L'avortement : c'est bien.



xoxo.



p.s. : en plus il paraît que Noé se vanta d'avoir choisi le meilleur titre de Carpenter Brut pour le coller dans son film, bah c'est même pas vrai. Non même pas vrai.

Kenshin
1
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les meilleurs films sur la vie de couple

Le 21 juillet 2015

125 j'aime

121 commentaires

Love
guyness
2
Love

Gaspar no way

If I were as pleased with myself as Gaspar seems to be, I would write my text entirely in english, even if I only talk to french people, …and I would put black cuts between each line, so everyone...

Lire la critique

il y a 7 ans

131 j'aime

42

Love
Kenshin
1
Love

Onanisme Ostentatoire.

J'ai la rage mon pote, j'ai trop la rage. A chaque fois que je pense qu'il y en a un qui va sortir le porno de son vase clos, qui va nous offrir un film honnête avec des bêtes de scènes de sexe,...

Lire la critique

il y a 7 ans

125 j'aime

121

Love
mymp
6
Love

Les histoires d'amour séminal, en général

À grands renforts de promo provocatrice (des affiches plus qu’explicites), de buzz et scandale cannois très rapidement atomisés (par la presse et le public), de simulé or not simulé, de vaines...

Lire la critique

il y a 7 ans

96 j'aime

15

Festen
Kenshin
8
Festen

*petit tintement de verre* * raclement de gorge*

"Si je vous ai réunis autour de cette table c'est pour vous asséner un coup poing dans l'estomac, une tarte dans vos gueules de mouflets, trop heureux de tenir devant vos yeux ma pellicule...

Lire la critique

il y a 11 ans

109 j'aime

5

À la merveille
Kenshin
3

Olga The Movie

Hier soir, après avoir quitté Guyness et raccompagné AlisonY. chez elle, j'envisageais plusieurs façons de faire ma critique de To the Wonder. Je pensais tenter un tweet: Malick voulait filmer Olga...

Lire la critique

il y a 9 ans

106 j'aime

57

Gravity
Kenshin
1
Gravity

La séance où j'ai rencontré FeedMe.

Gravity, j'étais presque arrivé à me dire, je le verrais si je le vois, car lorsque j'avais proposé une séance entre gens du sud est, seule FeedMe semblait intéressée. Ne voilà t il pas que Guyness...

Lire la critique

il y a 9 ans

99 j'aime

122