👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les polémiques relatives à sa palme d’or et sa personnalité n’ont fait qu’attiser la vindicte contre son cinéma naturaliste et exigeant, contre son impulsivité et sa maniaquerie. Tel un condensé (un rabâchage ?) de son œuvre dont on retrouve la plupart des thèmes et le style très précis (acteurs débutants et confirmés, caméra à l’arrachée, sexe décomplexé, gros blocs séquentiels tenus dans la durée et jusqu’à saturation), Mektoub my love devrait logiquement continuer à diviser autour du cas Kechiche tant il cristallise à un point tout ce que l’on peut éventuellement lui reprocher.

Librement inspiré du livre La blessure, la vraie de François Bégaudeau, Kechiche n’en a gardé que l’ossature principale (une bande de jeunes en vacances en été, la mer et les bars, les boîtes et les émois amoureux) en y insufflant sa propre matière romanesque (et une part sans doute autobiographique dans le personnage d’Amin). Si Amin est, d’emblée, perçu comme le héros de Mektoub my love, figure douce et timide qui paraît ne pas être à sa place parmi ce ballet incessant de corps, de tchatche et de lumière, c’est surtout autour d’Ophélie, la jolie bergère callipyge, libre et solaire, que le film se concentre, que tournent les garçons (Tony l’amant officiel, Clément le copain avec qui elle doit se marier, Amin le prétendant secret…) et que le véritable enjeu du scénario (un amour impossible à dire) va soudain s’imposer.

La remarquable direction d’acteurs, qui toujours est la sève, fait la force vive du cinéma de Kechiche, reste malheureusement l’unique atout du film. Shaïn Boumedine, Ophélie Bau et Lou Luttiau resplendissent de beauté et de spontanéité, et pas seulement parce que Kechiche, concernant ces deux demoiselles, les filme sous toutes les coutures avec une avidité un rien complaisante (la scène en discothèque par exemple, qui finit par devenir gênante) censée retranscrire le regard et le désir d’Amin. Ce désir qui irrigue le film et presque toutes ses scènes, mais vidé de sa substance en à peine une demi-heure tant les intrigues annexes ne volent pas plus haut qu’une sitcom ringarde ou qu’une vulgaire téléréalité assoiffée de croupes féminines.

Sauf qu’on est chez Kechiche, donc tout ça va durer trois heures. Donc tout ça fait auteur (citations en ouverture de la Bible et du Coran sur fond de musique classique, histoire d’épater direct la galerie), donc tout ça est pris au sérieux, analysé et décortiqué comme un grand film redéfinissant la parole, les sentiments, la jeunesse et la vie à pleines dents, donc on évoquera Rohmer, Renoir ou Pialat, donc on parlera de "filmer la vie, étreindre le naturel" (Les Inrocks), de "machine à produire de l’insu, à retrouver du secret là où il est partout étalé, visible" (Libé, par pitié, arrêtez la drogue) et, le plus zélé (ou ridicule, on ne sait plus), d’un "appel d’air si intense qu’on parvient à peine à reprendre son souffle" (Le Monde qui, accessoirement, devrait appeler le 112).

Alors que bon, de façon purement objective, il ne s’agit ni plus ni moins de machine en bikini qui aime l’autre pékin alors que trucmuche en mini short est jalouse et que machin il aime chose en robe ras-la-moule et qui kiffe bidule, etc., etc. C’est du Max Pécas pour intellos et critiques pointilleux (avec quelques scènes "sérieuses" pour tromper l’ennemi et lui donner de quoi disserter, genre brebis mettant bas sur du Mozart, Amin qui fait de la photo, travail à la ferme…). C’est du marivaudage limite abêtissant, sans tension ni piquant ni grâce, ramené à des maillots de bains H&M, de la drague lourde, des paires de fesses et des plâtrées de pâtes bouffées sur la plage.

mymp
4
Écrit par

il y a 4 ans

146 j'aime

21 commentaires

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 4 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

170 j'aime

2

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Lire la critique

il y a 6 ans

157 j'aime

25

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21