👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le marivaudage est une source intarissable de récits dont Abdellatif Kechiche n’a pas fini de nous abreuver. Dans celui-ci, filles et garçons d’origines culturelles et sociales différentes s’affrontent sur le terrain de la séduction, le temps d’un été, dans le décor paradisiaque des plages sétoises. Loin des sitcoms et de leurs adolescents falots, Mektoub, my love : canto uno met en scène de jeunes adultes réfléchis et pourvus d’ambition existentielle. Qu’elles soient aguicheuses mais frigides ou souverainement jouisseuses, les femmes qu'éclaire l'enfant chéri du festival de Cannes ne sont pas dupes des jeux de l’amour et du hasard dont elles sont parties prenantes.

Indéniablement méditerranéen, Kechiche filme avec la même sensualité la mer, les Vénus callipyges, la sexualité effrénée, les douleurs de l’agnelage. Charnel et bavard, il nous offre une variation particulièrement savoureuse de ses habituelles dissections des relations amoureuses. Amoureux pour sa part des actrices, ce n’est plus une, ni deux, mais trois femmes aussi sublimes que perspicaces qu’il met à l’honneur dans un récit que l'on pourrait croire autobiographique mais qui est officiellement l'adaptation libre d'un roman de François Bégaudeau. Trois nouveaux visages, trois forts caractères, trois révélations : Alexia Chardard, beauté tragique ; Lou Luttiau, toute de vivacité intellectuelle mâtinée de sophistication bourgeoise ; Ophélie Bau, gouailleuse et solaire, digne héritière de Sara Forestier, Hafsia Herzi, Yahima Torres et Adèle Exarchopoulos. Lucides, pleines de désir et décidées à ne faire aucune compromission avec leur bonheur, elles veulent croquer la vie et les hommes à pleines dents même si elles doivent s’y écorcher un peu le cœur. Tous les trésors d’hypocrisie que sont capables de déployer des femmes concurrentes, Mektoub, my love : canto uno le capture d’un œil amusé mais tendre, sans violons et sans pluie battante, avec le soleil en toile de fond qui semble diluer le tragique des situations dans sa prodigalité lumineuse.

A la fin d’un film qui dure pourtant déjà trois heures, on n’est pas lassé de leurs chassés-croisés amoureux et on en demande encore. Ça tombe bien, car le réalisateur franco-tunisien laisse en suspens le devenir de son discret héros photographe, nous invitant à patienter le temps qu’il tourne et monte la deuxième partie d’un triptyque annoncé.

etsecla
9
Écrit par

il y a 2 ans

1 j'aime

1 commentaire

Mektoub, My Love : Canto uno
mymp
4

Pâté en croupe

Abdellatif Kechiche, depuis La vie d’Adèle, semble désormais devenu plus clivant que jamais (La vénus noire présageait déjà de la chose) et susciter la controverse au moindre de ses mouvements. Les...

Lire la critique

il y a 4 ans

146 j'aime

21

Mektoub, My Love : Canto uno
guyness
3

Sea, sex and seum

Une longue vie de spectateur suffit en général à s'apercevoir que souvent, plus le traitement d'une histoire s'éloigne d'une apparence de réalité, plus on touche au vrai. Prétendre que le contraire...

Lire la critique

il y a 3 ans

95 j'aime

54

Mektoub, My Love : Canto uno
Corentin_D
9

Aimer dans le temps

A premier champ, chant premier : toute en liturgie, l'ouverture de Mektoub, My Love lance magnifiquement le manège estival d'Amin, de retour à Sète après une année parisienne où il abandonna la...

Lire la critique

il y a 4 ans

88 j'aime

5

À voix haute - La force de la parole
etsecla
8

Eloquentia

A voix haute ne se raconte pas. Il se vit. Si le documentaire est à ce point une expérience viscérale, c’est qu’avant de terminer en point d’orgue sur les médusantes performances des candidats lors...

Lire la critique

il y a 2 ans

3 j'aime

2

Filles du feu
etsecla
7

Ethnologie au Kurdistan

Dans le Kurdistan syrien, la guérilla kurde résiste contre Daech. D'obédience marxiste, elle oppose à Bachar al Assad d'un côté, aux islamistes de l'autre, l'espoir d'instaurer une société...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

La Femme du dimanche
etsecla
6

La comédie du dimanche

Tout commence avec l’assassinat d’un délicat personnage aimant lorgner sous les jupes des filles et commander des bananes d’un air entendu au restaurant. L’arme du crime ? Un pénis de pierre ! Les...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

1