L'enfer c'est l'amour ...

Avis sur Love

Avatar DeAdZ
Critique publiée par le

Ah la la ... ce Gaspar Noé ...
Bon je pense avoir vu tous les longs-métrages du bonhomme et autant dire qu'il est impossible de prendre plaisir à regarder ses films, et ce même quand il traite du thème de l'amour.
Bon alors Love raconte quoi ?
Murphy est follement amoureux d'une femme qu'il a rencontrée au parc, ils sont tellement amoureux que Noé ne se gêne pas de filmer les scènes de sexe de manière très crue avec une photographie terne, très fade. Cependant, suite à un accident, le couple se brise, Murphy vit son plus grand désespoir.

Love c'est avant tout une expérience, on ne le dira jamais assez, avec Noé soit vous jouez le jeu soit vous dégagez.
Moi je joue le jeu, j'aime bien ça, mais toujours avec un œil sceptique face à ce qu'il me raconte.
Autant dire que Love me désespère. C'est un film certainement très cher pour Noé et ça se voit rien qu'aux noms qu'il attribue aux personnages qui sont issues de sa famille, de mémoire il y a celui de sa sœur, sa mère (il l'a dit lui-même dans une interview), il donne même son prénom au bébé !

Et là on se rend compte à quel point Gaspar Noé est un homme torturé, il est complètement détruit, ça m'étonne même pas qu'il octroie de tels noms aux personnages, la thématique de l'inceste revient constamment dans ses films.

Il y a certaines expériences qui me fascinent et d'autre qui me révulsent. Les scènes de sexe ne sont pas un problèmes pour moi, le problème réside dans le fait qu'elles sont toutes chiantes à mourir alors que certaines séquences sont censées montrées toute leur puissance et beauté, mais au lieu de ça, je ne voyais que des animaux fait de chaire et complètement perdus accomplissant leurs instincts primaires, le désir n'existe pas avec eux, il est mort dès les premières secondes du film, sincèrement j'était prêt à sortir dehors et prendre l'air tellement cette retranscription de l'amour est désespérante et l'esthétique n'aide absolument pas, elles contribuent davantage à ce désespoir.
Tout ça est profondément mélancolique et autant dire que je ne la partage pas.

Peut-être que si Noé avait fait le choix d'être plus proche des personnage en utilisant une steady cam, peut-être que cette mélancolie serait davantage abordable, à la manière d'un Malick ou d'un Kechiche qui lui sait retranscrire les émotions des personnages, mais non au lieu de ça on a des plans fixes et des couleurs fortement repoussives. Techniquement on sent que Noé n'a plus trop d'idée, il réutilise le dialogue interne d'Enter The Void qui, dans ce film fonctionnait parfaitement de feu de Dieu parce que le film se déroulait en vue subjective au Japon, dans Love ces dialogues internes accompagnent des plans fixes. Il nous refait même sa séquences épileptique à la fin. Il n'y a pas grand chose d'innovant contrairement à ses précédents métrages ou même le plus récent Climax.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 25 fois
Aucun vote pour le moment

DeAdZ a ajouté ce film à 1 liste Love

Autres actions de DeAdZ Love