👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ari Aster continue d'exploser les limites du genre horrifique. Il propose un renversement de perspective, une expérience psychédélique et philosophique. Son but est de nous faire entrer dans la peau du personnage principal, et il utilise à cette fin les moyens de manipulation habituels du cinéma, à commencer par l'empathie, afin de suivre un cheminement émotionnel cathartique fondant une remise en question de nos valeurs (si on part complètement dans le trip).

Les regards caméra sont nombreux, et de différents types - parfois frontaux, parfois d'une amusante inspiration picturale, un personnage au premier plan se retournant pour nous inviter à être témoins et/ou à entrer dans le tableau avec lui, ou nous (?) regardant comme si nous étions dans le groupe... Même la date de sortie américaine du film, qui coïncide presque avec le solstice, sonne comme une invitation à une "cérémonie" (d'hypnose - Dani est quasiment toujours au centre de l'image) collective.

Je ne dévoilerai rien de l'intrigue, qui joue sur nos attentes de manière à créer un suspense permanent, incitant à se concentrer sur tous les détails parfaitement agencés - rien n'est gratuit, dès le début, dans les dialogues et le comportement de chacun des personnages comme dans les décors.
La maîtrise est totale : scénario, mise en scène, acteurs. Les plans en plein air doivent absolument être vus sur un écran de cinéma, non seulement pour leur beauté, mais à cause de l'échelle des humains dans le paysage. Et les enluminures sur les murs ont une importance considérable.

Les films d'Ari Aster parlent à l'intellect et aux émotions, ce qui est la meilleure manière de m'emporter complètement. Il est évident qu'Aster n'oublie pas les épreuves qu'il a vécues, et qu'elles constituent le fond de son œuvre.
Ce qui rendra peut-être la vision de ses films insupportable pour certaines personnes, qui y verront un miroir de leurs propres souffrances.
Je ne sais pas si le cinéma a un pouvoir cathartique. Même cet art total, qui enveloppe nos sens et nous emmène dans d'autres mondes.
Je me demande depuis longtemps si les remèdes proposés par notre société ne sont pas des cataplasmes sur membre amputé. Comme elle entretient certaines souffrances par son organisation même.
D'aucuns trouvent pour se reconstruire la religion, sous des formes plus ou moins sectaires. Certains milieux comblent réellement des manques fondamentaux et constitutifs de notre société, en recomposant une vie communautaire; que cela soit ou non un bien, c'est une réalité.

Le thème n'est pas nouveau : nous avons coupé les liens avec la "Nature", et nous sommes coupés de nous-mêmes - la conscience ferait interférence. L'histoire ne serait que cela, l'empilement d'une mémoire collective de nos accomplissements - de toutes les transformations que nous avons apportées à la réalité. Les œuvres des peuples et la gloire des hommes. Le savoir, exaltation du pouvoir. Et l'oubli de la vie ? Jusqu'à maintenant, chaque construction humaine se basait sur une destruction de la Nature, et de "notre nature", un antagonisme qui aboutirait donc à une scission en soi, en chacun de nous.
C'est la question qui me chahute depuis ma première lecture théorique, "le fantôme dans la machine" d'Arthur Koestler.

Tout ça pour éviter de déflorer l'histoire de Midsommar. Allez le voir bon sang ! Il va vous retourner la tête.

Chaton_Marmot
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes balance mémé hors du train !, Les meilleurs films de 2019, Entre dans la secte ! et Top 10 Films

il y a 3 ans

41 j'aime

127 commentaires

Midsommar
trineor
9
Midsommar

Le sacre de l'été

Le plus immédiatement troublant devant Midsommar, c'est sans doute – comme à peu près tout le monde l'aura relevé – de se retrouver face à une œuvre horrifique toute faite d'été, de ciel bleu, de...

Lire la critique

il y a 3 ans

186 j'aime

68

Midsommar
Mr_Purple
5
Midsommar

La secte où on n'y voyait pubien

Tout était bien parti pourtant : un prologue efficace et puissant, une mise en scène froide et chirurgicale à la Shining qui sait captiver et créer une ambiance joliment anxiogène, et la présence à...

Lire la critique

il y a 3 ans

159 j'aime

31

Midsommar
takeshi29
9
Midsommar

L'horreur est-elle moins pénible au soleil ? (A peu près Charles Aznavour)

En introduction disons-le tout net, je ne fais pas partie de ceux qui attendaient ce "Midsommar" conquis d'avance, n'étant absolument pas un adorateur du déjà culte "Hérédité", dont la mise en place...

Lire la critique

il y a 3 ans

78 j'aime

34

X-Men : Dark Phoenix
Chaton_Marmot
2

Pas de cul pour le MCU

**Pinacle tragique des X-men de Chris Claremont, inaugurant une vague de débauchages anglais par l'écurie Marvel, la transformation de Jean Grey en Phénix Noir et la mort de l'Elektra du Daredevil de...

Lire la critique

il y a 3 ans

51 j'aime

55

Midsommar
Chaton_Marmot
10
Midsommar

All you need is love...

Ari Aster continue d'exploser les limites du genre horrifique. Il propose un renversement de perspective, une expérience psychédélique et philosophique. Son but est de nous faire entrer dans la peau...

Lire la critique

il y a 3 ans

41 j'aime

127

90's
Chaton_Marmot
5
90's

futurs vieux cons

Un film qui rend compte de la vie familiale et des rituels initiatiques d'un jeune garçon dans le milieu du skateboard ; ce qui sans être pour moi très captivant, m'interpelle sur un point : le...

Lire la critique

il y a 3 ans

28 j'aime

24