👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

MEKTOUB MY LOVE : Canto Uno (12,2) (Abdellatif Kechiche, FRA, 2018, 175min) :

Marivaudage adolescent sous le soleil de Sète le temps de l'été 1994, par le biais d'une mise en scène extrêmement fluide et immersive au plus près (trop !!!) près des corps ou plutôt des formes des jeunes femmes, récit naturaliste de l'apprentissage de la liberté et de la montée des désirs, narration radicale débridée célébrant la vie, le sexe et les transes hypnotiques sous les sunlights des boîtes avec une troupe d'acteurs naturellement convaincants dont les révélations Ophélie Bau et Shaïn Boumedine. Une célébration de la jeunesse avec en personnage central Amin (dont on peut penser que c'est un autoportrait du réalisateur) observateur de tout ce manège souvent superficiel où le regard de la caméra salue régulièrement et lourdement le regard hétéro beauf d'Abdellatif Kechiche. Un cinéaste plus émouvant quand il filme une brebis mettant bas, que les bas du corps des jeunes filles qui ne cessent de se trémousser pour son plus grand plaisir libidineux que pour le notre, vraiment dérangé au regard de l'actualité par ces plans insistants.

Malgré le talent pour filmer les scènes du quotidien, le réel et la teinture picturale de cette chronique intense qui honore la lumière dans ce trip, le film semble parfois interminable, entre nombreuses scènes de plages, de jeux d'eaux et de longues séquences de boîtes de nuit où l'intérêt s'avère intermittent. Un long métrage irritant et plaisant convoquant à nouveau le pointillisme du cinéma de Maurice Pialat et d'Eric Rohmer sans malheureusement arriver à retranscrire les sentiments amoureux avec la même subtilité.

Venez découvrir cet imparfait récit inachevé d'initiation frénétique au chœur de Mektoub my love : Canto Uno, en attendant le prochain volet. Superficiel. Maladroit. Hédoniste. Décevant.

seb2046
6
Écrit par

il y a 4 ans

9 j'aime

12 commentaires

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 4 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

Plaire, aimer et courir vite
seb2046
8

Jacques et le garçon formidable...

PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE (17,2) (Christophe Honoré, FRA, 2018, 132min) : Cette superbe romance en plein été 93, conte la rencontre entre Arthur, jeune étudiant breton de 22 ans et Jacques, un...

Lire la critique

il y a 4 ans

36 j'aime

7

Brimstone
seb2046
8
Brimstone

Gardez-vous des faux prophètes...

BRIMSTONE (16,8) (Martin Koolhoven, HOL/FRA, 2017, 145min) : Ce western féroce diabolique nous entraîne au XIXème siècle dans l’Ouest américain pour nous narrer le destin de Liz, une jeune femme...

Lire la critique

il y a 5 ans

29 j'aime

4

Moi, Tonya
seb2046
7
Moi, Tonya

Wounds and cry...

MOI, TONYA (15,3) (Craig Gillespie, USA, 2018, 121min) : Étonnant Biopic narrant le destin tragique de Tonya Harding, patineuse artistique, célèbre pour être la première à avoir fait un triple axel...

Lire la critique

il y a 4 ans

27 j'aime

2